Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 28 janvier 2005 : Disparition de Jacques Villeret

28 janvier 2005 : Disparition de Jacques Villeret

Né en 1951 en Touraine d’un père algérien et d’une mère française, Jacques Villeret suit les cours du Conservatoire de Tours et monte sur les planches.
diner-de-cons-1998-11-g
– C’est Yves Boisset qui le fait entrer dans le milieu du cinéma dans « R.A.S ».  Boisset fait encore appel à lui pour
« Dupont Lajoie ». Jacques Villeret est ensuite remarqué par Claude Lellouch qui lui confie des seconds puis divers premiers rôles dans « Toute une vie », « Le Bon et les Méchants », « Si c’était à refaire », « Robert et Robert » (César du meilleur second rôle masculin), « Les Uns et les Autres » et  « Edith et Marcel ».

– Avec son physique ingrat et son visage sympathique, Jacques Villeret se trouve ensuite à l’affiche de divers films comme « La soupe aux choux » (Jean Girault) avec Louis de Funès et Jean Carmet, « Danton » (Andrzej Wajda), « Circulez y a rien à voir » (Patrice Leconte), « Papy fait de la Résistance » (Jean-Marie Poiré), « Les Morfalous » (Henri Verneuil), « Dernier été à Tanger » (Alexandre Arcady) et « Le Bal des casse-pieds » (Yves Robert). Il obtient le César du Meilleur Acteur pour son rôle mythique de François Pignon dans « Le dîner de cons » de Francis Veber. Villeret y crève l’écran en sympathique maladroit expert en bourdes et adepte du maquettisme en allumettes.

– A la fin de sa carrière, on le retrouve dans « Les enfants du marais » de Jean Becker aux côtés de Jacques Gamblin et d’André Dussolier, « Un crime au paradis » et « Effroyables jardins » (toujours réalisés par Jean Becker), « Vipère au poing » (Philippe de Broca) et « Les âmes grises » (Yves Angelo).

– Il s’éteint brusquement le 28 janvier 2005. Jacques Villeret a été confronté à de forts problèmes d’alcool durant sa vie.