Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 7 décembre 2013 : disparition d’Edouard Molinaro

7 décembre 2013 : disparition d’Edouard Molinaro

en 1928 à Bordeaux, Edouard Molinaro  commence sa carrière comme assistant réalisateur, d’abord pour des courts-métrages et des documentaires, puis pour des films industriels et des fictions comme « Le dos au mur », « Une fille pour l’été », « Les sept péchés capitaux », « Arsène Lupin contre Arsène Lupin », « La chasse à l’homme » ou encore, « Quand passent les faisans », très bonne comédie policière avec Jean LefebvreBernard Blier et Paul Meurisse.

3193-edouard-molinaro-soutient-la-lutte-637x0-1

– Il connaît la consécration en 1967 avec l’adaptation de la pièce de théâtre « Oscar » avec un Louis de Funès magistral. Il réalise la plaisante comédie familiale « Hibernatus » en 1969, une fois de plus avec Louis de Funès. Mais Molinaro démontre une très grande qualité de réalisation.

– Deux des ses comédies les plus réussies restent toutefois « L’Emmerdeur » avec Lino Ventura et Jacques Brel, avec un certain Francis Veber au scénario et « La cage aux folles » avec Michel Serrault et Hugo Tognazzi (pour lequel il est nominé aux Oscars dans la catégorie Meilleur film étranger).
Dans les années 1970-1980, il réalisera « La cage aux folles II », « Pour cent briques t’as plus rien » et « A gauche en sortant de l’ascenseur ». Notons toutefois un écueil dans sa carrière : « Dracula Père et Fils » avec Christopher Lee.

– Réalisateur connu surtout pour ses comédies, Edouard Molinaro s’est aussi penché sur l’Histoire de France avec deux films de qualité ; « Le souper » (1992) avec un Claude Rich magistral en Talleyrand face à Claude Brasseur en Joseph Fouché et aussi           « Beaumarchais l’insolent » (reprenant un scénario de Sacha Guitry) avec Fabrice Luchini (1996).

– Il ne tourne plus de films pour le grand écran par la suite préférant se consacrer plus discrètement à la télévision et au théâtre.