Vous êtes ici : France Histoire Esperance » Tourisme » Ecolo : le label Vosges Terre Textile

Ecolo : le label Vosges Terre Textile

Le 14 avril à Gérardmer a été présenté en grande pompe un label de terroir industriel,  Vosges Terre Textile . Une première en France. L’objectif : valoriser la production et les savoir-faire locaux. Un label qui pourrait faire des émules.

Les Vosges. Nature préservée, massifs boisés, lacs scintillants et… industries textiles ! Le département est devenu un haut lieu de la production textile à la fin du XVIIIe siècle grâce à sa richesse hydraulique. La force motrice des torrents a permis l’implantation des premières filatures, et l’acidité particulière de l’eau a favorisé le développement des techniques d’ennoblissement (traitement chimique). Un ensemble de facteurs favorables qui a nourri le développement économique pendant plus de deux cents ans. Mais à partir des années 70, la filière textile est touchée de plein fouet par la concurrence des pays émergents, qui produisent à bas coût. L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais ce serait mal connaître l’opiniâtreté vosgienne !

Première aoc industrielle en france

Face aux défis d’un monde globalisé, les industriels vosgiens ont décidé de fédérer les acteurs de la filière textile autour d’un label de terroir. Comment ? En créant la première AOC industrielle de France. Comme il existe des AOC pour le vin et le fromage ! L’objectif est double : pérenniser la production locale, et offrir la garantie que toutes les étapes de la conception ont été réalisées dans les Vosges. Le label, en effet, n’est pas attribué à des entreprises, mais à des produits, qui seront estampillés  Vosges Terre Textile  : un marqueur pour le consommateur. Le seul mot  Vosges  apposé sur l’étiquette d’un produit ne signifie pas qu’il a été réellement fabriqué dans le massif des Vosges. Avec le label, ce sera désormais le cas. Le lancement officiel a eu lieu le 14 avril dernier, sous le slogan  toute une filière s’engage .  Un symbole, précise Paul de Montclos, président du Syndicat Textile de l’Est et de l’entreprise de linge de maison Garnier-Thiebaut, qui résume bien la dynamique dans laquelle les entreprises vosgiennes ont décidé de s’engager . 22 entreprises se sont engagées à adopter le label, dont 15 ont déjà été certifiées.

Devenir « consomm’acteur » !

L’obtention de ce label répond à un cahier des charges précis qui définit des normes sociales et environnementales validées par un auditeur externe, le CETELOR.  La certification par un organisme indépendant présente la garantie d’un label de valeurs : la fabrication locale permet un faible impact écologique, limite l’émission de gaz à effet de serre, interdit l’usage de produits chimiques nocifs… Des éléments auxquels les consommateurs sont de plus en plus sensibles , ajoute Paul de Montclos. L’exigence d’une transparence à toutes les étapes de la production détermine en effet des comportements de consommation chaque jour un peu plus durables et responsables. Si le prix demeure déterminant, la prise de conscience éthique gagne du terrain. Savoir qu’un drap de maison n’a pas été confectionné par des petites mains chinoises au mépris des conventions internationales du travail fait partie des nouvelles aspirations qui transforment doucement le consommateur en consomm’acteur.

Vecteur de tourisme industriel

À ce titre, le label est aussi un outil qui accompagne le succès grandissant des visites d’usines.  Le consommateur est demandeur de tourisme industriel, il veut se rendre compte par lui-même comment le produit est fabriqué, de A à Z , indique Paul de Montclos, qui ouvre son usine au public. Utiliser les compétences là où elles se trouvent, relocaliser la production (comme  BleuForêt  qui a rapatrié dans les Vosges des filiales auparavant délocalisées en Roumanie), préserver les identités régionales : autant de thèmes porteurs. Et modernes ! Car c’est bien la principale réussite du label : redonner du tonus à une filière négligée, la porter vers l’avenir à travers une nouvelle image créative, des partenariats avec de grands noms de la mode et de la haute couture. Les Vosgiens ont ouvert le chemin. Depuis, d’autres secteurs souhaitent s’en inspirer, pour préserver à leur tour leur savoir-faire.  Vosges Terre Textile  suscite l’intérêt en France et en Europe, et jusqu’au Vermont, aux Etats-Unis ! Les délocalisations et la disparition de nos savoir- faire ne sont peut-être pas une fatalité…