Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 1er mars 1382 ; révolte des Maillotins

1er mars 1382 ; révolte des Maillotins

Cet épisode passé dans l’oubli intervient au cours de la minorité du Roi Charles VI (Le Fol) alors que le gouvernement du Royaume est assuré par les oncles du Souverain (les frères de Charles V) : Louis Ier de Naples Duc d’Anjou, Louis Ier de Bourbon duc d’Orléans, Jean Ier de Berry et Philippe II de Bourgogne dit ‘Le Hardi’.

Accusés de s’enrichir par leur politique fiscale, les oncles du Roi suscitent la colère puis la révolte au sein du peuple des commerçants et artisans de Paris. Le 1er mars 1382, ceux-ci se soulèvent et s’arment de maillets de plombs utilisés par les défenseurs de la capitale – d’où leur surnom. Après s’être emparés de l’Hôtel de Ville et s’être livré au pillage, les révoltés libèrent Hugues Aubriot (1320-1382), Prévôt et Intendant des Finances de Paris sous Charles V et personnage remarquable, qu’ils tentent de mettre à leur tête. Mais le vieil administrateur juge plus prudent de refuser sa nomination et quitte Paris pour Avignon.

Les « Maillotins » tiendront Paris pendant une année avant de se voir assuré la clémence du Roi. Mais après la victoire de Roosebeke, Charles VI imposera une dure répression contre les révoltés. Répression qui sera menée par le Connétable de Clisson et Charles d’Albret.

La révolte des Maillotins n’est pas un fait isolé dans le Royaume. La même année des révoltes de même type se sont produites en Normandie (révolte de la Harelle) et en Languedoc (les « Tuchins »). Comme l’explique l’historien Georges Minois, ces révoltes fiscales s’inscrivent après le règne de Charles V où l’administration s’était révélée bien plus efficace, en particulier dans le domaine fiscal. En somme toute, c’est la révolte des coutumes face aux progrès de l’État, constante qui habitera la vie politique de la fin du XIVe et du XVe siècles.

Sources :
– Georges Minois : La Guerre de Cent Ans, Perrin
– Jean Favier : La Guerre de Cent Ans, Fayard