Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Chroniques du Jour-J : Les Groupes « Lorraine » et « Alsace »

Chroniques du Jour-J : Les Groupes « Lorraine » et « Alsace »

Aujourd’hui,  présentation des unités navales et aériennes du Débarquement de Normandie. Première partie, les aviateurs.

les deux unités d’aviateurs français présentées ici comptaient dans leurs rangs plusieurs des premiers engagés des FAFL (Forces Aériennes Françaises Libres) vont être engagées durant presque tout le second conflit mondial, avec des pertes sensibles mais bien souvent aux premières loges de grands engagements aériens.
88710384_p

1 – Groupe de Bombardement « Lorraine »

Créé en novembre 1940 par le Général Edgar de Larminat, alors Haut-Commissaire de la France Libre pour l’Afrique équatoriale, le Groupe de Bombardement 1, baptisé « Lorraine » et formé à partir d’éléments aériens qui avaient déjà combattu au Gabon. Son commandement est alors confié au Lieutenant-Colonel Jean Astier de Vilatte. Deux escadrilles sont ensuite  La 1re escadrille est basée à Fort Lamy au Tchad, tandis que la 2nde dispose de l’aérodrome britannique de Maïduguri dans le nord-est du Nigéria.

342Embarquant sur quelques bombardiers légers Bristol Blenheim et sur des Westland Lysander, les aviateurs français effectuent déjà plusieurs missions dans le Sahara en appui de la Colonne Leclerc, notamment lors de la prise de l’Oasis de Koufra en février 1941 et lors des combats de Mourzouk. Basée ensuite au Soudan sur la base de Gordon’s Tree et intégré au 202 Group la Royal Air Force, le GRB 1 participe à l’appui des troupes alliées contre les Italiens en Ethiopie et en Erythrée durant l’année 1941.
En août de la même année, le GRB 1 est envoyé à Damas en Syrie  et prend officiellement le nom « Lorraine », tandis que ses deux escadrilles sont baptisées « Metz » et « Nancy ». Elles sont respectivement installées sur les bases de Rayak et de Damas, tandis que le Lieutenant-Colonel Astier de Vilatte laisse son commandement à Edouard Corniglion-Molinier. Durant le reste de l’année 1941, le Groupe « Lorraine » rejoint le terrain LG 75  près de Sidi-Barrani et appuie constamment la VIIIth Army britannique, en coopération avec la 210 Wing et contre l’Afrikakorps de Rommel durant les combats de Libye. En décembre, le Lt-Col. Pingeaud remplace Corniglion-Molinier mais il est tué au combat et remplacé par Pierre Tassin de Saint-Péreuse.

Toujours en Afrique au début 1942, le Groupe « Lorraine » continue ses missions d’appui et de bombardement au profit des Britanniques et effectue pas moins de 300 sorties durant le mois de janvier face à la Reggia Aeronautica (Aviation royale italienne) et à la Luftwaffe. Les pilotes français se montrent particulièrement efficaces à la Passe d’Halfaya, ce qui leur vaut l’estime des Britanniques.

Lt-Col. Pierre Tassin de Saint-Péreuse

Lt-Col. Pierre Tassin de Saint-Péreuse

Mis au repos en octobre à Suez, les pilotes français embarquent sur le navire Empress of Canada pour être envoyés en Grande-Bretagne via Durban en Afrique du Sud. Installés sur la base de West Raynham en avril 1943, leur unité prend la dénomination anglaise N° 342 RAF Squadron et les pilotes reçoivent des nouveaux bombardiers légers américains Douglas Boston III. L’Escadrille « Metz » est alors commandée par le Capitaine Ezanno, tandis que « Nancy » l’est par le Capitaine Charbonneau.
En août, les Français quittent West Raynham pour l’aérodrome d’Hartford Bridge.
Placés sous les commandements successifs d’Henri de Rancourt et de Michel Garri-Fourquet, les Français mènent plusieurs missions de bombardement de nuit au-dessus de la Métropole et de la Hollande et se spécialisent particulièrement dans l’attaque de centrales électriques comme celle de Chevilly-Larue près de Paris, les gares, les aérodromes allemands et même les bases de V-1. Enfin, à la fin 1943 Metz » passe sous le commandement du Capitaine Langer, tandis que le Capintaine Barberon prend la tête de « Nancy ».

Placé sous les ordres de la RAF 2nd Tactical Air Force d’Arthur Conningham, le Groupe « Lorraine » est sélectionné pour opérer durant l’Opération « Overlord ». Sa mission consiste à suivre la vague des bombardiers et chasseurs-bombardiers alliés pour déposer un écran de fumée sur les plages normandes afin de protéger la flotte alliée des batteries lourdes allemandes.

Lt-Colonel Michel Garri-Fourquet

Lt-Colonel Michel Garri-Fourquet


2 – Groupe de Chasse « Alsace »

Unité aérienne presque légendaire dans l’Histoire de l’Armée de l’Air française, le Groupe « Alsace » est né de l’Escadrille Française de Chasse n°1 (EFC1) créée le 15 mars 1941 et qui comptait parmi les premiers pilotes des FAFL engagés dans la Bataille d’Angleterre ; parmi eux René Mouchotte et Pierre Clostermann. Commandée d’abord par le Lieutenant James Denis et intégrée au 73 Squadron de la RAF Air Desert Force, l’EFC1 est équipée de chasseurs Hawker Hurricane et prend part à l’appui des Britanniques et des Australiens lors de la première bataille de Tobrouk.
Spitfire_341S-1943
En avril, pendant près de trois semaines, les pilotes de l’EFC1 affrontent leurs adversaires de la Luftwaffe et de la Reggia Aeronautica mais tiennent bon. Envoyée ensuite sur la base de Sidi-Hanish, ses pilotes se consacrent à l’attaque au sol – dans laquelle l’Hurricane excelle – comme dans la protection de convois de la Royal Navy en Méditerranée. Le 21 juin, elle est récompensée par la Croix de la Libération, devant ainsi la première unité française récipiendaire de cette toute nouvelle décoration.

Le 28 août, l’EFC 1 est envoyée au Liban dans la Plaine de la Bekaa pour être dissoute. Mais ses pilotes forment très vite le nouveau Groupe de Chasse N°1 « Alsace » avec l’apport de mécaniciens et de pilotes venant d’Angleterre, de Métropole, d’Afrique du Nord, voire même de plus loin. Le nouveau groupe est alors commandé par le Lieutenant-Colonel Jean Tulasne. Les deux nouvelles escadrilles « Strasbourg » et « Mulhouse » sont commandées respectivement par James Denis et Albert Littolff. Les Français s’entraînent d’abord sur des appareils français Morane 106, Dewoitine 520, Potez 29 et Curtis 75 récupérés à l’issue de la campagne de Syrie.
130425113851477271
A la fin de l’année 1941, le Groupe « Alsace » perçoit les nouveaux chasseurs britanniques Supermarine Spitfire. De janvier à juin 1942, le GC « Alsace » stationne dans le détroit du Nil afin de protéger Alexandrie de possibles attaques aériennes germano-italiennes. Pendant cette période, Jean Tulasne quitte l’unité pour prendre le commandement de la nouvelle escadrille « Normandie-Niémen » en URSS. Il trouvera la mort sur le Front Russe.  Le GC passe alors sous le commandement successif de Joseph Pouliquen et participe à la bataille de Bir-Hakeim. James Denis prend le commandement en août et le commandement aérien britannique décide de transférer le groupe français en Grande-Bretagne.
hawker-hurricane-mkii-du-groupe-de-chasse-alsace_imagelargeInstallé sur la base écossaise de Turnhouse, le GC « Alsace » prend alors la dénomination britannique de RAF 341 Squadron et se voit doté des nouveaux Spitfire Mk IX, sans doute le meilleur chasseur britannique produit alors. Placé ensuite sous le commandement de René Mouchotte, le GC s’installe sur la base de Biggin Hill en mars 1943. « Strasbourg » est alors commandée par le Capitaine Christian Martell, pendant que « Mulhouse » passe sous celui du Capitaine Michel Boudier.

Dès le mois d’avril, le GC « Alsace » connaît une série de missions et d’engagements contre les chasseurs de la Luftwaffe pendant près de six mois. Ses pilotes dont Mouchotte, Martell, Andrieux, Schloesing et Clostermann se distinguent particulièrement dans des combats aériens et vont comptabiliser 26 victoires. Six pilotes sont perdus, dont René Mouchotte tué en combat aérien le 27 août 1943. Deux jours plus tard, il est remplacé par Bernard Dupérier, puis par Martell fin septembre.

René Mouchotte

René Mouchotte

Le GC « Alsace » est mis ensuite au repos à Perranporth en Cornouailles. Se joignant au GC « Île-de-France » et à l’Escadrille des Cigognes, le GC « Alsace » effectue plusieurs missions de protection de convois maritimes dans l’Atlantique comme à des reconnaissances en Bretagne.

A la veille d’ « Overlord », le groupe est toujours commandé par Martell ; la 1re Escadrille est confiée à Boudier tandis que la 2nde passe sous le commandement d’Andrieux. Pour le 6 juin, il reçoit la mission d’escorter les bombardiers et d’harceler les positions de DCA allemandes.

Bernard Dupérier

Bernard Dupérier

Pierre Clostermann

Pierre Clostermann

Sources :
– http://www.ordredelaliberation.fr
– http://www.cieldegloire.com