Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 14 juillet 1808 : Victoire de Bessières à Medina de Rioseco

14 juillet 1808 : Victoire de Bessières à Medina de Rioseco

Passée dans l’oubli, cette victoire de la Campagne d’Espagne vit s’affronter les forces espagnoles de Don Gregorio Garcia de La Cuesta et les Français commandés par le Maréchal Jean-Baptiste Bessières.

Le jour même où les forces de Napoléon Ier avancent vers Valladolid, de la Cuesta regroupe son armée, ainsi que des volontaires à Benavente. Ces forces forment alors l’Ejército de Castilla (Armée de Castille), soit 6 000 fantassins et 560 cavaliers issus des Regimientos de la Reina, la Guardia de Corps et les Carabineros Réales, appuyés par seulement quatre pièces d’artillerie. Mais à l’Ejercito de Galicia doit bientôt se  joindre l’Ejército de la Junta de Galicia (Armée de la Junte de Galice) avec 6 000 hommes, commandés par le Général Don Joaquin Blake.

Blake se porte alors en avant avec son avant-garde (Conde de Maceda) suivi de la 1er Division (Chef d’Escadre Don Felipe de Jado Cagigal et la 4e Division (Marqués de Portago). Pendant ce temps, de La Cuesta se trouve à Medina de Rioseco afin de couvrir de flanc la marche de Blake.

Sauf que du côté français, le Maréchal Bessières prend connaissance des mouvements espagnoles et décide de se porter sur Valladolid pour renforcer ses positions. Il regroupe donc ses forces sur la route de Medina de Rioseco. Bessières dispose 12 000 hommes, soit 4 divisions, dont celle du Général Mouton formée de vétérans aguerris d’Austerlitz et de Friedland.

A l’aube du 14 juillet 1808, Bessières prend positions face aux 15 000 hommes de Blake qui attendent bien à l’arrivée du Français depuis Valladolid mais sans envisager qu’il débouchât depuis Palacos de Campos. Cette erreur d’appréciation cause la confusion entre les généraux espagnols qui ne peuvent coordonner leur action et cause l’isolement de Blake. D’abord prudent, Bessières considère le dispositif espagnol et s’aperçoit qu’il n’a pas de réelle cohésion malgré sa supériorité numérique.

Bessières envoie alors la Division Merle contre l’avant-garde de Blake établie sur plateau Parama de Valdecuevas. Le combat est violent, les Granaderos du Regimiento de Mallorca résistant à la baïonnette.
De son côté, Mouton qui profite de la couverture que lui procure Merle, envoie la Brigade Sabathier à l’assaut des positions tenues par l’avant-garde de Garcia de la Cuesta pour empêcher celui-ci de se porter à l’aide de Blake.
Pendant ce temps, les Chasseurs à Cheval du Général Colbert et les Hussards de la Brigade Infernale du Général Antoine Charles Lasalle se ruent sur le plateau et enfoncent les lignes de l’un des bataillons couvrant la gauche de la 1re Division espagnole.
Prise de court, la 1re Division vacille, provoquant ainsi le désordre dans les rangs espagnols. Plusieurs généraux espagnols dont Moscosco, Burriel et Madonaldo réussissent tout de même à rallier des fuyards pour lancer une contre-attaque. Mais celle-ci échoue face à la mitraille des canons français, causant la mort du Grand d’Espagne, le Conde de Maceda, tué à la tête de son Regimiento de Zaragoza.
Une autre contre-attaque, plus chanceuse, est lancée contre la Division Mouton qui s’était avancé en profondeur dans les lignes espagnoles. Les Granaderos des Regimientos del Principe, Toledo, Navarra, Sévilla et Napoles, chargent au cri de « Viva el Rey » et réussissent à enlever quatre canons. Il faut donc que Colbert et Lasalle interviennent pour rétablir la situation.

Pendant ce temps, la Division Merle s’empare du Plateau de Valdecuevas et s’apprête à tourner les flancs espagnols, précipitant la décision de Garcia de la Cueva d’opérer sa retraite, avant que les Français ne mettent à sac Medina de Rioseco.

1 000 Espagnols et 500 Français sont tombés ce jour-là.