Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 4 décembre 1923 : Mort de Maurice Barrès

4 décembre 1923 : Mort de Maurice Barrès

Né en 1862 à Charmes dans les Vosges, enfant il est profondément marqué par la séparation de la Lorraine à l’issue de la Guerre de 1870, ce qui le conduira à devenir l’un des chantres de la Revanche et du Nationalisme anti-allemand. Il fut notamment boulangiste et membre de la Ligue des Patriotes de Paul Déroulède.

– Journaliste et écrivain s’assumant de droite, d’abord antidreyfusard avant de se radoucir pour faire l’éloge des combattants juifs français dans les Tranchées,
il sera élu à l’Académie Française en 1906 au siège de José-Maria de Heredia.

– D’abord influencé par la pensée de Hippolyte Taine et d’Ernest Renan, il glissera peu à peu vers une littérature plus teintée de catholicisme.

Il est l’auteur  entre autres, du Culte du Moi, La Terre et les Morts, L’Ennemi des lois, Le Roman de l’Énergie Nationale, Les Bastions de l’Est et de La Colline Inspirée.

« Certes, une telle connaissance de la Patrie ne peut être élaborée que par une minorité, mais il faut qu’ensuite tous la reconnaissent et la suivent.
À ce résultat général comment parvenir ?
En développant des façons de sentir qui naturellement existent dans ce pays.
On ne fait pas l’union sur des idées, tant qu’elles demeurent des raisonnements ; il faut qu’elles soient doublées de leur force sentimentale. À la racine de tout, il y a un état de sensibilité. On s’efforcerait vainement d’établir la vérité par la raison seule, puisque l’intelligence peut toujours trouver un nouveau motif de remettre les choses en question.
Pour créer une conscience nationale, nous devons associer à ce souverain intellectualisme un élément plus inconscient et moins volontaire…
…Cette voix des ancêtres, cette leçon de la terre, rien ne vaut davantage pour former la conscience d’un peuple. La terre nous donne une discipline, et nous sommes le prolongement de nos ancêtres. Voilà sur quelle réalité nous devons nous fonder. »

(La Terre et les Morts)