Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Amiral Jehan de Vienne, fondateur de la première marine de guerre française

Amiral Jehan de Vienne, fondateur de la première marine de guerre française

Jehan de Vienne (1321/1341 – 1396), fils d’un Seigneur de Franche-Comté, se fait connaître dès les début de la Guerre de Cent Ans en affrontant Édouard III à Calais.

– Comprenant très vite que les navires devenaient des armes d’avenir, il fut le grand réformateur et réorganisateur de la Marine Française sous Charles V; le Roi Sage l’ayant fait Amiral de France en 1373. Sans être marin, Jehan de Vienne se montre compétent dans sa tâche. Tout en dirigeant les attaques contre l’Angleterre, il organise la flotte et conduit les travaux. C’est ainsi qu’est réorganisé le Clos des Galées non loin de Rouen. Dirigé par un Maître et Garde du Clos, il emploie des maîtres et compagnons de divers corps de métiers en vue de fournir des navires à la couronne.

– Refusant les grands engagements navals, Jehan de Vienne privilégie les raids et coups de mains contre les ports et villes du sud de l’Angleterre. Ainsi, jusqu’en 1380, les navires français vont paralyser une grande partie du commerce anglais grâce et s’assurer le contrôle de la navigation dans la Manche.
Malheureusement, l’expédition de 1385 pour soutenir les Écossais est un échec. De plus, Charles VI ne s’intéresse guère au développement de la flotte.

Blason de la famille de Vienne

Blason de la famille de Vienne

– En 1393, suite à la signature par Charles VI de l’Ordonnance confiant le gouvernement du Royaume aux oncles du Roi de France (ayant sombré dans la folie), Jehan de Vienne connaît le même sort qu’Olivier de Clisson et des autres Marmousets auxquels Charles V avait confié l’aide au gouvernement de son fils. Il est donc mis à l’écart, les Ducs de Berry et de Bourgogne tiennent le gouvernement.

– Le vieil Amiral de France trouve vaillamment la mort à la bataille de Nicopolis le 25 septembre 1396, jour de la défaite des chevaliers français et des troupes valaquo-hongroises de l’Empereur Sigismond Ier de Luxembourg face aux Turcs de Bajazet (Bayezid) Ier et leurs vassaux serbes d’Etienne Lazarevic*.

– Nicopolis sera l’une de ses quelques tentatives lancées en Occident (au-dehors de toute volonté politique de plusieurs royaumes à l’exception de celle du Saint-Empire)

 

Enluminure (XVe) représentant la bataille de Nicopolis

 

– Figuraient aussi dans cette tragique équipée, Enguerrand VII de CoucyJehan de Bourgogne cousin de Charles VI et futur Jean Sans Peur, Jehan II Le Meingre de BoucicautPhilippe d’Artois Comte d’Eu, le Chambellan Regnault de Roye et Gui de La Trémoille.

* Fils du Prince et Saint de Serbie Lazar Hrebeljanovic défait à Kosovo Polje en 1389.

Lire :
– FAVIER Jean : La Guerre de Cent Ans, Fayard, Paris
– MINOIS Georges : La Guerre de Cent Ans, Fayard, Paris