Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Chroniques de la Bataille de Normandie – 8/ Bataille de Cherbourg (suite)

Chroniques de la Bataille de Normandie – 8/ Bataille de Cherbourg (suite)

1 – L’ENTRÉE DANS CHERBOURG

– De leur côté, les défenseurs allemands ont tôt fait de prendre conscience de leur situation désespérée. Le service de transmission du VIIth Corps intercepte même un message  sans équivoque de von Schlieben : « communications entre bataillons mauvaises. Des obus au phosphore ont mis huit batteries hors de combat. Puissante attaque ennemie attendue pour demain… »
Untitled
– Pour appuyer l’assaut du 25 juin, Bradley a demandé le concours des forces navales américaines (Naval Western Task Force ) que commande l’Admiral Alan G. Kirk. Une nouvelle Task Force (CTF 129) scindée en deux groupes (confiés respectivement aux Rear-Admirals Morton L. Deyo et Carleton F. Bryant) est ainsi formée avec 3 cuirassés (USS Texas, Nevada et Arkansas), 4 croiseurs (USS Quincy et Tuscaloosa, HMS Glasgow et Enterprise)  et 11 destroyers. Celle-ci doit  canonner les positions allemandes dès le 24 mais Kirk refuse du fait qu’il ne disposait d’aucune information fiable concernant la disposition des forces terrestres américaines. Seulement, les batteries côtières allemandes installées sur le Cap de la Hague échangent des tirs avec les Américains et celle baptisée Hamburg réussit à endommager le Texas. Il faudra attendre que des éléments de la 9th Infantry Division nettoient définitivement ce secteur pour conjurer la menace.

USS_Texas-11

Admiral Alan G. Kirk

Admiral Alan G. Kirk

2 –  LA CHUTE DU FORT DE LA ROULE

– Le 25 juin donc, la 79th Infantry Division de Wyche s’apprête à relancer son effort contre le Fort de la Roule qui domine l’ensemble de la rade de Cherbourg depuis un promontoire.

– A 08h00, toute une escadrille de P-47 bombarde le Fort du Roule en piqué mais la plupart des appareils manquent leur cible et les quelques bombes larguées sur le Fort ne font qu’égratigner les murs, sans causer de dommages aux abris. Un premier assaut du 314th IR échoue en raison de la résistance des défenseurs du Fort particulièrement bien retranchés. Wyche octroie alors à Robinson le plein appui du 311th Field Artillery Bataillon dont les Howitzer de 105 mm canonnent le Fort en tirs tendus. Robinson fait placer des groupes de mitrailleurs contre chaque bunker afin d’appuyer l’assaut des fusiliers. Le déluge de feu et de fer empêche alors les défenseurs allemands de répliquer efficacement.

– C’est donc le 2/314thqui s’élance en premier, couvert par le 3/314th et les armes lourdes. Cependant, la progression des GI’s est lente. Il leur arpenter 800 m sous un violent tir de barrage, s’arrêter plusieurs moments pour laisser place au tir de couverture. L’avance se mesure parfois en plusieurs dizaines de mètres mais elle se poursuit. Arrivés au pied du Fort, les GI’s doivent faire sauter les lignes de fer barbelé à coups de torpilles Bengalore. C’est alors que le Corporal John D. Kelly de la E Company du 2ndBattalion s’élance sous un feu nourri avec un petit groupe vers le mur et place une charge de TNT à la base d’un point fortifié. Malheureusement, la charge entame seulement le mur de béton et Kelly doit redescendre la pente pour venir chercher d’autres charges de TNT. Avec un incroyable sang-froid, le courageux caporal remonte la pente et s’en va planter une autre forte charge d’explosifs. Cette fois-ci, l’explosion produit un large trou dans la structure. Bondissant comme un diable, Kelly lance plusieurs grenades dans le trou, forçant les défenseurs à se rendre. Pour son action, John D. Kelly fut recommandé pour la Congressional Medal of Honor mais la prestigieuse décoration lui fut décernée à titre posthume après sa mort en novembre 1944.

– A l’issue du succès du 2nd Battalion, Robinson ordonne au 3rd de nettoyer le flanc est du Fort de toute résistance ennemie. L’assaut se trouve cependant soumis à un violent tir de barrage d’un canon de 88 mm et de mitrailleuses. C’est alors que le 1st Lt. Carlos C. Ogden de la K Company, remplace le commandant de compagnie blessé et s’élance seul sur les pentes du fort armé de son fusil M1 Garand équipé d’un lance-grenade et de grenades à main. Bien que blessé durant sa course, Ogden continue de gravir la pente et détruit le canon de 88 mm avec une grenade à fusil, avant de lancer plusieurs grenades à mains dans la position, forçant ainsi les autres servants à se rendre. Ogden recevra la Congressionnal Medal of Honor le 2 avril 1945. Ces deux attaques permettent au 314th de capturer le fort, forçant les sections de défenseurs à se rendre une par une. A 22h00, le Fort de la Roule est aux mains des GI’s.

Fort de la Roule

Fort de la Roule

– Sur le flanc droit de la 79th Division, le 313th IR avance depuis Le Hameau Gringor vers les corps d’habitations au sud-est de Cherbourg. Le 2/313th envoie plusieurs patrouilles vers les abords de la cité portuaire qui capturent plusieurs défenseurs, mais aucune entrée en force n’est possible avant la chute du Fort du Roule. Du côté de la 9th Division, le 39th IR de Flint avance peu, les Allemands répliquant à l’aide de canons FlaK de 20 mm devant Octeville et le 2/313th doit passer sa journée à neutraliser les positions ennemies avec l’aide des M10 Wolverine du 801st TDB. Comme si cela ne suffisait pas, le 3/313th subit des tentatives d’infiltrations ennemies à l’extrémité du dispositif, en direction de Martinvast.

– Le 47th est plus chanceux en entrant dans les faubourgs de Cherbourg après que son 2nd Battalion ait définitivement neutralisé la position fortifiée d’Equeudreville. Il lui faut alors s’emparer de la localité après avoir dégagé les premières lignes de défense.  Pendant la matinée du 26 juin,  des M10 Wolverine, aidés par une escadrille de P-47, ouvrent le passage aux fantassins du régiment. A 10h45, les fantassins s’élancent derrière un barrage roulant de mortiers. Alors qu’ils disposent de bonnes positions défensives, les Allemands résistent peu et se rendent à 11h00. Peu de temps après, Le Hameau du Tot est pris sans grand dommage et les fantassins de la Old Reliables peuvent avancer rapidement vers Equeudreville avec l’aide des Wolverine et d’éléments du 15th Combat Engineer Battalion (Génie).

– Pour sa part, le 3rd Battalion capture la Redoute des Fourches avec un fort appui d’artillerie, provoquant la reddition de 1 100 Allemands.
48362510– Au nord, le 12th Infantry de Luckett démarre son assaut à 20h00 et avance dans les faubourgs en nettoyant les rues maison par maison. Les Allemands font alors donner des lance-roquettes Nebelwerfer qui causent au final assez peu de pertes chez les GI’s. Gênés par seulement quelques mines, le 3/12th franchit la voie de chemin de fer, avant de descendre la Rue Carnot et le Boulevard Maritime. La K Coy est alors prise sous les tirs de batteries de marine provenant du nord de la ville mais le 2/12th avance dans la Rue de la Bretonnière qui n’est pas défendu et parvient à la limite de l’objectif de la 4th Division. Toutefois, par effet de contraste, le 1/12th doit batailler durement contre des unités de la Heer et de la Kriegsmarine retranchées sur la côte à l’ouest de la Pointe des Grèves. A 23h23 exactement, une double concentration d’artillerie s’abat sur cette zone mais les assauts américains buttent encore sur les défenses ennemies. Luckett décide alors de placer le 1/12then position défensive pour empêcher toute tentative de sortie de ce côté mais les Allemands ne tenteront rien.

canon_14– Pendant ce temps, l’Admiral Hennecke organise la destruction des installations portuaires. Le Port des Flamands est bientôt la proie des flammes, suivi presqu’immédiatement des Chantiers Aériens Amcot, de la Gare Maritime et d’autres bâtiments. A 5h50, Barton achemine des Sherman du 70th TB contre les défenses des plages pour anéantir les nids de mitrailleuses et les batteries de canons. Cependant, la seule vue des chars de trente tonnes convainc 350 allemands se rendent. Les hommes du génie (4th Engineer Combat Battalion) de la 4thInfantry Division viennent alors prêter main-forte aux équipages de chars pour détruire les pièces d’artillerie.


[Suite]