Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 14 mars 1369 : Victoire de Bertrand du Guesclin à Montiel

14 mars 1369 : Victoire de Bertrand du Guesclin à Montiel

Venus épauler Henri de Trastamare Roi de Castille contre
les prétentions de son-demi frère Pierre Ier dit le Cruel, Bertrand du Guesclin et Olivier de Mauny (ou Miniac) Baron de Thorigny arrivent sous les remparts du Château de l’Étoile. Pendant ce temps, Pierre le Cruel arrive au Campo de Montiel situé sur un plateau au pied d’une forteresse et y place son armée (formée d’Anglais, de Castillans favorables aux Plantagenêt, de Portugais, de Juifs espagnols et de mercenaires africains) sans prendre le temps de le garnir de défense. Du Guesclin et Henri de Trastamare se rejoignent alors non loin de Tolède. Le Roi de Castille préfère alors laisser le commandement de ses forces au Dogue Noir de Brocéliande.

– Celui-ci décide d’attaquer sans tarder car la situation du camp adverse le permet. Il charge son compère normand Pierre « Le Bègue » de Villaines attaquer le camp des Portugais pendant que lui tombera sur la partie occupée par les Juifs espagnols qui n’ont aucune expérience et les mercenaires Africains.
Les Franco-Castillans lancent alors une violente charge qui bouscule tout. Les Juifs espagnols trouvent leur salut dans la fuite. Mais Pierre le Cruel rassemble tout ce qu’il peut et lance une contre-attaque contre Du Guesclin et le combat devient encore plus féroce. Mais « Le Bègue » de Villaines malmène durement les Portugais que ceux-ci finissent par se débander et met le feu aux tentes du camp du Cruel. Constatant sa défaite, le Roi d’Aragon préfère se réfugier dans Montiel. Du Guesclin et Trastamare n’ont plus qu’à y faire le siège patiemment. 6 000 Aragonais, Castillans pro-Anglais, Portugais, Juifs et Africains sont tombés, selon les chroniques de l’époque.

C’est en voulant s’échapper de Montiel le 23 mars 1369 que Pierre le Cruel sera tué par Henri de Trastamare dans un furieux combat singulier. La victoire franco-castillane de Montiel a définitivement mis fin à la guerre civile qui opposait Henri de Trastamare et les bâtards de son père.

Outre de renforcer les liens entre la Castille et la France, l’expédition de du Guesclin en Espagne eut aussi pour réussite de débarrasser le Royaume de la menace des Grandes Compagnies qui sévissaient dans plusieurs provinces à l’avènement de Charles V. Les routiers étant allés combattre en Espagne.

Sources :
– Jean Favier, La Guerre de Cent Ans, Fayard
– http://www.cabaret.over-blog.org