Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Chroniques de la Bataille de Normandie – 28/ Opération « Bluecoat » (Troisième partie)

Chroniques de la Bataille de Normandie – 28/ Opération « Bluecoat » (Troisième partie)

4 – LE XXXth CORPS A LA PEINE

– Comparées à la situation que nous allons décrire, les avancées de Roberts et d’Adair peuvent être assimilées à des percées en profondeur. En effet, l’action du XXXth Corps de Bucknall est beaucoup moins brillante.

– Déjà, dès le 30 juillet, la 50th « Northumbrian » Division de Graham patauge dans les champs de mines, ses Engineers mettant presque toute une demi-journée pour ouvrir les points de passage à l’Infanterie. Quant à la 43rd Wessex, elle est tout bonnement arrêtée devant Cahagnes par des éléments de la « Leibstandarte Adolf Hitler » et de la 276. ID.  Relançant sa division à l’assaut « Butcher » Thomas réussit toutefois à enlever Jurques avec des pertes.
The_British_Army_in_Normandy_1944_B8190
– Souhaitant relancer l’offensive, Bucknall, commandant du XXXth Corps, engage prématurément la 7th « Desert Rats » d’Erskine qui doit s’emparer d’Aunay-sur-Odon, ville réduite à un vulgaire amas de ruines. L’avance des Desert’s Rats provoque un important embouteillage dans les lignes de la Wessex, alors qu’il n’y a qu’une faible opposition. Le cafouillage britannique n’échappe pas à Heinz Harmel qui regroupe un parti de Panzer de son « Langemarck » et culbute sévèrement les « Desert’s Rats » le 3 août.

– Ulcéré, Montgomery limoge sans ménagement Bucknall et Erskine pour les remplacer respectivement par pour les remplacer par Brian Horrocks, un ancien des combats d’Afrique du Nord et Gerald Verney (premier commandant de la 6th GTB). Bucknall terminera la Seconde Guerre mondiale comme Gouverneur Militaire d’Ulster et Erskine en tant que membre de la Commission d’Occupation de l’Allemagne. On retrouvera cependant le second quelques années plus tard au Kenya lors de la répression de l’insurrection des Mau-Mau… Pour l’heure, la 7th « Desert’s Rats » jugée de plus en plus durement par Montgomery et Dempsey est aussi épurée à l’échelle des Brigades et Battalions, ce qui est plutôt mal ressentie par les hommes de la division dont le moral n’est déjà guère au beau fixe.

Lieutenant.General Brian Gwyne Horrocks

Lieutenant.General Brian Gwyne Horrocks

– Le 5 août, après de nouveaux combats face à la « Frundsberg », le 1st Royal Tank Regiment (Cromwell) libère ce qui reste d’Aunay-sur-Odon évacuée par les Waffen-SS. Horrocks peut alors lancer l’action prévue contre le Mont-Pinçon. La prise de cette éminence qui domine la route Vire–Caen incombe à la 43rd « Wessex » mais le Mont Pinçon est tenu par les Panzergrenadier SS de la « Hohenstaufen ». L’assaut a donc lieu les 5-6 août, la Wessex attaquant rageusement… pour se faire clouer net par les MG 34 et 42 ainsi que par les mortiers de la Hohenstaufen. Heureusement, le 13/18th Hussars de la 8th Brigade découvre un sentier non gardé menant tout droit vers le sommet. Thomas n’hésite pas et fait monter les chars du 13/18th par des fantassins de l’un de ses Battalions. Le succès est enfin au rendez-vous et le 7 août, les Britanniques sont maîtres du Mont-Pinçon.

Tanks-of-the-Royal-Marines-Armoured-Support-Group

5 – FIN DE L’OFFENSIVE DU VIIIth CORPS

– Le 2 août à 02h00, Adair engage sa seconde force mixte alliant le 3rd Bn. Irish Guards et le 3rd Bn. Scots Guards tiré de la 6th GTB. Malheureusement les Guards sont repoussés près de Catheolles et de Montamy très bien défendus par les Allemands. Adair choisit alors de contourner l’obstacle et de se diriger vers Saint-Charles-de-Percy avec le 2nd Household. Celui-ci se heurte à une forte résistance de la part d’éléments de la 9. SS PzD « Hohenstauffen » mais réussit à libérer Saint-Charles et se dirige vers La Marvindière avant d’être rejoint par le 2nd Bn. Welsh Guards (blindé) et les fantassins portés du 1st Bn. Grenadier Guards. L’avance se poursuit alors vers Drouet tenu par des éléments de la « Hohenstaufen ». Au prix d’un furieux engagement, les Guards emportent la Bourgade mais doivent abandonner plusieurs pans de terrain conquis en raison d’une contre-attaque des Waffen-SS. La situation n’évoluant que très peu, Friedrich-Wilhelm Bock, nouveau patron de la 9. SS PzD, fait donner son artillerie sur Drouet.

– Le 3 août à 02h45, Adair envoie le 153rd Field Artillery Regiment appuyer ses chars et ses fantassins à l’ouest de Maisoncelles face à la « Hohenstaufen » mais l’action s’avère inutile. En revanche, des éléments du 3rd Irish Guard appuyé par plusieurs Sherman du 1st Bn. Coldstream Guards réussissent à pénétrer dans le secteur de Saint-Charles-de-Percy tenu par des snipers et des éléments antichars. Le bourg sera finalement nettoyé le lendemain.

De leur côté, les 2nd Irish, 5th Coldstream et 1st Welsh Guards se regroupent à La Marvindière et progressent vers La Marvindière où ils doivent faire face à un fort parti accrocheur de la « Hohenstaufen ». La situation se débloque en faveur des Guards lorsqu’une Task Force constituée du 3rd Scots Guards, d’éléments du 75th Anti-Tank Regiment et de quelques véhicules blindés réussit à conquérir la Cote 192 ce qui vient menace les positions allemandes de Drouet. Le 2nd Welsh et le 1st Coldstream peuvent alors lancer un nouvel assaut qui permet de dégager Drouet, Montchamps et Montchauvet le 4 août.

– Le 5 août à 10h00 : le 5th Coldstream subit une contre-attaque de la part de la « Hohenstaufen » à Maisoncelles. Malgré le fait que les Britanniques doivent reculer, les Waffen-SS connaissent eux-aussi des pertes et doivent se replier au vu de leur effectif déjà réduit.

– Le 6 août à 11h00, le 2nd Irish et le 5th Coldstream attaquent les positions allemandes au Busq près d’Etry. Essuyant un tir nourri de mortiers et de mitrailleuses MG, les Britanniques réussissent à capturer le village mais les hommes de la « Hohenstaufen » tiennent toujours les hauteurs. Une tentative est lancée pour prendre les Grands-Bonfaits et le Busq durant la journée du 7 août mais l’arrivée d’un groupement de Panzer IV du SS-Pz-Regt 9 forte les britanniques ne plus rien tenter durant la journée. Adair reçoit alors l’ordre de placer sa division en position défensive car plus au nord-est, Bluecoat prend une tournure imprévue.

– Pendant ce temps, la 11th Armoured Division charge toujours vers Chênedollé et Vire. Le 5 août, elle libère Saint-Charles-de-Percy par une action d’une force regroupant le 2nd Northamptonshire Yeomanry, le 8th Bn. Rifle Brigade et le 1st Bn. Herefordshire. Le 6 août, elle vient percuter le flanc gauche de la 9. PzDiv rameutée d’urgence comme le flanc droit de la 10. SS « Frundsberg ». Sauf que la division de Harmel, bien positionnée au-dessus de Burcy corrige sans ménagement le 1st Bn. Royal Norfolk de la 3rd Division (celle-ci agissant en soutien de la 11th Armoured). Harmel fait donner plusieurs de ses bouches à feu qui détruisent les véhicules du malheureux Battalion comme à l’exercice. Harmel s’apprête à lancer un assaut qui aurait pu mettre à mal la belle avancée de la 11th Armoured mais l’arrivée inopinée de P-47 Thunderbolt fait avorter son plan.

Du côté de Roberts, celui-ci reçoit l’ordre de s’arrêter et de consolider ses positions au-dessus de Vire car la prise de cette vieille cité médiévale – du moins ce qu’il en reste – est du ressort du Vth US Corps. Il n’empêche, le patron de la 11th Armoured a de quoi être  en majeure partie satisfait. Il a pu démontrer qu’encore imparfaite soit-elle du point vue de l’application, l’utilisaiton des groupes de combats mixtes à l’image des Kamfgruppe allemands ou des Combat Commands américains peut s’avérer payante.
– BILAN
– Même si elle s’avère coûteuse, la progression d’O’Connor et de Horrocks permet aux Américains d’exploiter à fond le succès d’Avranches et fixe plusieurs forces allemandes tout en obligeant von Kluge à engager des réserves prématurément alors qu’il prépare une importante contre-attaque sur l’axe Mortain–Avranches.

– Enfin, le XIIth Corps de Neil Ritchie en profitera immédiatement : dès le 4 août, ses 53rd « Welsh » (Ross) et 59th « Staffordshire » (Lyne) Divisions s’emparent (enfin) de la Cote 112 et de Villers-Bocage, après un mois de combats quasi-statiques entrecoupés de pauses.