Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 2-3 mars 1793 : Déclenchement de l’Insurrection en Vendée et en Bretagne

2-3 mars 1793 : Déclenchement de l’Insurrection en Vendée et en Bretagne

– 23 février 1793, alors aux abois suite aux défaites successives sur les frontières de l’Est de la France face aux coalisés austro-prussiens, la Convention Nationale décrète par la voix de Georges Danton, la levée de 300 000 hommes supplémentaires.

– Mais dans l’Ouest de la France,
en Bretagne, Bas-Poitou (Vendée), Maine et Anjou où la situation est explosive, le décret de la levée en masse met le feu aux poudres…

– En effet, les populations très souvent rurales, sinon paysannes et attachées à la Foi catholique comme à leurs coutumes abhorrent le nouveau régime urbain, centralisateur et surtout, antireligieux. A seul titre d’exemple, dans ces départements, la Constitution Civile du Clergé n’a reçu que de faibles suffrages.

– C’est donc une véritable jacquerie spontanée, sans grands chefs désignés et aux facteurs multiples qui embrase tout l’Ouest de la France de Saint-Pol-de-Léon à Angers et de Quimper au sud de la Basse-Normandie. Le 3 mars, c’est Cholet qui connaît les premiers affrontements, où de jeunes gens refusent de partir à la guerre et s’en prennent aux Grenadiers. Plusieurs d’entre eux sont tués.

– D’autres accrochages sanglants auront lieu dans les jours suivants sous la conduite de chefs locaux : René Souchu à Machecoul, Joachim Nédellec dans les environs de Quimper et un certain Georges Cadoudal à Vannes. Mais en Vendée, les paysans iront chercher leurs chefs issus de la paysannerie comme Jacques Cathelineau Le Saint de l’Anjou mais surtout, dans la noblesse locale : Charles Marquis de Bonchamp, Pierre de Lescure, François-Athanase de Charette de la Contrie, Louis-François Ripault de La Cathelinière, Louis Guérin, Maurice Gigost d’Elbée, Jean Nicolas Stofflet et Henri de la Rochejaquelein.

– En Bretagne, l’insurrection sera si durement matée que des régions telles que le Finistère et le Leon ne s’insurgeront plus, tandis que le Morbihan, l’Ille-et-Vilaine et la Loire-Atlantique patienteront encore quelques mois avant de mener la guérilla sous la conduite de chefs légendaires tels Georges Cadoudal, Mercier La Vendée, Amateur de Boishardy, Aimé du Boisgui, Jean Jan, Jean Rohu et Pierre Guillemot.

Lire :
– Reynald Secher : La Vendée-Vengée. Le génocide franco-français
– Jean Tulard : Histoire de la Révolution française