Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Chroniques de la Bataille de Normandie – 25/ « Cobra » (Quatrième partie)

Chroniques de la Bataille de Normandie – 25/ « Cobra » (Quatrième partie)

10 – L’EXPLOITATION DE LA PERCÉE

– Après un redéploiement de ses unités, Collins ordonne à la 3rd Armored et à la 4th « Ivy » Division de se lancer vers le sud dès le 30 juillet. La 4th Division de Barton se voit renforcée du 26th Infantry du fait que son 22nd Infantry est passé sous le contrôle du XIXth Corps de Corlett. Et la 1st « Big Red One » est maintenue en réserve, tout en se préparant à être lancée en attaque. Les unités d’Infanterie doivent s’emparer de Villedieu-les-Poêles, ville située à l’ouest de la Vire, entre Granville et la vieille localité de Vire.

– Le 30 juillet, 2 régiments de la 4th Division s’élancent vers Villedieu sans rencontrer de sérieuse résistance. Malheureusement, l’avance est ralentie sur l’aile gauche de Barton en raison de la présence d’excellentes positions défensives établies au sud de Percy afin de couvrir la retraite.
cobra1
– Sur la droite, en dépit du manque de routes convenables et des véhicules allemands encombrant le chemin, le CC B de la 3rd Armored commandé par Truman E. Boudinot franchit la Sienne et atteint Hambye à la fin de l’après-midi. Après avoir laissé ses Engineers réparer un pont endommagé, Boudinot reprend sa route vers Villedieu et établir un périmètre de défense à l’ouest de la ville à la tombée de la nuit.
De son côté, le CC A de Doyle O. Hickey rencontre les mêmes problèmes routiers que le CC B sur la route Lengronne–Gavray. A la fin de l’après-midi, 2 Task Forces du CC A se préparent à lancer un assaut de franchissement de la Sienne, face à un plateau boisé qui représentait un bon point d’observation pour les Allemands. Loi d’ignorer ce fait, les forces de reconnaissances du CC A n’entreprennent rien pour franchir la Sienne.

– L’arrivée des renforts permet de déclencher un tir d’artillerie préparatoire d’environ quinze minutes. Lors du franchissement, l’une des TF se montre si hésitante dans sa marche que le Lt.Col. Leander L. Doan descend de son char et mène personnellement l’assaut. Se rendant finalement compte que la force allemande présente dans ce secteur n’a que des effectifs médiocres, les GI’s ne tardent pas à établir une solide tête de pont.

– Toutefois, Collins est déçu car il espérait que l’avance soit plus rapide. Il reproche notamment à la 3rd Armored d’avoir été trop prudente. Il décide alors de remplacer la 3rd Armored par la 1st « Big Red One » de Huebner et de lui confier la prise de Villedieu en coopération avec la 4th Division. Seulement, privée d’un régiment, celle-ci doit attendre l’arrivée de son 8th Infantry de Rodwell resté à Notre-Dame-de-Cenilly, ce qui prend une journée.

Operation-Cobra-Carte-1
– Barton peut donc lancer son assaut avec le maximum de fantassins  durant la soirée du 31 juillet. L’assaut des 1st et 4th Divisions démarre donc le 1er août. Si Barton rencontre plusieurs points de résistance, la divsion de Huebner réussit à submerger les défenses ennemies au sud-ouest de Villedieu avec des blindés légers Stuart et des hommes montés sur Half Tracks. De son côté, le CC A de la 3rd Armored parvient à établir des positions défensives près du village de l’Epine. Mais le Lt.Col. Doan réussit à couper la route Villedieu-les-Poêlles–Granville. Collins lui ordonne alors de s’emparer sans tarder de la Cote 242 au sud de Brécey, ce qui est fait dès le 1er août.

– En une semaine, les Américains ont libéré l’autre seconde moitié du Cotentin et Avranches est à portée de fusil.

USA-E-Breakout-p468
11 – LA RUPTURE DU FRONT ALLEMAND A D’AVRANCHES

– Avranches s’étend entre deux fleuves côtiers, la Séée et la Sélune qui se jettent dans la Manche à l’ouest. Le point de passage le plus important sur la Sélune qui reste encore disponible est le pont de Pontaubault. La ville est aussi un important carrefour routier car quatre grandes routes s’y rejoignent provenant respectivement (d’ouest en est) de Granville, Coutances, Villedieu et Brécey.

 

– Le 28 juillet, les pointes blindées du VIIIth Corps ne sont qu’à moins de 30 kilomètres d’Avranches. Middleton ordonne à la 6th Armored de Grow de foncer sur Avranches depuis Granville pendant que la 4th Armored s’empare de Cérences.

– A l’aube du 29 juillet donc, à droite du VIIIth Corps, le CC A de la 6th Armored démarre son avance vers la Sienne depuis le sud-ouest de Coutances. Son avance est quelque peu  ralentie par des tirs d’armes légères au Pont-de-la-Roque. Toutefois, lorsque son unité de reconnaissance découvre un point de passage sur la Sienne, le CC A de Taylor lance un assaut général après un tir de barrage d’artillerie de cinq minutes. Seulement, les gains de terrain restent modestes malgré la capture de 39 prisonniers ; preuve que les soldats Allemands peuvent encore se montrer agressifs.
Sur la gauche, la 4th Armored Division de Wood réalise des progrès beaucoup plus notables sur l’axe Coutances–Hyenville–Cérences. Wood traverse la Sienne en trois endroits mais se retrouve dans les lignes du VIIth Corps aux environs de Montpinchon. Après s’être arrangé avec Collins, Wood ordonne au CC B de poursuivre son avance sur deux routes principales. Dager s’éxécute. Son unité détruit au passage plusieurs chars allemands, travers la Sienne au sud de Cérances et abat environ dix kilomètres tout en ramassant 125 prisonniers.

 

– Middleton ordonne ensuite au 8th et 79th Divisions de Stroh et Wyche et de monter l’un de leurs régiments sur camions et half-track pour renforcer les divisions blindées, même si la 4th était dans une meilleure position que la 6th pour sécuriser Avranches.  Mécontent de sa progression médiocre, Grow fait entrer en lice le CC B du Col. George W. Read. Le 30 juillet, celui-ci parvient à forcer le passage au sud de Bréhal et se dirige rapidement sur Granville. Grow ordonne alors à Read de s’arrêter au pied de la vielle ville portuaire pour renforcer ses lignes.

– Du côté de la 4th Division, les colonnes du CC B de Dager reprennent leur avance à partir de la Sienne. Si la colonne est tombe dans une embuscade et doit se retirer, la colonne ouest est plus chanceuse et progresse à travers La Haye-Pesnel et Sartilly, ne rencontrant qu’une résistance symbolique. La colonne du CC B poursuit alors jusqu’à la Sée au nord d’Avranches et y saisit les ponts toujours intacts. Finalement, les têtes de la 4th Armored entrent dans Avranches au début de la soirée du 30 juillet. Vers minuit, des hommes du CC B repèrent une importante colonne de véhicules allemands qui progresse sur la route Granville – Avranches. Mais les véhicules en question sont marqués d’une croix rouge qui fait croire aux GI’s qu’il s’agit bien de blessés. Mais lorsque des soldats allemands se mettent à tirer à l’arme légère, les tankistes américians ouvent le feu détruisant plusieurs véhicules et forçant la colonne à s’arrêter. Plusieurs centaines de prisonniers tombent alors aux mains des Américains.

– Middleton est incapable de se rendre compte de l’état de déconfiture dans lequel se trouvent les forces de Hausser. Il ordonne alors à Wood de passer à travers Avranches et de franchir la Sélune, avec l’appui du 121st Infantry du Col. Jeter monté sur véhicules blindés. Wood adjoint aussi à ce dernier le CC A du Col. Bruce C. Clarke. Il ordonne aussi aussi à Grow de s’emparer de Granville.

– Le 31 juillet, les Américains postés sur la butte d’Avranches ont la surprise de découvrir des colonnes de camions et de chevaux allemands qui se dirigent vers Mortain par le sud de la ville libérée. S’ensuit alors un combat aussi confusi que féroce qui s’achève par la destruction d’une centaine d’engins. Notons l’action du Pvt William H. Whitson qui détruit ou endommage à lui tout seul près de 20 véhicules légers à l’aide de sa mitrailleuse Cal. 30 7.62 mm. Les Allemands rebroussent alors chemin et tentent une nouvelle attaque très vite mise à mal par des P-47 et des mortiers tirant des obus au phosphore.
Entre-temps, le CC A de la 6th Amored rentre facilement dans Granville que les Allemands ont laissée presque abandonnée.

– Enfin, le 31 juillet, la 4th Armored s’empare de Ducey et du Pont de Pontaubault (intact) à moins de 4 km au sud d’Avranches. Le 1er août, Wood fait traverser la Sée à toute sa division à Pontaubault, Avranches et Tirepied, permettant au VIIIth Corps d’enfoncer la porte de la Bretagne. Les Américains ont capturé près de 7 000 Allemands. Pendant ce temps, les P-47 de Quesada viennent harceler les routes Avranches–Rennes, Avranches–Vire et Avranches – Laval par lesquelles transitent des Allemands en retraite.

– Le verrou a sauté, Bradley peut lâcher Patton. Le dispositif américain connaît alors une modification d’ordre organisationnel. Ainsi, Bradley prend le commandant du nouveau XIIth US Army Group qui coiffe la Ist Army qui passe sous le commandement de son adjoint Courtney H. Hodges et la IIIrd Army de Patton.

– Arrivée presque dans les bagages des VIIIth et VIIth Corps, la IIIrd Army vient s’engouffrer dans la brèche d’Avranches, le Corps de Middleton passant aussi sous le commandement de Patton. Le bouillant général qui arbore toujours son casque rutilant à quatre étoiles et son revolver à crosse d’ivoire déploie ses forces comme suit : le VIIIth Corps de Middleton (moins la 79th Infantry) se lancer sur la Bretagne pendant que les XIIth (Eddy), XVth (Haislip) et XXth (Walker) Corps doivent foncer vers Le Mans, Laval et Mayenne.

– A titre plus anecdotique, la 2e Division Blindée de Leclerc arrive dans les bagages de Patton pendant qu’Ernest Hemingway et Robert Capa s’en vont visiter le Mont-Saint-Michel.