Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » « La France de mes reves », M-J. Guillaume

« La France de mes reves », M-J. Guillaume

« Comment la France peut-elle se couler dans l’épaisseur lourdingue du « politiquement correct », cette pauvre ambition de résonner ( raisonner ?) comme un tambour, alors que durant tant de siècles elle fut le héraut lui-même !

La France de mes rêves a l’esprit libre et haut, jamais en retard d’un idéal, toujours au secours de la faiblesse, payant de sa personne en ne réclamant rien en retour…

Comment notre pays peut-il être aujourd’hui ce corps social ronchonnant et pestant, et faisant du cynisme le décor quotidien de ses médias de masse ?

« Je n’ai qu’un regret, disait Bernanos, c’est de ne pas avoir fait mes rêves assez grands. »

Alors rêvons une France qui se reconnaitrait « la fille ainée de l’Église et l’éducatrice des peuples » ( Jean Paul II, 1980) et saurait découvrir de nouvelles terres à défricher.

Une France aux familles nombreuses et heureuses, protégeant l’ être humain de la première cellule au dernier soupir, inventant les fraternités au XXI ème siècle, se portant à la pointe de la recherche scientifique, innovant, créant et prenant de beaux risques, sans craindre en permanence un croque-mitaine sous son lit.

Une France chevaleresque et gaie, renouant avec l’art de la conversation; une France à l’aise dans l’amour et l’entretien de ses paysages, à l’aise dans son histoire et à l’aise avec Dieu, car si les Français n’ont jamais été tous croyants, la foi a fait la France au meilleur d’elle-même.

La France de mes rêves, ce n’est pas d’abord un taux de croissance, même si notre redressement économique est urgent. C’est celle de Bernanos, encore : « une puissance de l’ âme et de l’esprit »

Extrait du témoignage de Marie-Joëlle Guillaume ( journaliste et écrivain) paru dans l’hebdomadaire « Familles chrétiennes » ( n°1775 du 21 au 27 janvier 2012)