Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 26 juillet 1799 : victoire d’Aboukir

26 juillet 1799 : victoire d’Aboukir

La bataille d’Aboukir oppose donc l’Armée d’Égypte de Bonaparte épaulé par Desaix, Lannes et Murat (11 000 fantassins et cavaliers) à celle du chef Mamelouk Moustapha Pacha (16 000), opportunément allié aux Anglais.

Une première attaque française échoue en raison du piétinement de Desaix et de l’hésitation de Joachim Murat. Alors que Bonaparte attend le renfort de Kléber, les Mamelouks décident de couper les têtes des soldats français morts. Mal leur en prend, car ignorant les coutumes orientales, les soldats français déclenchent la furia francese qui surprend complètement Moustapha Pacha.

Les soldats de ce dernier, pris de paniques, refluent vers les flots de la Méditerranée, tentant de gagner à la nage le fort d’Aboukir.
Et c’est Murat qui se taille le beau rôle en contournant les lignes Mamelouk, en se prenant une balle dans la glotte en combat singulier contre Moustapha lui-même, juste avant de lui sectionner trois doigts sous la menace de lui couper « des choses plus importantes ».
Autre fait marquant de la journée de la journée, Bonaparte lui même qui ordonne au Colonel Bertrand – futur général – par deux fois blessés de « charger la canaille » (soit 1 000 turbans) avec 25 cavaliers. Et contre toute attente, les Mamelouks s’enfuient.

Conséquence de la victoire d’Aboukir, Bonaparte pourra regagner la France après avoir eu connaissance des défaites du Directoire. De leur côté, les Britanniques par la voix de Sidney Smith accuseront le Pacha d’être à l’origine de la victoire française.

Enfin, bien que pourchassé dans le désert par les Français, le chef Mamelouk restera insaisissable.