Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Fustel de Coulanges : « La patrie, c’est ce qu’on aime »

Fustel de Coulanges : « La patrie, c’est ce qu’on aime »

« Ce qui distingue les nations, ce n’est ni la race, ni la langue. Les hommes sentent dans leur coeur qu’ils sont un même peuple lorsqu’ils ont une communauté d’idées, d’intérêts, d’affections, de souvenirs et d’espérances. Voilà ce qui fait la patrie. Voilà pourquoi les hommes veulent marcher ensemble, ensemble travailler, ensemble combattre, vivre et mourir les uns pour les autres. La patrie, c’est ce qu’on aime. »

 Fustel de Coulanges (1830-1889)