Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 11 février 1650 : Mort de René Descartes

11 février 1650 : Mort de René Descartes

Philosophe et mathématicien, René Descartes est connu pour être l’une des plus grandes figures de la philosophie moderne.
Natif de Touraine, fils d’un Conseiller au Parlement de Rennes, il étudie chez les Jésuites et au Collège de la Flèche.

– Soldat pendant la Guerre de Trente ans, il quitte ensuite la carrière des armes pour se consacrer à l’étude et à la philosophie, tout en voyageant dans les cours d’Europe.
C’est en se rendant à la Cour de Suède de Stockholm, à l’invitation de la Reine Christine de Suède, qu’il s’éteint après – semble-t-il – être tombé malade en raison du climat.

– Résumer la pensée de René Descartes est ici impossible, d’autant plus que ce blog est d’abord consacré à l’Histoire de France.

Toutefois, il est important de souligner toute la pensée de Descartes – influencée par Platon, Saint Anselme, Nicolas de Cues, Francis Bacon et Michel de Montaigne, entre autres –  était articulée autour du Cogito, du Doute (sur nos propres connaissances), du principe de la recherche d’une Science Universelle, de la Méthode, de la morale par provision, de la dualité du Corps et de l’Âme et de la démonstration de l’Existence de Dieu.
Toute sa pensée est contenue dans ses ouvrages devenus autant de sommités de la philosophie moderne : Méditations Métaphysiques, Le Discours de la Méthode, Principes de la Philosophie, Règles pour la direction de l’Esprit et Les Passions de l’Âme.

« Ainsi toute la philosophie est comme un arbre, dont les racines sont la métaphysique, le tronc est la physique et les branches qui sortent de ce tronc sont toutes les autres sciences qui se réduisent à trois principales, à savoir la médecine, la mécanique et la morale, j’entends la plus haute et la plus parfaite morale, qui, présupposant une entière connaissance des autres sciences, est le dernier degré de la sagesse. Or comme ce n’est pas des racines, ni du tronc des arbres, qu’on cueille les fruits, mais seulement des extrémités de leurs branches, ainsi la principale utilité de la philosophie dépend de celles de ses parties qu’on ne peut apprendre que les dernières. »

Les Principes de la Philosophie (Extrait)