17 août 1944 : Libération de Saint-Malo

1 – SITUATION OPÉRATIONNELLE AU DÉBUT DU MOIS D’AOÛT 1944

– Pour commencer il faut replacer la situation de la Bretagne dans le contexte opérationnel de l’été 1944. Avec le débarquement et la bataille de Normandie, la région a été quelque peu vidée des grandes unités de la Wehrmacht qui y stationnaient avant le 6 juin ; en effet le II. Fallschirm-Korps de Meindl est parti en Normandie sitôt le débarquement allié, le LXXIV. Korps de Straube a été envoyée en renfort en Normandie fin juillet et le XXV. Armee-Korps du General der Artillerie Wilhelm Fahrmbacher a été vidé de près de 50 % de ces effectifs et se retrouve à devoir couvrir toute la Bretagne presque à lui tout seul, avec la seule aide des éléments de la Kriegsmarine basés dans les ports abritant les bases sous-marines comme Brest, Lorient et Saint-Nazaire.
534260_10200606162771632_1341247368_n
– Quant la Luftwaffe, elle ne peut aligner qu’une poignée d’appareils. Ainsi, le rapport d’activités du XXV. Korps montre que l’unité n’a eu comme seule mission de surveiller les côtes bretonnes et lancer des opérations contre les Maquis du Morbihan (Saint-Marcel). Sauf que la situation empire à la fin du mois de juillet. Déjà le 13 juillet, lors de la conférence de Saint-Malo qui réunit Paul Hausser commandant de la 7. Armee, Erich Straube et Wilhelm Fahrmbacher, l’idée d’abandonner Saint-Malo est évoquée par le commandant du XXV. Korps.
Seulement, Hausser qui obéit aux ordres supérieurs refuse catégoriquement. Donc, rien ne change pour ce qui est de la défense de la Bretagne.

– Mais suite au succès foudroyant de l’Opération Cobra, le LXXIV. Korps de Straube est appelé en urgence dans le secteur d’Avranches afin d’enrayer la charge de la Cavalerie de Patton. Pour les officiers allemands, l’urgence de la situation implique de Continuer la lecture

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

17 août 1812 : Victoire de Smolensk

Suite à la bataille de Krasnoïe et au passage du Dniepr par les forces de Davout, Ney et Murat à Rassna, Napoléon Ier décide de s’emparer de Smolensk, ville située sur la route de Moscou, par un mouvement tournant vers le nord.
smolenskLarge
Le Corps de Cavalerie du Maréchal Murat et le Continuer la lecture

Publié dans Grande Armée, Histoire militaire française | Laisser un commentaire

16 août 1972 : disparition de Pierre Brasseur

– Né en 1905, de son vrai nom Pierre-Albert Espinasse, père de Claude Brasseur et grand-père d’Alexandre, Pierre Brasseur était célèbre autant devant la caméra que sur les planches.
Touché par le monde du spectacle par sa mère, Germaine Brasseur, il étudie au Conservatoire de Paris, puis au Conservatoire Maudel. Il eut Fernand Ledoux et Harry Baur comme professeurs.


– Au théâtre, il a joué George-Bernard Shaw, Paul Claudel, Marcel Achard et Jean-Paul Sartre, tout en s’adonnant parfois à la mise en scène. Il débute sa carrière au cinéma dans Continuer la lecture

Publié dans Arts et lettres, Cinéma, Théâtre | Laisser un commentaire

Général Jean Touzet du Vigier, commandant de la « Saint Louis »

– Restant dans l’ombre des Juin, Leclerc et de Lattre de Tassigny aux yeux du grand public, Jean Louis Alain Touzet du Vigier voit le jour le 10 octobre 1888 à Chambéry. au sein d’une vieille famille. Il est le quatrième enfant d’Alain Touzet du Vigier et de  Louise née Lochtenberg. Il a aussi une sœur aînée, Madeleine, ainsi que deux frères, Ghislain et Maurice. TOUZAY DU VIGIER

– Après ses études, il souhaite intégrer l’Ecole de Saint-Cyr mais est d’abord refusé pour raisons de santé.  Il s’engage alors en 1910 au 33e Régiment d’Infanterie encaserné à Arras et commandé par le Colonel Philippe Pétain.
Grâce à l’intervention d’Alexandre Millerrand ami de ses parents, il peut intégrer Saint Cyr en 1913 au sein de la 98e Promotion de Saint-Cyr « La Croix du Drapeau ». Il a pour camarades les futurs généraux Augustin Guillaume, Roger Noiret et Emile Hogard. Son passage à Saint-Cyr ne laisse pas un souvenir impérissable à l’Ecole étant donné que Jean Touzet du Vigier ne sort que 135e sur 249, sans doute en raison de sa santé. Jeune aspirant, il choisit alors la Cavalerie et se retrouve affecté au 9e Régiment de Cuirassiers du Colonel Vallée à Noyon.

– Sous-lieutenant à l’entrée de la France en Guerre, Touzet du Vigier connaît sa première expérience du feu au sein du 9e Cuirassiers qui participe à Continuer la lecture

Publié dans Histoire militaire française, Seconde Guerre mondiale | Laisser un commentaire

15 août 1944 : Débarquement de Provence – Seconde partie

1193187831
– Le 14 août à 20h00, les forces spéciales françaises et la 1st Special Service Force de Walker  appareillent depuis la Corse, direction les plages du Var. Le reste de la flotte quitte les ports italiens – Naples pour la 1re DFL et la Corse durant la nuit.
Et ans la nuit, les Parachutistes de la Rugby Force embarquent dans leurs planeurs, C-47 Skytrain et Dakotas pour la région du Muy.

.
2 – OPÉRATIONS PRÉLIMINAIRES

A – LES COMMANDOS

– Quelques heures avant l’envoi des premières unités amphibies alliées, la résistance de la Région Provence et Côte-d’Azur reçoit les messages suivants : « Le chasseur est affamé » et « Nancy a le torticolis  », ce qui leur signifie de Continuer la lecture

Publié dans Seconde Guerre mondiale | 15 commentaires

Le Débarquement de Provence – Première partie

Étonnamment, le déroulement de cette phase importante de la Libération du territoire français est bien moins connu et étudié que le débarquement de Normandie. Paradoxal, quand on sait que la participation des forces françaises a été importante. Les commémorations du soixante-dixième anniversaire de l’Opération « Anvil Dragoon » est bien sûr l’occasion de reparler de cette opération restant encore dans l’ombre d’« Overlord » mais n’ayant pas moins été réussie

Debarquement PROVENCE 150808

1 – PLANNIFICATION DES OPERATIONS

A – LA DÉCISION

– Dès sa gestion le plan baptisé « Anvil » fait l’objet d’un désaccord du côté allié. En effet, Churchill veut poursuivre l’effort en Italie et forcer les Alpes Tyroliennes et Juliennes. L’objectif à la fois stratégique et politique du Vieux Lion britannique est d’une part ; mettre pied dans le sud du IIIe Reich et d’autre part, entrer en Yougoslavie par la Slovénie pour empêcher Staline d’y étendre son influence.

– De leur côté, les Américains estiment que Continuer la lecture

Publié dans Histoire militaire française, Seconde Guerre mondiale | Laisser un commentaire

11 août 1297 : Officialisation de la canonisation de Saint Louis par Boniface VIII

Le procès en canonisation du Roi de France a été particulièrement rapide pour l’époque – vingt-sept ans – même s’il a été quelque peu soumis aux turpitudes de la politique ecclésiastique des neuf Souverains Pontifes qui ont pu se pencher sur le dossier. Certains s’y étant penchés de façon assez brève en raison d’un règne écourté, tel fut le cas de Saint Célestin V.
2r6i342
– Après la mort de Louis IX à Tunis le 25 août 1270 et avant qu’il puisse être enseveli à Saint-Denis (excepté son cœur conservé à l’Abbaye de Monreale en Sicile), la famille royale, plusieurs proches du Roi, comme des membres des Ordres Mendiants et des Moines Cisterciens demandent déjà un procès en canonisation. C’est le Frère Geoffroy de Beaulieu, Dominicain et Confesseur du Défunt Roi qui s’attèle  à la rédaction d’un dossier contenant cinquante-deux chapitres sur les vertus et faits de Louis IX. Plus tard, le Pape Grégoire X demande à Frère Geoffroy de rédiger une « Vie de Saint Louis ». Guillaume de Chartres, autre Dominicain rédige à son tour une « Vie de Louis ».

– A l’issue des funérailles du Roi à Saint-Denis le 22 mai 1271, plusieurs miracles sont attestés, ce qui incite les demandeurs à accélérer la demande. Grégoire X donne alors Continuer la lecture

Publié dans Non classé | 2 commentaires

8 août : « Jour de deuil de l’Armée allemande »

L’été 1918 est marqué d’un contexte particulièrement favorable pour les Alliés commandés par le Maréchal Foch. En effet, les différentes offensives de Ludendorf ont été enrayées entre la Lys (Flandres) et la Marne. Le 18 juillet, les Franco-Américains des VIe et Xe Armées commandées respectivement par Mangin et Degoutte repoussent vigoureusement deux armées allemandes entre Villers-Cotterêts et Reims.
Foch décide alors de déclencher une seconde contre-attaque destinée à dégager définitivement la voie ferrée Paris – Amiens entre les cours de l’Ancre et de l’Oise.

aout1918prisonniers_allemandsg

1 – PLANS ET FORCES

– Foch a décidé de profiter de la très bonne base de départ constituée par l’action heureuse du Général Marie-Eugène Debeney à Mailly-Raineval. Le 3 août, Foch rencontre Douglas Haig (commandant en chef britannique) à Mouchy-le-Châtel. Les deux chefs conviennent alors d’une attaque conjointe contre les lignes de l’Armee-Gruppe « Ruprecht » commandé par le Kronprinz Ruprecht de Bavière. Elle est confiée à la IVth British Army du General Henry Rawlinson et à la Ire Armée Française de Debeney. La IIIe Armée Française du Général Georges Humbert se trouve en réserve.

– Français et troupes du Commonwealth doivent reconquérir le Plateau de Santerre, atteindre le Continuer la lecture

Publié dans Grande Guerre, Histoire militaire française | Laisser un commentaire

5 août 1796 : Victoire de Castiglione

Avec les victoires de Montenotte et de Lodi, les Français du Général Bonaparte ont occupé Vérone et chassé les Autrichiens d’Italie, au nord du Tyrol. Seule la garnison de Mantoue commandée par le Feld-Maréchal-Lieutenant Joseph Canto d’Irles.

blog-bataille-de-castiglione

Alors, le Feld-Maréchal Dagobert von Würmser décide d’envoyer 25 000 hommes par-delà les Alpes tyroliennes pour secourir les défenseurs de Mantoue. Von Würmser se déploie alors en deux colonnes qui avancent de part et d’autre du Lac de Garde en quatre colonnes (Peter Vitus von Quasdanovitch, Michael von Melas, Paul Davidovitch et Johann Mészaros von Szoboszlo).

Voyant son armée menacée d’encerclement, Bonaparte évacue toutes ses forces entre la Chiese et le Mincio, évacue Vérone et lève le blocus de Mantoue et ne laisse que 1 800 hommes sous le commandement du Général Valette à Castiglione. Le 1er  août, le Général Pierre François Sauret est secouru par  Continuer la lecture

Publié dans 1715-1804, Histoire militaire française | Laisser un commentaire

4 août : Fête du Saint Curé d’Ars

« Tu m’as montré le chemin d’Ars, je te montrerai le chemin du ciel. »

« Nos fautes sont comme des grains de sable en face de la grande montagne des miséricordes de Dieu  »

Saint Jean Marie Vianney (1786-1859)

Publié dans Figures de l'Eglise, Les Grands Saints de l'histoire de France | Laisser un commentaire