Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 22 mars 1421 : Victoire franco écossaise de Baugé

22 mars 1421 : Victoire franco écossaise de Baugé

– En 1421, sous l’impulsion d’Yolande d’Aragon, Charles VII s’appuie sur les clauses de l’ Auld Alliance avec le Royaume d’Écosse et fait voter un impôt par le Parlement de Toulouse (États du Languedoc) pour relancer la guerre contre le Roi d’Angleterre Henri VJacques Ier d’Écosse consent alors à fournir un contingent à l’allié français et ses hommes d’armes écossais sont acheminés par navires jusqu’à La Rochelle.

300px-Vigiles_du_roi_Charles_VII_53
– Les 5 000 Franco-Ecossais ont pour chefs John Stuart de Buchan,
John Stuart de Darnley, Archibald de Douglas
et le Maréchal Gilbert III Motier de La Fayette contre les Anglais du Duc.En face, les Anglais menés par Thomas Duc de Clarence (frère d’Henri V de Lancastre) tentent sans succès de s’emparer d’Angers. Cependant, le Duc apprend qu’une troupe française menée par un certain Jehan (ou Guérin) des Fontaines Capitaine du Mans s’approche du Vieil-Baugé pour rallier l’Ost de Buchan et de La Fayette.

– Imprudemment, Clarence donne ordre à ses hommes d’armes de se mettre en marche en pleine nuit. Les Anglais arrivent alors au pont du Vieil-Baugé, situé dans un vallon mais ils ont la mauvaise surprise de découvrir que des Fontaines garde très bien le pont. La surprise ne pouvant jouer, Clarence décide donc de se replier sur Angers. Mais c’est pour tomber tout droit sur les Franco-Ecossais qui l’attendent. Le combat s’engage alors et les Anglais sont rapidement écrasés.

Henri V de Lancastre devra donc déplorer mort du Duc de Clarence son frère, du Comte de Suffolk, du Baron de Ros, ainsi que des Comtes de Hundington, Exeter et Somerset. En outre, selon les chroniques de l’époque, 1 500 corps sans vie d’anglais jonchaient le sol.

– Les chroniques françaises de l’époque fêteront la victoire de Baugé comme la revanche d’Azincourt. Elle a aussi comme vertu de soulager Yolande d’Aragon qui voit ses possessions d’Anjou mises à l’abri des incursions anglaises.

Lire :
– FAVIER Jean : La Guerre de Cent Ans, Fayard, Paris
– MINOIS Georges : Charles VII, Perrin, Paris
– http ://www.chfranc.fr