Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 25 juin 1673 : Mort de d’Artagnan au siège de Maastricht

25 juin 1673 : Mort de d’Artagnan au siège de Maastricht

Personnage devenu légendaire grâce à Courtilz de Sandras qui publia ses fausses mémoires et Alexandre Dumas, Charles de Batz de Castelmore d’Artagnan est finalement assez peu connu du public, même si sa figure reste encore attachante et populaire.

Né vers 1611-1615 au Château de Lupiac, près d’Auch dans le pays d’Astarac (Gascogne), il part débuter sa carrière des armes à Paris au sein des Gardes Françaises, Corps d’élite chargé de la protection du Roi. Affecté à la Compagnie de Mousquetaires des Essarts près de Fontainebleau par Mr. de Tréville, il participe aux combats de la Guerre de Trente-Ans à Arras, Bapaume, Collioure et Perpignan.
En 1646, la Compagnie des Mousquetaires est dissoute et d’Artagnan se retrouve dans les Gardes-Françaises. Placé sous les ordres du Cardinal Mazarin dont il devient un homme de confiance, d’Artagnan protège la Reine Anne et le jeune souverain Louis lors de la Fronde et notamment, de la fuite à Saint-Germain-en-Laye. En 1651, il veille toujours sur Mazarin lorsque le cardinal doit s’exiler temporairement et en 1653, il est fait « Capitaine concierge de la volière du Roi », obtenant ensuite le grade de Capitaine (pour les Gardes Françaises) en 1655.

En 1657, Mazarin reforme la Compagnie des Mousquetaires (Grands Mousquetaires ou Mousquetaires Gris). Bien rétribué financièrement par le Cardinal, d’Artagnan peut s’installer dans un hôtel particulier de la rue du Bac.

En 1660, il escorte Louis XIV à St-Jean-De-Luz pour son mariage avec l’Infante d’Espagne Marie-Thérèse, puis pour letour des villes du sud du royaume, ce qui permet au Gascon d’effectuer une étape à Vic-Fezensac pour retrouver les siens.
En 1661, à Nantes, Louis XIV lui donne l’ordre d’arrêter le Surintendant des Finances Nicolas Fouquet, pour qui d’Artagnan éprouve de l’estime. Cependant, le fidèle mousquetaire s’exécute, arrête Fouquet disgrâcié et l’accompagne jusqu’à la forteresse de Pignerol. Là, en tant que geôlier attitré de l’ancien surintendant, il s’emploie néanmoins à atténuer les difficiles conditions de vie de son prisonnier.

En 1672, le vieux soldat gascon remplace Louis de Crevant d’Humières comme Gouverneur de la place de Lille mais demande bientôt à Louis XIV de pouvoir servir sur les champs de bataille.

Il tombe donc, armes à la main au siège de Maastricht face aux Hollandais, tué par une balle de mousquet. Affecté, Louis XIV déclare alors : « J’ai perdu d’Artagnan en qui j’avais la plus grande confiance et m’était bon à tout. » Son corps repose (peut-être) dans l’église de Wolder, bien loin des rudes et ensoleillées terres de Gascogne.
Marié à Anne Charlotte de Clampecy, il avait eu deux fils baptisés tous deux Louis.

D’Artagnan reste sans doute l’un des personnages qui a le plus nourri les productions culturelles françaises. Outre les romans d’Alexandre Dumas, on le retrouve rapière et mousquet au poing sous les traits de Georges Marchal, Gérard Barray et de Jean Marais dans les films de Bernard Borderie et d’André Hunebelle. Chez les Anglo-Saxons, Gene Kelly et Michael York l’ont aussi joué sur le grand écran. Enfin, en forme d’hommage à Dumas, Jean d’Aillon le fait intervenir aux côté du notaire Louis Fronsac dans plusieurs de ses romans d’intrigue policière sur fond historique.