Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Campagne des Vosges (1944) : Cinquième partie

Campagne des Vosges (1944) : Cinquième partie

4 – OBJECTIF L’ALSACE ! L’ATTAQUE VERS LA TROUEE DE SAVERNE

1 – L’attaque des 44th et 79th Divisions

– Après la prise de Baccarat par la 2e DB, Wade H. Haislip effectue un changement du dispositif de ses lignes durant la nuit du 11-12 novembre. Durant la nuit, la 79th Infantry Division de Wyche se déploie dans les Bois de Mondon au sud de la Vezouse. La pluie tombe alors sans discontinuer pour laisser la place à de la neige le 12 dans tout le secteur du XVth Corps. Plus grave, beaucoup de routes et de ponts sont noyés par la Vezouse en crue. Au regard de la météorologie devenue folle, Jacob L. Devers n’est guère optimiste quant à lancer l’offensive de Haislip. Mais à 23h00, il donne son accord pour faire marcher le XVth Corps à l’assaut des Vosges, en comptant sur l’effet de surprise, en espérant que Balck et Wiese ne s’attendent pas à connaître un assaut américain dans de telles conditions.

– L’attaque commence donc tôt le matin du 13 novembre par une préparation massive d’artillerie. Au centre, la 44th Infantry Division de Spragins se met en marche le long de la voie ferrée de Sarrebourg, avec le 324th Infantry Regiment (Colonel Kenneth S. Anderson) sur la gauche et le 71st Infantry (Colonel Ercil D. Porter) sur la droite. Les deux régiments avancent d’abord rapidement mais reçoivent de plein fouet la riposte allemande déclenchée avec de l’artillerie, de mortiers et des mitrailleuses tout le long de la ligne de la Division. Pour la division de « Bleu », le sérieux baptême du feu est rude. Seuls 500 mètres environs sont couverts durant la journée.
Les progrès enregistrés durant la journée du 14 ne sont pas plus probants. Robert L. Spragins décide alors d’engager son régiment de réserve, le 114th Infantry du Colonel Robert R. Martin dans le secteur de Leintrey. Spragins lui fait effectuer une manœuvre particulièrement dangereuse mais qui s’avère tout aussi efficace. Après être passé au travers du dispositif sud du 71st Infantry,  le 114th oblique alors vers le nord pour cogner directement dans le flanc et dans les arrières de la 553. Volks-Grenadier-Division du Generalmajor Hans Bruhn. Au soir du 15 novembre, le 114th Infantry a progressé de 1,4 km environ au nord-est et au nord de Leintrey, désordonnant le système défensif allemand dans un terrain ascendant et boisé. Le 16 novembre, le 114th Infantry achève son mouvement en crochet en se retrouvant à la gauche de la 44th Division et effectue sa liaison avec le 106th Cavalry Group. Le 17, les 324th et 71st Infantry repartent à l’assaut vers l’est et culbutent les défenses de la 553. VGD jusqu’au soir du 18. Le 19, le 71st Infantry de Porter pousse son effort sur la RN 4 pour arriver bientôt en vue du Canal Rhin-Marne, à moins de 6 km de Sarrebourg. Au nord, le 324th Infantry qui agit en soutien du 71st,  longe le Canal en direction de l’est. Le 20 août, les hommes du Major.General Spragins ont accompli la moitié de la percée espérée par Haislip.

– Sur le flanc sud du XVth Corps, la 79th Infantry Division par à l’assaut le 13 novembre près de Montigny, à la jonction des RN 392 et 435. La résistance allemande est opiniâtre mais le 14, le 314th Infantry (Colonel Warren A. Robinson) placé sur la gauche (nord) atteint Halloville, pendant qu’à droite, le 315th Infantry (Col. Andrew J. Schriner) remonte la N 392 vers Badonwiller sur plusieurs km. Pour les Allemands, la chute de Halloville menace de rompre la charnière entre la 553. VGD et la 708. VGD. Wiese ordonne alors qu’une forte contre-attaque soit menée dans ce secteur par la 708. Volks-Grenadier du Generalmajor Joseph Krieger. Mais la division est complètement jouée par la « Cross of Lorraine » car le 315th qui agit en soutien du 314th, tombe en plein dans la zone de rassemblement des forces d’offensive de la 708. VGD près de Halloville, avec des M36 Jackson du 813th Tank Destroyer Battalion. Les unités allemandes sont alors dispersés et tous les Sturm-Geschützte d’appui de la division sont détruits.

Insigne de la 44th US Infantry Division

Insigne de la 44th US Infantry Division

– Le 15 novembre, la 553. VGD tente de frapper au sud de la 79th depuis Blamont et la RN 4, à moins de 3 km au nord de Halloville. Un autre groupement, placé sous le contrôle direct du LXIV. Armee-Korps (Helmmuth Thumm), se rassemble lui aussi. Mais ses efforts s’avèrent vains dès lors que la 44th Infantry Division réussit à disloquer les défenses de la 553. ID. Par conséquent, la Division de Wyche s’enfonce dans les lignes de la 708. VGD et atteignent Harbouney et maintiennent leur pression en direction de Sarrebourg.

– Aux QG de la 19. Armee et du LXIV. AK, la panique commence à gagner les esprits, d’autant que le manque de liaisons radios et téléphoniques avec la 708. VGD laisse croire à Friedrich Wiese que les attaques convergentes des Américains avaient repoussé tout le flanc droit de la Division, isolant ainsi toute la 553. VGD du reste du LXIV. Korps. Mais en fait, la situation n’est pas aussi noire que se l’imagine Wiese, puisque pendant la nuit du 15-16 novembre, la gauche de la 553. VGD se replie en très bon ordre sur Blamont et s’établit sur une ligne défensive de la rive de la Vezouse à Cirey-s/-Vezouse. Dans le même temps, l’aile droite de la 708. VGD, réorganisée pour s’ancrer sur une ligne située au sud de Cirey, le long d’une terrain ascendant et boisé doté de positions préparées à l’avance. Néanmoins, ayant été quelque peu bousculé, le LXIV. Korps commence à rencontrer de sérieux problèmes en matière de défense.

– Le 16 novembre, Haislip commence à avancer des éléments de la 2e DB Française afin de sécuriser les flancs des divisions d’assaut et pour assurer le rythme de son offensive. Il compte alors sur Leclerc. L’objectif de Leclerc est d’abord de dégager les secteurs de Badonwiller et de Balmont. Le Colonel de Langlade avouera plus tard, avoir été très étonné du plan de son supérieur.

– Le Groupement Tactique Remy (GT R) s’élance vers le sud-est depuis Halloville, par des petites routes qu’il doit dégager de leurs obstacles et de leurs mines mais désorganise les communications de la 708. VGD. Le 17 novembre, Leclerc lance le Groupement Tactique V du Colonel de Guillebon vers l’est le long de la N-392, depuis Montigny pour s’emparer de Badonwiller, avant d’obliquer au nord vers Bremenil.
Pendant ce temps, la force principale de Leclerc, le Groupement Tactique L du Colonel de Langlade commence à progresser Balmont par la RN 4, alors que la 79th Infantry Division franchit la Vezouse afin de progresser vers l’est, mais doit faire face à une forte opposition de la part de la 553. VGD, avant d’investir la petite ville par le nord.

– Le 18 novembre, tandis que la 44th Infantry Division commence à percer le dispositif de la 553. VGD en profondeur le long de la N 4, la droite de la 708. VGD commence par céder, tel que le craignait Wiese. Profitant de la situation, les GT R et CC V roulent vers le nord pendant plus de 3 km sans rencontrer de sérieuse résistance et capturent des ponts intacts à Cirey-s/-Vezouse. Pour le LXIV. Korps, c’est presque une catastrophe puisque les Français viennent de couper leur principale route de ravitaillement. Encore mieux pour les hommes de Leclerc, la route Cirey – Badonwiller est dégagée de tout obstacle et mine.
Le 18 toujours, la 79th Infantry Division poursuit sa route sans rencontrer d’opposition et investit Blamont. Elle n’est gênée durant la journée que par un tir d’artillerie allemande provenant du nord de la Vezouse.
Pendant la nuit du 18-19 novembre, l’aile gauche de la 553. VGD doit se replier au nord-est de Blamont pour tenter d’arrêter les Franco-Américains sur une ligne Tanconville – Bertrambois – Lafrimbole (orientée sud – est). Mais la 2e DB et la 79th Infantry Division ne lui laisse aucune pause. Tôt le 19, le 314th Infantry Regiment approche de Richeval, tandis que le 315th Infantry investit Tanconville. Pendant ce temps, le GT du Colonel de Langlande nettoie Bertrambois et le GT R atteint Lafrimbolle dans le massif montagneux, non loin de Bertambois. Pour le Lieutenant.General Haislip, c’est le moment de passer à l’exploitation de percée.

Colonel Paul Girot de Langlade

Colonel Paul Girot de Langlade

2 – L’attaque de la 2e DB dans les Vosges

– L’objectif immédiat de Leclerc n’est autre que la ville de Saverne, situé aux confins des Vosges et débouchant sur la plaine d’Alsace. Et bien évidemment, le chemin vers l’application du « Serment » de Koufra. Il faut dire aussi que de Gaulle appuie Leclerc dans sa démarche en incitant Patch et Devers à laisser la 2e DB marcher sur Strasbourg aussitôt que possible, alors qu’initialement, ça n’est pas l’objectif assigné par Patch et Haislip. Le Général français a un plan pour le moins ambitieux ; faire passer ses colonnes blindées par les petites routes vosgiennes, réputées d’accès difficile. Et surtout, avec une formation mécanisée. Mais c’est justement là où les Allemands ne s’attendent pas à voir surgir leurs adversaires. Le Colonel de Langlade avouera plus tard qu’il cachait sa surprise dès que son supérieur lui avait expliqué le plan. Comme pour Baccarat, l’état-major de Leclerc et son 2e Bureau ont amassé une quantité d’informations nécessaires concernant les routes, les conditions de circulation, ainsi que les déploiements et l’état des défenses allemandes.
Leclerc décide de lancer les GT D et en fer de lance, chacun étant divisé en Sous-Groupements. Le plan de marche est le suivant : après avoir traversé le canal Rhin-Marne, le GT D du Colonel Louis Dio doit contourner Sarrebourg par l’ouest et le nord, avant d’attaqur dans Basses-Vosges au nord de la Trouée de Saverne en deux colonnes. Aussitôt cette action accomplie, le GT D doit dévaler vers Saverne dans le flanc allemand depuis le nord et le nord-est.
Au sud  du Canal Rhin-Marne, le GT L, lui aussi scindé en deux colonnes doit pousser rapidement à l’est sur des petites routes forestières menant à la plaine d’Alsace ; puis il doit obliquer vers le nord pour rejoindre le GT D. Le GT de Guillebon (V) reste en réserve, prêt à renforcer les deux autres, tandis que le GT R (Remy), l’unité de reconnaissance divisionnaire renforcée autour du Régiment de Marche des Spahis du Maroc (RMSM) doit appuyer le GT L au sud en sécurisant le flanc droit de la 2e DB. Si le renseignement de Leclerc estime les estimations du Général corrects, son plan doit lui permettre d’éviter les points forts allemands et percer dans les cols vosgiens avant que les Allemands ne puissent le bloquer. Comme à Baccarat, les maîtres mots de Leclerc sont renseignement, surprise, rapidité et manœuvre.

– Le plan plus large de Haislip veut que les Blindés de Leclerc sécurisent tous les débouchés à l’Est des Vosges depuis La Petite-Pierre, à environ 6,5 km du nord de Saverne, à Dabo, à environ 6,5 km au sud de la trouée. Pour aider Leclerc, Haislip veut que la 44th Infantry Division s’empare de Sarrebourg dès que possible, pour se préparer à relever les Français le long de portion nord des objectifs au nord du XVth Corps. De plus, la 79th Infantry Division, déchargée de sa mission sur Sarrebourg, doit se préparer à exploiter la percée français dans la moitié sud du XVth Corps. Aussitôt relevé par les deux divisions américaines, Leclerc doit lancer toute sa division vers Haguenau, un important carrefour routier et ferroviaire dans la Plaine d’Alsace, à environ 14 km au nord de Strasbourg, qui est pourtant l’objectif du patron de la 2e DB. Toutefois, en cas de nécessité, les Français peuvent aussi se replier sur Weyer, à environ 8 km au nord de Sarrebourg, afin de protéger le flanc nord du XVth Corps. Patch et Haislip anticipent ainsi les risques potentiels d’une pénétration en profondeur des colonnes blindées françaises en Alsace. En outre, à la date du 19 novembre, l’aile gauche du XVth Corps se trouve à environ à moins de 10 km de l’aile droite du XIIth Corps de la IIIrd Army et ce, même si le 106th Cavalry Group se charge de faire écran. Mais l’espace entre les troupes de Patton et Haislip menace encore de s’élargir. Une situation similaire apparaît dans le secteur de Baccarat entre le GT R de la 2e DB et l’aile gauche du VIth Corps de Brooks. Toutefois, Patch et Haislip tombent d’accord sur une chose ; le risque de contre-attaque allemande est minimal au vu de la situation des deux divisions du LXIV. Korps de Thumme. Au nord, la 361. VGD (LXXXIX. AK) qui ferme l’aile gauche de la 1. Armee, ne peut absolument pas leur porter secours car elle doit défendre ses propres positions. Et dans le pire des cas, si les Allemands viennent à déclencher une contre-attaque, Haislip peut disposer de la 45th Infantry Division, maintenue en réserve de la VIIth Army. Néanmoins, l’alternative tactique de Weyer met Leclerc face à la possibilité de se retirer à l’est des Vosges en cas de menace.

Commandant Robert Quilichini

Commandant Robert Quilichini

– Pendant l’après-midi du 19 novembre, le GT D se rassemble au sud des positions avancées de la 44th Infantry Division, à la jonction de N 4 et du Canal Rhin-Marne. Avant l’aube du 20, les troupes alliées sécurisent plusieurs ponts sur le canal et à l’heure H, les Sous-Groupements du Colonel Dio s’ébranlent, suivies par des éléments du 324th Infantry Regiment. Français et Américains progressent sur des chemins difficiles mais viennent facilement à bout des quelques unités éparses alignées par le 361. VGD qui n’a aucun soutien en artillerie adéquat. Les Généraux allemands ont bien tenté d’opérer un redéploiement en confiant au LXXXIX. Korps de von Gilsa la défense de Sarrebourg. Sauf que le 20 novembre, le 71st Infantry Regiment de Porter se présente devant Sarrebourg, contraignant von Gilsa d’évacuer son PC de la ville. A la nuit tombée, les GI’s ont sécurisé toute la ville, pendant que le reste de la 44th Infantry Division refoule les quelques renforts envoyés par la 361. VGD.

– De son côté, le GT D continuent sa progression en deux colonnes vers le nord et dans les lignes allemandes. Sur la droite (sud), le Sous-Groupement Quilichini atteint la Sarre à Sarraltroff, moins de 2 kilomètres au nord de Sarrebourg. Simultanément, le Sous-Groupement Rouvillois capture un pont sur l’Oberstinzel, moins de 2 km plus au nord, avant d’expédier des patrouilles à Rauwiller, 2,5 km plus à l’est.
Les incursions françaises forcent alors la 361. VGD à se replier le long d’une nouvelle ligne de défense comprenant les villages de Mittersheil, Rauwiller et Schalbach. Ligne de défense tournée vers le sud, afin de couvrir les lignes de communication du LXXXIX. Korps.
Côté français, Louis Dio obtient de Leclerc que le SG Rouvillois traverse les Vosges par une route plus au nord, afin de profiter au mieux de la faiblesse allemande et ôter toute coordination à la défense alleande dans les Vosges.
Au matin du 21 novembre, le SG Rouvillois enfonce les positions allemandes à Schalbach, puis oblique au nord-est vers Siewiller, à la lisière des Basses-Vosges. Traversant tout le long de l’artère nord-sud de la N 61, les unités de Rouvillois poussent leur effort vers La Petite-Pierre au cœur des Basses-Vosges. Derrière Rouvillois, le 106th Cavalry Group progressent vers le nord, sécurise Bärendorf, Eywiller, Weyer et Drulingen. Ainsi, les Cavalrymen peuvent assurer les arrières du Colonel Dio.
La seconde colonne de Dio placée sur la droite, le Sous-Groupement Quilichini couvrent les huit miles de Sarraltroff à Mittelbronn, le long de la D 36 mais les patrouilles lancées en avant buttent sur une solide défense, avec des obstacles antichars disposés sur la N 4 en direction de Phlasbourg. Sur les arrières de Quilichini, le 324th Infantry du Colonel Anderson franchit la Sarre à Sarraltroff, pendant que le 114th Infantry du Colonel Martin atteint la N 4, moins de 1 km au-delà de Sarrebourg. Au sud de Sarrebourg, des unités de la 79th Infantry Division dépassent le GT L pour bondir sur la N 4. Français et Américains convergent alors rapidement sur Phalsbourg et sur les abords de la Trouée de Saverne.

Le Colonel de Guillebon (à droite) et Leclerc

Le Colonel de Guillebon (à droite) et Leclerc

– Toujours au sud de Sarrebourg, le Sous-Groupement Minjonnet qui forme la colonne nord (gauche) du GT L, quitte Bertrambois le matin du 19 et roule vers le nord sur des mauvaises routes pour atteindre le sud de Niederhoff. La colonne sud, le Sous-Groupement Massu, progresse plus difficilement dans les défenses de la 553. VGD au nord de Lafrimbolle mais les Allemands ne tiennent pas et doivent céder. De plus en plus désorganisée et perdant ses moyens de communication, la 553 VGD essaie d’établir une nouvelle ligne de défense entre Heming (sur le Canal Rhin-Marne), au sud et au sud-est le long de la Sarre Rouge et de la Sarre Blanche jusqu’à Saint-Quirin.

– Le 20 novembre, Leclerc ordonne à ses colonnes mécanisées de poursuivre leur avance. Le SG Minjonnet nettoie Niederhoff puis se réoriente au nord-est pour franchir la Sarre Rouge et forcer le passage à l’est, vers Voyer. Là, les positions de l’Artillerie-Regiment 1553 (553. VGD) sont submergées et les Français capturent 200 prisonniers. Le 314th Infantry Regiment qui assure la sécurité du flanc et des arrières de Minjonnet, combat lui aussi pour traverser la Sarre Rouge, pendant que le 313th Infantry s’élance vers Niederhoff. Plus au sud, le SG Massu passe presque toute la matinée à contourner et neutraliser les dernières éléments de la 553. VGD positionnés le long de la Sarre Blanche à l’est de Saint-Quirin qui tombe à 14h00 le 20 novembre. Massu envoie aussi son élément blindé (1 escadron du 12e Chasseurs d’Afrique) sur Walscheid, à moins de 5 km au nord-est de Saint-Quirin, puis poursuit vers le nord en accrochant la D 114, connue aussi sous le nom de Route Dabo, qui sillonne en hauteur sur 6,5 km vers le sud-est et le Col de Wolfsberg dans un secteur très boisé.
Seulement, les prisonniers commencent à poser problème, particulièrement pour le GT de Langlade. Pour y remédier, l’état-major ordonne à Ira T. Wyche de détacher 2 Compagnies d’Infanterie de sa 79th Infantry Division pour prendre en charge les allemands qui se rendent.


3 – La prise de Saverne

– Dans le même temps, Leclerc décide d’engager le GT V du Colonel de Guillebon  au vu du durcissement de l’opposition allemande dans le secteur du GT L. Son principal effort, s’effectue alors pour dégager la Route Dabo, tout en prenant le SG Massu sous son commandement. Leclerc ordonne à Minjonnet de continuer vers le nord-est pour s’assurer du contrôle entre Voyer et Arzviller mais il est doublé par le CC V qu’il doit suivre dans le nettoyage des montagnes, en dépit d’une forte opposition ennemie. Quant a CCR du Lieutenant-Colonel Remy, maintenu en force de blocage sur le flanc du XVth Corps, Leclerc décide de le regrouper à Walscheid afin de sécuriser la Route Dabo derrière le CC V.

– Malgré une pluie torrentielle, le SG Massu bouscule des petits groupes d’Allemands et s’avance au sud-est sur la Route Dabo. Au soir du 20 novembre, vers 20h00, les éléments de tête de Massu atteignent Dabo, à proximité du Col de Wolfsberg. Mais il doit s’arrêter pour attendre le GT V. Celui-ci arrive depuis Cirey-s/-Vesouze sur le coup de 02h00 le 21 novembre.
Même si la Route Dabo pouvait facilement être bloquée, la 553. VGD n’en a plus les moyens. Sa gauche est complètement encerclée et cherche son salut dans la fuite. Le Generalmajor Hans Bruhn, commandant de la division et se trouvant lui aussi dans la zone encerclée, regroupe environ 1 800 hommes, quelques pièces d’artillerie et tous les véhicules disponibles dans un secteur au nord de Voyer. Profitant d’un temps mauvais, le groupement de Bruhn se lance vers le Canal Rhin-Marne et réussit à forcer les postes avancées du 314th Infantry Regiment ( ?) durant la nuit, pour atteindre Arzviller à l’aube du 21. Une autre force de 300 hommes de la 553. VGD réussissent à se glisser entre les positions de la 2e DB pour se regrouper à l’est. Réunissant ces 2 100 hommes en une unité plus compacte, avant de ramasser les autres rescapés, Hans Bruhn comence à organiser les défenses de la trouée de Saverne, avec le concours – inattendu – d’un bataillon d’élèves officiers de Bitche lourdement armé.

Source : http://www.rhin-et-danube.fr

Source : http://www.rhin-et-danube.fr

– Conscient que sa position est la priorité de l’offensive franco-américaine, Bruhn fait en sorte de constituer une défense redoutable pour protéger Saverne. Il dispose ainsi des troupes en contre-bas de la N 4, à travers la gorge du Col Mais néglige de renforcer plusieurs positions le long des routes montagnardes au nord et au sud de Saverne. Routes qui n’ont sûrement pas échappées à Leclerc. Et il est trop tard pour Bruhn de remédier à la situation. Pire, la 361. VGD ne peut absolument pas lui venir en secours, ni même la 708. VGD qui vient d’être malmené par la 100th Infantry Division à Raon-l’Etape. En fait, entre Arzviller et Bertambois – nouvelle limite nord de la 19. Armee –, s’est ouverte une brèche d’environ 8,8 km sans aucune défense organisée.

– Le 21 novembre à l’aube, le SG Massu reprend son avance, suivi par le GT V et atteint le Col de Wolfsberg en devant mettre fin à une résistance acharnée. Deux heures plus tard, ses éléments de tête, fonçant autant que possible vers les pentes orientales des Vosges, réussissent à déboucher sur la Plaine d’Alsace. Immédiatement, Massu oblique vers le nord, en vue de Saverne, tandis que le GT V fonce à l’est en profitant du terrain plus favorable aux véhicules blindés.
Simultanément, le SG Minjonnet doit passer toute la journée du 21 à combattre les derniers éléments de la 553. VGD qui tiennent les abords sud d’Arzviller, avant de recevoir le concours de soldats de la 79th Infantry Division. Les Allemands finissent alors par se replier sur Saverne.

– Le 22 novembre, la pénétration de la 2e DB dans les Vosges est définitivement achevée. Au nord, le SG Rouvillois perce dans les Basses-Vosges à Wieterswiler, environ 3,3 km à l’est de La Petite-Pierre. Et après avoir submergé les quelques troupes allemandes disséminées, les hommes de Rouvillois foncent sur 6 km dans des champs ouverts jusqu’à Monswiller, à moins de 1 km au nord de Saverne, pour faire leur jonction avec ceux de Massu.

Ce dernier lance alors ses hommes dans la ville de Saverne et après, quelques combats, capturent 800 soldats Allemands, dont Hans Bruhn. En revanche, von Gilsa qui avait pu établir un temps son PC à Saverne, réussit à s’enfuir. Rendu furieux par ces échecs défensifs, Hermann Balck décide de remplacer von Gilsa par le Generalleutnant Gustav Höhne à la tête du LXXXIX. Armee-Korps. Mais lorsque Höhne vient prendre son commandement, von Gilsa est déjà parti et il ne peut se rendre compte de la situation, en raison de l’absence de presque de tout l’Etat-Major. Apprenant ensuite que Bruhn venait d’être capturé, Höhne ramasse ce qu’il peut de ce qui reste de la 553. VGD et concentre le tout sous son autorité dans la nuit du 22-23 novembre.

– Tandis que le GT L (avec les SG Massu et Minjonnet réunis) et le SG Rouvillois nettoient les abords des Saverne durant la journée du 22, le CC V sécurisent plusieurs villes et villages d’Alsace au sud, rencontrant une faible résistance allemande. Plus tard dans l’après-midi, le SG Mijonnet roule vers le nord-ouest sur la N 4 depuis Saverne vers Phalsbourg et tourne l’ensemble des défenses allemandes dont la défense porte vers l’ouest. Dans le même temps, le SG Quilichini, qui opère au nord du secteur Sarrebourg – Phalsbourg à l’ouest de Vosges, franchit le massif montagneux à son tour pour rejoindre le reste du GT D au nord de la route de la Petite-Pierre. A la fin de l’après-midi, il reste juste aux Français à sécuriser la tête de pont que Haislip souhaite voir se constituer en ouvrant le reste de la N 4 de Phalsbourg à Saverne et achever le nettoyage de la gorge du Col de Saverne.

Source :
CLARKE Jeffrey : Riviera to the Rhine, http://www.ibiblio.org/

[Suite]