Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Débat : Denis Sureau/Max Gallo : deux visions de la France

Débat : Denis Sureau/Max Gallo : deux visions de la France

Extrait d’un article de Denis Sureau paru dans L’Homme Nouveau n°1457 (nov.2009) :

« Quelle est est l’identité de la France ? A cette question, l’écrivain Max Gallo a répondu en publiant une tribune sur Les dix points cardinaux de l’identité française (Le Figaro, 30 octobre 2009). Les voici : le droit du sol, l’égalité, l’Etat, la citoyenneté, l’école, la laïcité, l’éclatement, la langue française, l’égalité des femmes et l’universalisme. Si c’est cela la France, je vois mal comment un chrétien peut se dire français. Car ce que propose Max Gallo n’est jamais qu’une nouvelle expression de l’idéologie patriotique révolutionnaire que l’historien Jean de Viguerie opposa, dans son essai mémorable sur Les deux patries (DMM, 1998), à la patrie véritable, la terre des pères, le pays de la naissance et de l’éducation, notre France.

C’est pourquoi les dix points de l’Académicien n’ont rien de spécifiquement français : ils correspondent à peu près aux ingrédients de la modernité politique que l’on retrouve, à quelques variantes près, dans toutes les nations occidentales. « La France, écrit Max Gallo, n’existe que par un choix politique. »
Nous sommes bien en présence d’une conception idéologique qui n’a que peu de chose à voir avec l’attachement profond à la douce France.

L’invention de la nation telle que l’entendent Max Gallo et bien d’autres, est un phénomène historique récent, dont les éléments principaux se sont cristallisé au dix-neuvième siècle. Comme l’a montré Benedict Anderson, c’est alors que la nation a remplacé l’Église dans son rôle d’institution culturelle centrale chargée des questions liées à la mort. L’imaginaire national, pour reprendre le titre de l’essai de cet historien, s’est ainsi substitué au christianisme. Le culte de la nation française n’est apparu pleinement qu’à la Révolution, et c’est au siècle suivant que furent développés tous les rituels qui l’entretiennent et qui incitèrent les citoyens à tuer et à mourir pour elle. »

Totalité de l’article sur : http://www.hommenouveau.fr/index.php?id_billet=176

Voir aussi : https://www.france-histoire-esperance.com/2012/05/max-gallo-lame-de-la-france/https://www.france-histoire-esperance.com/2012/02/max-gallo-fier-detre-francais/