Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 21 août 1944 : Libération de Hyères par la 1re DFL

21 août 1944 : Libération de Hyères par la 1re DFL

Aussitôt débarquée à Cavalaire entre le 16 et le 18 août, la 1re Division de la France Libre du Général Diego Charles Brosset reçoit pour instruction de de Lattre de s’emparer de Toulon. Mais avant d’accéder à Toulon, il faut d’abord libérer Hyères que des éléments de la 244. Infanterie-Division allemande ont fortifiée, notamment au niveau de la Cote 186,3 et du Golf Hôtel.

images– A peine l’intégralité de sa division débarquée, le 19, Brosset ordonne aux 2nde et 4e Brigades de la France Libre (commandées respectivement par le Colonel Bavière et le Lieutenant-Colonel Raynal) de marcher sur Hyères. Les Sénégalais du Bataillon de Marche (BM) 24 du Chef de Bataillon Sambron (2nde BFL) mènent alors une opération de reconnaissance dans les Vignes de Marvanne mais l’une de leur section se fait violemment repoussée et subit des lourdes pertes dues aux engins explosifs disposés entre les ceps.

Le 20, l’attaque reprend avec l’appui des pièces d’artillerie navale et de celles du 1er Régiment d’Artillerie (obusiers de 105 et 155 mm) du Colonel Bert. Le BM 5 du Capitaine Hautefeuille (2nde Brigade) s’empare du Mont-Redon aux prix de violents combats contre les défenseurs allemands. Presque au même moment, le BM 11 du Commandant Xavier Langlois (2nde Brigade) s’empare de deux collines fortifiées qui le placent à portée de fusil de La Crau.
La réussite de ces deux actions permet alors au Général Joseph Magnan de déployer un RCT* de sa 9e Division d’Infanterie Coloniale vers Sollièes et La Farlède pour s’engager à conquérir Le Coudon et La Valette.

– Pendant ce temps, le Général Brosset – comme à son habitude – parcourt en Jeep les lignes de sa division en ordonnant à son chauffeur, l’acteur Jean-Pierre Aumont, de rouler à fond. Donnant des sueurs froides à son chef d’état-major le Colonel Bernard Saint-Hillier, Brosset entièrement à son aise d’être au premières loges des combats s’exclame « j’ai vingt ans ! ».

Le 20 au soir, la 1re Compagnie du 1er Bataillon d’Infanterie de Marine et du Pacifique (Capitaine Perraud) tente de s’emparer de la Cote 186,3 qui commande l’accès à Hyères mais il échoue et doit repousser jusqu’à six contre-attaques.

Le 21 août à 01h00 du matin, les Sénégalais du BM 21 du Capitaine Fournier relèvent les éléments de gauche (droite) du BM 24 et marchent le long de la voie ferée de Provence sous le feu de l’artillerie allemande et parviennent à occuper le quartier des Grès qu’il nettoie à l’issue de violents accrochages. A 03h00 du matin, le BM 24 tente de s’emparer du Golf Hôtel mais échoue face à la défense bien organisée. On s’arrête-là pour le petit matin afin de laisser les pièces du 1er RA se placer en position.

A 09h30, plusieurs canons de 105 et de 155 mm déclenchent un tir de préparation contre la Cote 186,3. A 09h50, les Fusiliers Marins et les Pacifiens du Capitaine Magendie (1er BIMP) remontent à l’assaut de leur objectif, franchissent les barbelés et après un furieux, la 1re compagnie  réussit à capturer l’observatoire.
Magendie reçoit ensuite l’ordre de s’emparer du Golf-Hôtel, sorte de gros cube de béton transformé en blockhaus et dont l’accès est barré par des fils barbelés. En effet, le BM 24 qui devait s’en emparer est bloqué et le Colonel Saint-Hillier ne peut s’empêcher de pester contre la « pusillanimité » des chars d’accompagnement de la 9e DIC qui n’interviennent pas en appui. A l’inverse, la prise de la Cote 186,3 peut permettre à Magendie de s’empare du Golf-Hôtel par l’arrière.
Pour cette mission, les Fusiliers Marins et Pacifiens sont appuyés par la Compagnie Antichar du 1er RA (Chef de Bataillon Goriaux), par le 3e Escadron du 8e Régiment de Chasseurs d’Afrique (Capitaine Periguet) et par 4e Escadron du 1er Régiment des Fusiliers Marins (Commandant Langlois). De son côté, Magendie forme 8 groupes pour l’assaut (avec les Lieutenants et Sous-Lieutenant Salvat, Loarec, Duchene, Malfettes et Morand), chacun étant chargé d’une tâche précise.
Après un déluge de feu, les Groupes de Magendie partent à l’assaut sur le coup de 10h00 et progressent sous un violent tir de barrage avec mitrailleuses et mortiers. Le premier assaut échoue. Le CB Goriaux est lui-même blessé. Un second assaut est relancé plusieurs minutes après et cette fois-ci, les hommes de Magendie réussissent à pénétrer dans le Golf-Hôtel et à nettoyer les étages un par un.

– Saint-Hillier adresse un simple mais sincère « bravo les Fusiliers Marins ». Mais en cours de soirée, venu rendre visite aux blessés du BIMP et aussi aux prisonniers, Brosset déclare aux captifs allemands qu’ils se sont bien battus mais qu’ils « avaient trouvé bien plus fort qu’eux. Les Français ».

– Alors que le BM 24 et les Pacifiens sont occupés devant le Golf-Hôtel, le BM 21 continue sa progression dans Hyères pour atteindre sans grande encombre les quartiers de la gare et de la Croix de Fer. Les Sénégalais sont alors ralentis par la population qui les accueille et les acclame mais la 2e Compagnie du Capitaine Marnay se trouve prise sous le feu d’armes lourdes allemandes postées sur les hauteurs de Costebelle. Marnay doit alors monter à l’assaut avec des pertes pour nettoyer définitivement Costebelle à la grenade et à l’arme légère. Notons que sur le coup, des habitants de Hyères se sont improvisés secouristes pour venir en aide aux hommes du BM 21, pendant que des infirmières pansaient des blessés.

– En début d’après-midi, le BM 24 et la Compagnie Antichar font leur entrée dans Hyères par le nord pour recevoir un accueil chaleureux. 1re DFL avait libéré sa première ville. Comme le dit Jean-Christophe Notin, Brosset est tout à fait enthousiaste pour lancer sa division sur Toulon alors à portée de fusil. Mais son supérieur direct, Joseph de Goislard de Monsabert commandant du IInd Corps d’Armée, contrecarre son projet en désignant la 9e DIC de Magnan pour libérer le grand port varois.

liberation_hyeres

Sources :
– NOTIN Jean-Christophe : Le Général Saint-Hillier. De Bir-Hakeim au putsch d’Alger, Perrin
– http://www.1dfl.fr