Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 29 mars 1989 : Disparition de Bernard Blier

29 mars 1989 : Disparition de Bernard Blier

« Mais moi les dingues, j’les soigne. J’vais lui faire une ordonnance et une sévère, j’vais lui montrer qui c’est Raoul. Aux quatre coins d’ Paris qu’on va l’retrouver éparpillé façon puzzle. Moi quand on m’en fait trop j’correctionne plus… j’dynamite, j’ventile. »

0000463_gal_008_med

« Alors ? Y dort l’ gros con ? Bah ! Y dormira encore mieux quand il aura pris ça dans la gueule. Il entendra chanter les Anges, le gugusse de Montauban. Je vais le renvoyer tout droit à la maison mère. Au terminus des prétentieux. »

Fils d’un biologiste de l’Institut Pasteur, Bernard Blier voit le jour à Buenos Aires le 11 janvier 1916. De retour à Paris, il effectue ses études au Lycée Condorcet mais ne se révèle guère un brillant élève par manque d’enthousiasme. Il se tourne alors vers le théâtre et s’inscrit au Conservatoire. Il a alors la chance de croiser la route de Louis Jouvet. D’abord acteur de second plan au théâtre, il fait aussi quelques apparitions au cinéma, notamment dans « L’Hôtel du Nord ».

Prisonnier dans un Stalag durant la Seconde Guerre mondiale, il perd énormément de poids en moins d’un an, ce qui affecte sa santé. Bernard Blier est donc rapatrié en France par convoi sanitaire.
Dès 1941, il revient tout de même sur les planches et devant la caméra dans des seconds rôles.
Grâce à son physique de « Monsieur Tout-le-Monde » renforcé par un sens de la répartie, Bernard Blier va s’imposer dans des rôles de policiers et de gangsters maladroits. Il se fait surtout connaître aux yeux du public dans les années 1950 grâce à ses rôles aux côtés de monstres sacrés comme Jean Gabin ou d’étoiles montantes comme Lino Ventura. Mais c’est Georges Lautner qui lui donne la consécration avec les rôles quasi-mythiques de Raoul Volfoni et d’Eusebio Cafarelli. Les années 1960 sont pour lui les années de grands crus.

Il tourne moins durant les années 1970 et s’efface dans les années 1980 en raison d’une grave maladie. Il reçoit un César d’honneur pour l’ensemble de sa carrière en 1989. Il apparaît alors considérablement amaigri sur la scène.

Ce très grand acteur populaire, père de Bertrand Blier, s’éteint en toute discrétion le 29 mars 1989.