Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 25 octobre 1811 : Victoire du Maréchal Suchet à Sagonte

25 octobre 1811 : Victoire du Maréchal Suchet à Sagonte

Après avoir fait tomber Tarragone en mai 1811, remporté une bataille à Puebla de Benaguasil et forcé Oropesa à la fin du mois de septembre, l’Armée d’Aragon (formée à partir des 3e et 7e Corps) du Maréchal Louis Gabriel Suchet vient assiéger Sagonte, dans la Province de Valence.

image004– Le 16 octobre, Suchet achève de disposer ses batteries d’artillerie autour du rocher de Sagonte, dans la Plaine de Murviedro. Cette position est défendue par une garnison commandée par le Général Andriani. Les bouches à feu françaises pilonnent les positions espagnoles durant près de trois jours, pendant que les hommes du Chef de Bataillon Michaud s’emploient à creuser une brèche pour approcher les linges espagnols. Suchet ordonne alors au Colonel Matis (chef de Corps du 117e Régiment d’Infanterie de Ligne) de monter à l’assaut de Sagonte par la brèche avec 400 hommes ponctionnés sur le 5e Régiment d’Infanterie Légère, les 114e et 117e de Ligne, ainsi que quelques soldats de la Division Italienne.

– Aux dires du Maréchal lui-même, les Français chargent impétueusement mais se font repousser par une impressionnante mousqueterie espagnole. Plusieurs officiers dont le Chef de Bataillon Laplane du 114e de Ligne.
Plus à l’est à Valence, les Espagnols se rassemblement sous le Commandement du Général Joaquin Blake Y Joyes (2nde et 3e Armées) pour attaquer les positions de Suchet. Le chef français n’hésite pas. Laissant une grande partie de son artillerie autour du Rocher avec le 117e et quatre Bataillons italiens commandés par Bronikowski, il accepte le combat et les deux armées se font face le 24 octobre dans la plaine située entre Murviedro et Valence, au pied des collines de Sancti Espiritus.

image006– La droite espagnole (gauche française) est formée par la Division de Zayas, le centre par les forces de Lardizabal avec les Divisions Miranda,  San-Juan et Villacampa avec la Cavalerie du Général Caro et la gauche par la Division d’O‘Connell.
De son côté, Suchet déploie ses forces comme suit : à droite, accrochés aux monts de Sancti Espiritus les régiments de Robert, Schiazzetti et Chlopinski font face aux unités d’O’Connell. Au centre et jusuq’à la côté, la Division Harispe appuyée sur sa gauche les Cuirassiers et Hussards, ainsi que la Division Habert font face à Larizabal et Zayas. Les Divisions Saint-Paul et Palombini, tout comme le 24e Régiment de Dragons (Colonel Dubessy) assurent la réserve du centre français.

– Lorsque les troupes de Lardizabal arrivent à hauteur de Pouzol, Suchet envoie la Division Harispe frapper les pointes espagnoles avec le 7e de Ligne disposé en trois colonnes, le 116e de Ligne et les Polonais du 3e Régiment de Ligne de la Vistule. Le combat est féroce. Harispe manque d’être tué (son cheval étant frappé à sa place) et le Général Paris est blessé. Toutefois, mené par le Major Durand, le 7e de Ligne bouscule les Espagnols jusqu’au ravin du Picador.

– Blake décide alors de faire manœuvrer ses deux ailes. Débouchant de Pouzol, Zayas s’en prend à la Division Habert. Mais Suchet décide de profiter de l’avantage qu’il possède au centre. Ordonnant à Habert de retenir Zayas, il envoie les régiments de Robert, Schiazzetti et Chlopinksi contre la gauche du centre de Blake. Robert repousse une attaque de la Division d’Obispo, pendant que Chlopinski frappe durement la Division de Villacampa qui achève son déploiement par une charge des Dragons italiens de Schiazzetti. Les Espagnols ne peuvent coordonner leur riposte efficacement et Chlopinski envoie ses fantassins les repousser définitivement.

Palombini reçoit l’ordre de se porter en soutien direct de Harispe. Celui-ci a justement voulu trop profiter de son élan a se retrouve aux prises avec la Cavalerie espagnole. Une contre-attaque menée par les Hussards échoue.  Suchet encourage ses hommes et est atteint d’une balle dans l’épaule. Toutefois, le 16e Régiment de Ligne lance une attaque qui fait pencher la balance en faveur de Suchet. L’entrée en scène de la Division Palombini comme celle des cavaliers de Boussard permettent de repousser définitivement le centre espagnol qui s’écroule.

-Enfin, sur la gauche, après un dur combat, le Général Pierre Joseph Habert enlève Pouzol aux forces du Général Zayas qui se retrouve bousculé vers Valence, derrière le ravin du Picador. Joaquin Blake n’a plus comme seule solution de se retirer vers Valence. Le 26 octobre, Suchet offre au Général Andriani une capitulation honorable.

Source :
– SUCHET Maréchal Louis Gabriel : Mémoires, http://www.histoire-empire.org