Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Général François Sevez

Général François Sevez

Savoyard, François Adolphe Laurent Sevez naît le 22 novembre 1891 à Chambéry. Fils d’un juge de la Cour d’appel de la même ville, il étudie d’abord le Droit à la Faculté de Lyon mais choisit de s’engager dans l’Armée à vingt ans sans passer par Saint-Cyr. Il sert d’abord au 97e Régiment d’Infanterie Alpine (RIA) à Chambéry et obtient le grade de Lieutenant de Réserve en 1913.
sevez
En 1914, il est mobilisé comme Lieutenant au 359e RIA incorporé à 151e Brigade. Le jeune officier Sevez combat alors en Lorraine dans les secteurs de Saint-Martin, Badonviller, Baccarat et Sanzey. En 1915, il combat toujours en Lorraine dans le secteur Sandozweiler-Wattwiller avant de participer à la Seconde bataille de Champagne puis l’année suivante à Verdun (Bois-le-Prêtre et Barleux). En 1917, il combat encore en première ligne sur le Chemin des Dames durant l’été. Enfin, en 1918 Sevez suit encore son Régiment dans les Flandres et participe à la Bataille du Mont-Kemmel et à la contre-offensive de l’été.
En quatre ans de combats, il a reçu cinq blessures, trois citations et plusieurs décorations dont la Croix de Guerre et la Légion d’Honneur. Ayant obtenu le grade de Capitaine en 1918, il choisit de rester dans l’Armée d’active.

En 1919, François Sevez participe à l’occupation de la Ruhr sous les commandements des Généraux Mangin et Degoutte. Après un passage à l’Ecole de Guerre, il est promu Chef de Bataillon et part pour le Maroc. Versé dans la Légion Etrangère, il commande le 1er Bataillon du 4e Régiment Etranger. Membre de l’Etat-major de la Région de Marrakech, il intègre ensuite le Commandement des Supérieur des Troupes au Maroc. En 1935, il est promu Lieutenant-Colonel. De retour en France, il entre au Conseil Supérieur de la Guerre comme adjoint du Général Alphonse Georges alors Inspecteur Général des Troupes d’Afrique.
Auditeur du Centre des Hautes Etudes Militaires en 1938, il prend le commandement du 13e Régiment de Tirailleurs Algériens (2nde Division d’Infanterie Nord-Africaine) et obtient le grade le Colonel tout juste avant de déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. A la tête de son Régiment, le Colonel Sevez combat en Belgique et réussit à être évacué à Dunkerque après avoir pris la tête d’éléments de la 1re DINA.
Débarqué en Normandie avec le grade de Général de Brigade au milieu du mois de juin, il prend la tête de la 32e Division d’Infanterie Légère, unité reformée. Il participe aux derniers combats de 1940 mais est encerclé par les Allemands et fait prisonnier. Envoyé en captivité outre-Rhin il tombe malade et obtient son rapatriement à titre sanitaire.

Le 1er Janvier 1942, il est nommé Commandant de la 1re Section de l’Etat-Major de la Défense Nationale avant d’être affecté à l’Etat-Major du Commandement des Forces Terrestres, Aériennes et Maritimes en Afrique du Nord. Ses responsabilités comprennent aussi les défenses côtières du Maroc, d’Algérie et de Tunisie.
Après le Débarquement Allié de novembre 1942, Sevez suit son chef le Général Juin dans le ralliement aux alliés et devient Chef d’Etat-Major du Commandement des Forces Terrestres d’Afrique du Nord et d’Afrique Occidentale le 3 juin 1943. Pendant cette période, il s’occupe principalement de formation, d’entraînement et de réarmement. En septembre 1943, le Général Juin l’appelle pour commander la nouvelle 4e Division Marocaine de Montagne (DMM) qui compose le nouveau Corps Expéditionnaire Français (CEF) qui prend part à la Campagne d’Italie. Cette division est formée des 1er, 2nd et 6e Régiments de Tirailleurs Marocains, du 4e Spahis, du 64e Régiment d’Artillerie d’Afrique, du 69e Régiment d’Artillerie de Montagne, du 33e Groupe de FTA et du 82e Bataillon du Génie.

Débarquée à Naples fin 1943, la 4e DMM reste en réserve du CEF durant l’hiver et ne participe pas à l’assaut du Belvedere. En revanche, en mai, le Général Sevez mène sa Division à l’assaut des Monts Arrunci. Après un premier assaut infructueux avec de lourdes pertes, les Tirailleurs de Sevez percent dans les défilés et ouvrent le passage sur Rome. Pendant l’été 1944, la 4e DMM se distingue en poursuivant les Allemands en Toscane libérant la belle cité médiévale de San Gimignano, Certaldo et Castelfiorentino.

En juillet 1944, la Division du Général Sevez rejoint la Ire Armée du Général de Lattre de Tassigny. A la mi-août, elle débarque en Provence et remonte les Alpes de Provence pour y déloger les Allemands. En novembre, la Division participe aux combats pour la Libération de l’Alsace. Sevez la commande alors dans les durs combats pour Thann, la Forêt de la Hardt, dans la défense du secteur de Mulhouse. Le 21 décembre, François Sevez laisse le commandement de la 4e DMM au Général André Navereau car il est promu Chef d’Etat-major Adjoint de la Défense Nationale.
Le 7 mai 1945, il a l’honneur de contresigner l’acte de Capitulation allemande signé par le Général Alfred Jodl à Reims, aux côtés du Général Américain Walter Bedell-Smith (chef d’état-major d’Eisenhower).

De 1945 à 1948, le Général Sevez commande successivement le Ier Corps d’Armée en Allemagne puis les Troupes françaises d’Occupation en Allemagne à partir de 1946. Il succombe malheureusement à un accident de chasse à Ichenheim le 29 février 1948.

Il était titulaire, entre autres, de la Légion d’Honneur (Commandeur et Grand Officier), de trois Croix de Guerre (1914-1918, 1939-1945, TOE), de la Médaille Coloniale, de l’Ordre de la Couronne de Belgique, de l’Ordre du Bain, de la Legion of Merit américaine et de l’Ouissam Alaouite Chérifien (Maroc).