Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 1er avril 1944 : Massacre de Villeneuve d’Ascq (Nord)

1er avril 1944 : Massacre de Villeneuve d’Ascq (Nord)

Bien moins connu qu’Oradour-sur-Glane, cet épisode tragique s’est déroulé alors que la 12.SS-Panzer-Division « Hitlerjugend » rejoignait le Front de Normandie.

Vers 22h45, alors que la 3/SS-Panzergrenadier 25 (3e Compagnie/25e Régiment d’Infanterie mécanisée) de l’Oberstturmbannführer Walter Hauck arrive en gare de Villeneuve-d’Ascq (entre Lille et la frontière belge) avec ses véhicules blindés montés sur wagons, un groupe de résistants du réseau La Voix du Nord effectue un sabotage qui cause cependant des incidents mécaniques mineurs. Aucun Waffen-SS n’est tué.

Cependant, pour beaucoup de soldats allemands, les Résistants français sont d’abord des « guérilleros », sinon des  « terroristes » qui ne se battent pas de manière loyale et « tirent dans le dos », à la manière des francs-tireurs de 1870 partisans soviétiques. Autant dire que les hommes de la Hitlerjugend sont conditionnés par cette représentation. Et ils sont jeunes, voire très jeunes. La moyenne d’âge de cette unité est de 21 ans. Walter Hauck, qui a l’équivalent allemand du grade de lieutenant-colonel n’est âgé que de vingt-cinq ans.

Quelques instants après l’explosion, des coups de feu sont tirés. Hauck et quelques autres de ses hommes tuent le chef de gare et un autre employés. Ivre de rage, le commandant allemand décide de procéder à une exécution collective et cela contre l’avis même des officiers du Feldgendarmerie-Bataillon 908.
Quatre-vingt-quatre hommes sont choisis au hasard et exécutés sans aucune forme de procès.

Ce massacre scandalise la quasi-totalité de la population du Nord, toutes sensibilités confondues. L’Archevêques de Lille, le Cardinal Liénart vient même célébrer une cérémonie en hommage aux innocents exécutés. Et les mineurs du Nord apportent une aide financière aux veuves.