Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 25 août 1944 : Massacre de Maillé (Indre-et-Loire)

25 août 1944 : Massacre de Maillé (Indre-et-Loire)

Resté longtemps occultée par le massacre d’Oradour-s/-Glane mais aussi par la Libération de Paris, la tragédie de Maillé est survenue alors qu’une grande partie de l’Armée de terre allemande quittait le territoire français pour gagner les frontières du Reich.

Ruines– Cependant, jusqu’aux opérations de Provence et avant la toute fin de la Bataille de Normandie, quelques unités étaient encore stationnées dans l’ouest et le sud-ouest de la France afin de maintenir l’ordre face aux actions de la Résistance.

– C’est notamment le cas de la section du SS-Untersturmführer (Sous-Lieutenant) Gustav Schülter, appartenant au SS-Feldersatz-Bataillon 17 de Châtellerault (unité de réserve de la 17. SS-Panzergrenadier-Division) qui stationne au poste de Sainte-Maure-de-Touraine, alors que sa division a subi de très lourdes pertes en Normandie et vient de passer la Seine pour filer vers la Lorraine.

– Or, au même moment, les FFI et FTP tourangeaux et poitevins en profitent pour harceler les forces allemandes en retraite. Or, il faut bien garder à l’esprit que de telles actions de guérilla rendent fous les soldats allemands qui considèrent d’abord le Résistants et Maquisards comme des terroristes. La réaction de Schülter à Maillé est donc symptomatique de ce qui a pu se produire dans d’autres endroits en France mais elle reste assez exceptionnelle par le nombre des victimes.

– Ainsi, le matin du 25 août, Schülter décide de créer un exemple. Il fait encercler le village avec son artillerie, ses véhicules et ses mitrailleuses et ordonne de tirer à vue et sur les habitations. Cinquante-deux habitations sur soixante sont transformées en ruines. Puis, les Waffen-SS pénètrent dans le village et se mettent à tirer sur tous les habitants qu’ils peuvent croiser, hommes, femmes, enfants et vieillards. Cent-vingt-quatre personnes dont quarante-quatre enfants perdent la vie. A 12h00, les Waffen-SS finissent par se retirer mais maintiennent des tireurs aux entrées du village pour empêcher les survivants de s’enfuir.

– Resté méconnu dans les différents pans de la mémoire française durant près de soixante-ans, le massacre de Maillé a été révélé au grand public seulement en 2004-2008. En revanche, l’enquête est toujours confiée au Tribunal de Dortmund.