Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Campagne de 1814 – 11 février : Victoire de Montmirail

Campagne de 1814 – 11 février : Victoire de Montmirail

Montmirail reste une victoire étonnante : avec un rapport de forces défavorable, Napoléon va réussir à repousser durement les Russes et les Prussiens en utilisant savamment ses forces de cavalerie en d’habiles manœuvres.
Battle_of_Montmirail_1814_marin_lavigne
Après la victoire de Champaubert, Napoléon décide de laisser le Maréchal Marmont à Etoges. L’Empereur décide alors de se porter avec 16 000 hommes sur Montmirail plus au nord là où les Russes de von Osten-Sacken, poursuivis par Grouchy tentent de rejoindre les Prussiens de Yorck und Wartenburg.

Pendant ce temps, le Général Etienne de Nansouty avec ses Cuirassiers arrive à Montmirail, très vite rejoint par les Grenadiers à Cheval de la Garde et les Chasseurs à Cheval de Lefebvre-Desnouettes.
C’est alors qu’au lieu de laisser Yorck et von Osten-Sacken établir leur jonction, le Maréchal Blücher ordonne au russe de chasser les Français de Montmirail.

1814MontmirailAlisons

Von Osten-Sacken arrive par le sud-est à travers le vallon du Petit-Morin pour se placer en perpendiculaire de la route La Ferté-sous-Jouarre – Châlons-sur-Marne, avec les Cosaques et l’Infanterie de Vassiltchikov sur sa gauche (nord) à Haute-Epine. Von Osten tient une ligne le long du Petit Morin entre l’Epine-aux-Bois et Vandière. Pendant ce temps, les Prussiens de von Yorck arrivent par le nord via Soudan et viennent occuper Fontenelle (Horn) et les Tourneaux (Pirch).
Napoléon qui est à Montmirail au sud-est à 10h00, place les forces du Général Claude-Etienne Michel face aux Prussiens entre Bailly et Chef-la-Ville. Au centre, le Général Etienne Ricard vient occuper Marchais au sud de la route La Ferté-sous-Jouarre, appuyé sur ses arrières la Vieille Garde de Friant. Ricard vient ensuite se place face aux Russes de von Osten-Sacken à Pomesson. Enfin, le Maréchal Ney arrive ensuite à Marchais pour renforcer le centre, suit par Edouard Mortier.
Pour tromper les Russes, Napoléon ordonne à Nansouty d’inquiéter von Osten-Sacken par une manœuvre de flanc pendant que Michel fait semblant d’abandonner le vallon du Petit-Morin. Le Général russe croit alors à un recul français et descend le versant est du vallon de puis la Haute-Epine. C’est alors que Ney fond sur les russes avec quatre bataillons de la Vieille Garde. Ce succès obtenu, l’Empereur expédie ses Grenadiers à Cheval sur les Russes. Deux brigades ennemies sont détruites.

Au nord, York débouche de Fontenelle et réussit à repousser les forces de Michel sur Marchais mais Mortier intervient et repousse les Prussiens. Le village est alors pris et repris plusieurs fois. L’Empereur fait alors donner deux Bataillons de Chasseurs , la Brigade de Ricard et la Cavalerie de Defrance contre les Russo-prussiens. Finalement le village est repris définitivement par les Français. Pendant ce temps, un contingent de Russes tentent de s’abriter dans la Forêt de Nogent mais ils sont interceptés par la Division Defrance.


Lire :
La bataille de Montmirail, d’après Charles-Thédore Beauvais, http://www.aufildesmotsdel’histoire.unblog.fr
– BOUDON Jacques-Olivier : Napoléon et la campagne de France 1814, Armand Colin, Paris