Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Général Nicolas Dahlmann

Général Nicolas Dahlmann

Fils d’un Trompette de Régiment Royal Dauphin Cavalerie, Nicolas Dahlmann voit le jour à Thionville le 7 novembre 1769. En 1777, il entre déjà dans les rangs de l’Armée de Louis XVI comme enfant de troupe. Sa famille a des origines au sein de la noblesse de Souabe.
1769991fdb3d833348ba62f571aec031
– Le jeune soldat continue ensuite son parcours dans l’Armée Royale.  Il reste dans ce même régiment comme engagé en 1785 avant de
passer dans l’Infanterie au sein du Régiment d’Alsace qui devient le 53e Régiment d’Infanterie en 1790.

– Après 1792, Nicolas Dahlmann combat dans l’Infanterie dans l’Armée de la Moselle commandée par le Général Kellerman (père), puis dans l’Armée des Pyrénées du Général Servan. Il est blessé à la jambe contre les Espagnols à Peyretores en septembre 1793.

– En 1796
, promu Capitaine, il accompagne le Général Bonaparte en Italie en sein des Guides-à-Cheval, corps formé en juin de la même année. En 1798, Dahlmann reste aux ordres de Bonaparte en Egypte. Il participe aux Batailles de Salahieh et d’Aboukir contre les Mamelouks. Après la prise de pouvoir de Bonaparte, Nicolas Dahlmann est promu Chef d’Escadron aux Chasseurs à Cheval en 1802.
Il commande un escadron des Chasseurs à Cheval de la Garde à Austerlitz, s’y distingue et prend le commandement du même Régiment après la mort du Colonel-Major Morland.

– Promu Général de Brigade, on le retrouve ensuite, toujours au commandement de la 1re Brigade de Cavalerie de la Garde Impériale à Iéna et Lopaczyn.
A Eylau, il est aux avant-postes de la « charge des quatre-vingt escadrons ». Chargeant en tête de ses troupes face aux Cosaques, il est gravement blessé d’une balle dans la hanche.

– Transporté à l’arrière, il rend son dernier soupir le 10 février 1807. Avec Lassalle et Bessières, le Général Nicolas Dahlmann fait partie de ces cavaliers d’Empire valeureux tués à l’issue d’une bataille. Son cœur a été déposé au Panthéon sur ordre de l’Empereur.

Source :
http://www.napoleonseries.org