Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 20 août : fête de Saint Bernard de Clairvaux

20 août : fête de Saint Bernard de Clairvaux

Né vers 1090, fils puîné de Tescelin de Fontaines, chevalier du duc de Bourgogne et de Dame Aleth de Montbard, il entre à vingt-ans dans la petite communauté monastique de Cîteaux fondée quelques années auparavant par Saint Robert de Molesmes et dirigé alors par Étienne Harding.

En 1115, après trois années de vie monastique à Citeaux, Bernard est envoyé à Clairvaux pour y fonder l’abbaye dont il restera père-abbé jusqu’à sa mort. Mais loin de rester cloîtré il parcourt les routes d’Europe devenant, comme on a pu l’écrire, « la conscience de l’Église de son temps ».

– Il vient plusieurs fois à Paris, plus précisément à Saint Pierre de Montmartre, à la chapelle du Martyrium et à la chapelle Saint Aignan où il vient prier souvent devant la statue de la Vierge qui se trouve maintenant à Notre-Dame de Paris.

– Sa correspondance abondante avec des princes, des frères moines ou des jeunes gens qui requièrent son conseil ne l’empêche pas de se consacrer à la contemplation tout autant qu’à l’action directe dans la société de son temps. Infatigable fondateur, on le voit sur sa mule, traînant sur les routes d’Europe sa santé délabrée et son enthousiasme spirituel.

– Lors du Schisme de 1130, il soutient sans retenue Innocent II contre l’anti-pape Anaclet II. Sa Lettre au Pape Eugène III (Bernardo Paganelli di Montepagno) – lui même moine cistercien et disciple de Saint Bernard – affirme l’indépendance de la souveraineté pontificale vis-à-vis des familles royales et impériales d’Europe.
Sa réforme monastique l’oppose à l’Ordre de Cluny dont il jugeait l’interprétation de la règle de saint Benoît trop accommodante, tout comme son goût de la couleur dans les édifices peu conforme à ladite règle.

président de l’affaire1146, devant les chevaliers français et le Roi Louis VII, il prononce un discours aussi éloquent qu’enflammé appelant à la Croisade en Terre Sainte, bien qu’il y fût d’abord réticent. Ajoutons à cela qu’il prend la défense les populations juives souvent soumises à des violences dans ce contexte.

A sa mort, en 1153,  trois cent quarante-trois abbayes cisterciennes ont été édifiées en Europe.

Citations :

« Le vrai amour est satisfait de soi-même ; il ne veut point d’autre récompense que l’objet qu’il aime. »

« Le parfum de la bonté se compose des misères des pauvres, des angoisses des opprimés. »

« Jaloux – Soyez père et non tyran ; travaillez plutôt à être aimé qu’à être redouté. »

– « Le désir de paraître est un désir pernicieux ; mieux vaut encore brûler. »

 – « Si vous souhaitez tant l’éclat, efforcez-vous d’être ce que vous voulez paraître. »

– « Un cœur glacé est incapable de comprendre un langage de feu. »