Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 22 juin 1372 : Victoire Navale franco-castillane de la Rochelle

22 juin 1372 : Victoire Navale franco-castillane de la Rochelle

Victoire fort méconnue, elle permet au Royaume de France de Charles V de s’assurer la maîtrise des mers de Calais à la Guyenne contre les Anglais, concrétisant les idées novatrices de l’Amiral français en matière de combat naval.
Elle nous est en outre connue grâce à Jehan Froissart.

En 1368, le Prince Noir fils d’Édouard III,
fait lever un fouage (un impôt par foyer ou feu) sur les terres vassales du Royaume d’Angleterre en Guyenne et en Gascogne. Cette initiative est très mal acceptée par deux seigneurs locaux Arnaud d’Albret et Jean d’Armagnac. Ceux-ci veulent porter l’affaire devant Édouard III mais sans succès. Ils décident alors d’en aviser le Roi de France et de lui demander appui contre le Prince Noir. Après réflexion, Charles V décide de relancer la guerre contre Édouard III, en 1369.

Les préparatifs sont longs. Édouard III rassemble une flotte de trente-six nefs et quatorze barges. Commandée par le Sire de Prembroke, elle doit atteindre La Rochelle, avec armes, chevaux et marchandises. De son côté, Charles V demande l’assistance de son allié, Henri V de Trastamare Roi de Castille, auquel il avait envoyé son fidèle Bertrand du Guesclin l’aider contre Pierre le Cruel. Se sentant redevable, le Roi de Castille fournit vingt galères au Roi de France mais celles-ci sont commandées parle Gênois Ambrogio Boccanegra, un redoutable marin qui a longtemps combattu contre les Maures. Huit autres galères arrivent de la Manche sous le commandement de Rainier Grimaldi.

Les franco-castillans sont en infériorité numérique mais leurs navires sont bien plus maniables. Boccanegra décide de tendre une embuscade à Pembroke juste à l’entrée de La Rochelle.

Jehan Froissart écrit que le premier engagement entre les deux flottes a lieu le 22 juin durant lequel les Anglais ouvrent les hostilités par des tirs de flèches auxquels Boccanegra répond par des tirs de bombardes qui endommagent les membrures. Quatre barges sont alors capturés. Boccanegra décide alors de se replier pour attendre une marée montante favorable. Celle-ci arrive le lendemain, permettant au gênois de lancer ses vaisseaux rapidement sur ceux de Pembroke. Alors, trois les vaisseaux anglais sont incendiés par des brulots de suifs fixés au bout des galères castillanes mais l’incendie se propage à cause du vent. Boccanegra trouve alors une aide inattendue grâce… aux chevaux. En effet, ceux-ci paniqués, défoncent littéralement les cales de plusieurs bateaux anglais.
A la fin de la journée, la victoire est totale. Pembroke est fait prisonnier.
Les Anglais n’ayant pas la maîtrise des voies de ravitaillement maritime,  Charles V va pouvoir lancer la reconquête du Poitou.

Source :
Guerre et Histoire, Numéro de mars 2013