Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Les vins du Bugey

Les vins du Bugey

Chers lecteurs et lectrices, cet article sera quelque peu suggestif. En effet, la découverte récente des vins du Bugey m’ayant enchanté, j’ai décidé de vous faire partager un coup de cœur, pour des produits peut être un peu trop décriés et pas encore reconnus à leur juste valeur.

Coincé entre les flancs des monts du Jura et la Savoie – autres régions viticoles – le vignoble du Bugey s’étend sur les plateaux orientaux du département de l’Ain dans un triangle Bellegarde – Ambérieu-en-Bugey – Chambéry. On l’a oublié aujourd’hui mais les vins de cette ancienne possession des Ducs de Bourgogne et de Savoie étaient ardemment défendus par Anthelme Brillat-Savarin, lui-même natif de Belley.

Les vignobles du Bugey poussent sur des terrains composés de buttes morainiques et d’éboulis répandus au pied des chaînons calcaires du jurassique. Les cépages sont plutôt variés pour un vignoble assez peu étendu, ce qui procure aux vins du Bugey un caractère original et attachant

– BLANCS SECS

Petits cousins des Bourguignons et des Jurassiens secs, les blancs secs de Bugey sont issus du cépage Chardonnay. Selon les méthodes de cuvaison (fûts de bois ou cuves), les Bugey-Chardonnay se révèlent ronds, souples et agréablement concentrés et fruités, révélant l’originalité de tout le terroir. On les sert volontiers sur des fruits de mer, des poissons à chair blanche à la crème, des cuisses de grenouille, du Reblochon, de la Tomme de Savoie, du Comté et du Vacherin.

– BLANCS MOELLEUX

Cousin des vins de Savoie, la Roussette du Bugey est issue du cépage Jacquère, un cépage blanc implanté depuis l’époque médiévale. Dotés d’une jolie robe or, leur nez délivre des notes fraîches, de fruits jaunes et blancs et légèrement beurrées. Légèrement sucrés en bouche, ils présentent un bon équilibre entre la fraîcheur, la rondeur et le gras. On peut les déguster à l’apéritif, sur des fromages (reblochon) et sur des desserts aux fruits.

Autre Bugey blanc agréable ; l’Altesse (du nom du cépage). Il peut être récolté tardivement (novembre) et même par des vendanges à l’ancienne. Ambré, très rond et agréablement moelleux, on peut le recommander à l’apéritif ou sur des desserts.

– ROUGES

Ils se déclinent en quatre principaux cépages : Gamay Noir, Pinot Noir, Poulsard et Mondeuse.

Les rouges de Gamay offrent une jolie robe grenat, un nez fruité (cassis, framboise) et une bouche légère, peu tannique qui insiste sur les petits fruits rouges et noirs. On les sert de préférence sur un plat de charcuterie ou de la volaille.

Ceux issus du Pinot Noir sont de bonne garde. Comme les Pinot Noir de Bourgogne, ils donnent une robe tirant sur le rouge-cerise. Mais leurs arômes tirent bien plus sur la vanille et le fruit noir que sur la griotte et la cerise à noyau. En bouche, ils sont agréablement fruités et épicés. Le mieux est de les servir sur des viandes rouges et ou des volailles rôties.

La Mondeuse est un cépage que l’on trouve aussi en Savoie. Il donne des vins d’une robe soutenue, aux arômes fruités et à la bouche profonde et tannique. Ils accompagnent bien de la viande rouge en sauce, une côte de bœuf et des fromages.

Comme les vins jurassiens issus du Poulsard (cf article vins du Jura), les Bugey Poulsard offrent une robe d’un rouge clair, des notes de fruits rouges en nez, comme des tannins et des notes de fruits rouges en bouche. On les sert sur des viandes rôties, de la raclette, de la tartiflette et des fromages.

– ROSES ET MOUSSEUX

Les rosés du Bugey est issu du Pinot. Agréablement fruité et très aromatique, on le déguste l’été à l’apéritif et sur des salades.

Les Bugey Brut ou Extra Brut sont issus du Chardonnay. Légers et fruités (pêche) et présentant de fines bulles, ils accompagnent fort bien les repas festifs, les apéritifs et les desserts.

Le Cerdon du Bugey est un rosé pétillant issu du Poulsard et faiblement alcoolisé. Il offre des arômes de fruits blancs en plus d’une pointe briochée. En bouche ils sont légers et ronds. Comme les Brut ou Extra Brut, ils accompagnent très bien l’apéritif ou les fêtes.

A titre de recommandation personnelle, ma découverte des vins du Bugey a été permise grâce à la Maison Angelot installée à Marigneu (01300). Elle est reconnue, titulaire de plusieurs prix et produit des vins très agréables à la dégustation.

Sources : Dictionnaire des vins de France, Hachette, 2010
Et entretien avec Mr. Angelot au Salon des Vignerons Indépendants de Paris (novembre 2012).