Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Grands vins du Rhône – Châteauneuf-du-Pape (1)

Grands vins du Rhône – Châteauneuf-du-Pape (1)

Issus des solides cépages ensoleillés du Midi et de la Vallée du Rhône (Syrah, Mourvèdre, Grenache noir, Cinsault…), crus du Châteauneuf-du-Pape se caractérisent par des vins nobles et puissants mais aussi fruités.

– Les rouges

Sans doute l’appellation la plus prestigieuse. Le vignoble du Châteauneuf s’étend dans l’ancien Comtat Venaisin au nord d’Avignon, entre Orange, Courthézon, Bédarrides et Sorgues. De 1305 à 1789, il était propriété de la Papauté.
Les Rouges sont les vins les plus reconnus. Produits sur neuf cépages (Grenache noir, Syrah, Mourvèdre, Cinsault, Terret noir, Muscardin et Vaccarède) aux sols d’argile rouge et caillouteux, ils offrent une robe intense, un nez puissant fin et complexe aux notes d’épices de la garrigue et une bouche toute aussi épicées (réglisse, poivre et cannelle), fruitées (cassis, fruits à l’eau-de-vie, pâte de coings et fruits cuits) sauvages et empyreumatiques.

Le Châteauneuf-du-Pape rouge sont à servir avec de la viande de caractère : bœuf en daube, civet de lièvre, gigue de chevreuil et risotto aux champignons sauvages. Il est tout de même bienvenu avec un steak au poivre. Ils peuvent aussi être servis, avec des fromages charpentés comme le Roquefort et le Brie.

 

– Les blancs

Moins connus mais n’en méritant pas moins de reconnaissance, les blancs révèlent tout l’éclat du soleil de la Provence et peuvent se conserver pendant cinq ans voire davantage. Issus du Grenache blanc, de la Claitette, Roussanne, Picpoul, Picardan et Bourboulenc, ils dégagent une couleur vive allant du jaune clair au jaune soutenu. Ils dévoilent des arômes floraux délicats (fleurs blanches) et fruités (abricot, agrumes, poire, mangue et fruits de la Passion). Quand ils arrivent à cinq à l’âge de cinq ans, ils gagnent des nuances de miel et de cidre d’abeille.
Enfin, leur bouche est ample, ronde et révèle les notes de fleurs et de fruits secs, tout en ajoutant une signature boisée.

On les sert avec des crustacés, du saumon grillé – idéal avec les notes fruitées -, de la brandade de morue, des côtes de veau aux girolles, ainsi que du pigeon aux petits-pois. Au même titre que certains vins de Bourgogne, on peut aussi le servir avec de la poularde ou de la dinde en sauce à la crème.

Source :
Dictionnaire des vins de France, Hachette, coll Les livrets du vin