Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 17 décembre 2000 : Disparition de Gérard Blain

17 décembre 2000 : Disparition de Gérard Blain

Presque entièrement oublié aujourd’hui, Gérard Blain était considéré comme un acteur-réalisateur anarchiste de droite, du fait de son esprit indépendant et anticonformiste.
celli-leonia-gerard-blain-dans-il-gobbo-par-carlo-lizzani-1960

– Né à Paris en 1930, en rébellion contre sa famille, il  quitte le foyer familial juste après l’école et va même jusqu’à tenter de s’engager dans les FFI pour l’aventure.

– Il débute alors sa carrière cinématographique en 1944 grâce à Julien Duvivier qui lui donne un petit rôle dans « Voici le temps des assassins ». Il enchaîne ensuite les rôles secondaires dans « Les enfants du Paradis » (Marcel Carné), « Touchez pas au grisbi » (Jacques Becker), « Les Mistons » (François Truffaut), « Avant le déluge », « Le Beau Serge » et « Les Cousins » de Claude Chabrol ou encore « Charlotte et son Jules » (Jean-Luc Godard).

– En 1962, on le retrouve en tête d’affiche dans la comédie d’aventures d’Howard Hawks, « Hatari », aux côtés de John Wayne, Elsa Martinelli et Hardy Krüger. Mais rejetant le système hollywoodien, il se consacre à un cinéma beaucoup plus indépendant. On le retrouve donc ensuite dans « Les Vierges » de Jean-Pierre Mocky ou « Un homme de trop » de Costa-Gavras.

– En 1971, influencé par les travaux photographiques de Robert Bresson, Gérard Blain passe à la réalisation avec « Les Amis » (Léopard d’Or au festival de Locarno). Il réalisera de manière entièrement indépendante, entre autres : « Le pélican », « Un second souffle » et « Le Rebelle ». Il sera plusieurs fois nominé au Festival de Cannes mais n’obtiendra jamais de prix de la part du Jury.