Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Maximilien de Béthune Duc de Sully

Maximilien de Béthune Duc de Sully

« Labourage et pâturage sont les deux mamelles qui nourrissent la France ». Ce sont ces mots qu’on a longtemps retenu de ce compagnon d’armes et proche ami du Bon Roi Henri.
240_4
– Né le 13 décembre 1559 à Rosny, près de Paris, Maximilien de Béthune est le fils de François de Béthune et de Charlotte Dauvet, des Calvinistes peu fortunés.
Doté de fortes capacités intellectuelles, Maximilien de Béthune est envoyé au  Collège de Bourgogne, tout en étant rattaché en 1571 au service du jeune Henri de Navarre. Naît alors une longue et indéfectible amitié. Lors du massacre de la Saint-Barthélémy, Maximilien de Béthune échappe à la mort en portant un Livre d’Heures sous le bras, avant de se réfugier au Collège de Bourgogne.

– Pendant près de dix-sept ans, Béthune suit Henri de Navarre dans le Sud-Ouest (à Nérac) et participe aux campagnes contre l’Armée Royale et les Ligueurs. En 1575, après la mort de son frère aîné, Maximilien de Béthune hérite du titre de Marquis de Rosny. En 1580, Henri de Navarre le nomme Chambellan ordinaire avant de l’appeler à son Conseil. En cela, il participe à la bataille de Coutras en 1587En 1588, après l’assassinat du Duc et du Cardinal de Guise, Maximilien de Béthune négocie avec les proches d’Henri III en vue d’une alliance entre Henri de Navarre et le Souverain Valois contre les Ligueurs. Après l’assassinat d’Henri III, Henri de Navarre devient Roi de France et prend le nom d’Henri IV. Mais la guerre contre les Ligueurs n’est pas terminée. Béthune participe activement aux batailles d’Ivry et d’Arques.
Pragmatique, il conseille au nouveau Roi de se convertir définitivement au Catholicisme, même s’il restera calviniste.

– Lors du retour de la paix, Maximilien de Béthune devient l’homme fort du Royaume après Henri IV. Cumulant les charges de Surintendant des FinancesSurintendant des Finances et des Fortifications, Grand Maître de l’Artillerie et Grand voyer de France. En 1606, Henri IV lui octroie le titre de Duc de Sully. Sully s’emploie alors à redresser les finances du Royaume, notamment grâce à l’arrivée de métaux des Amériques. Il favorise aussi la production agricole en allégeant la pression fiscale sur les paysans.

– Ayant amassé une fortune considérable, le Duc de Sully rachète le château de Sully-sur-Loire entre Orléans et Gien, ancienne propriété de la famille de la Trémoille, qu’il fait embellir et aménager. Il fait aussi bâtir sa ville personnelle, par Salomon de Brosse, dans le Duché de Berry ; Henrichemont. Notons à titre anecdotique, que Sully est d’un caractère difficile. Ainsi, lorsqu’il réside dans son château de Sully, il aime faire patienter ses visiteurs des heures dans une antichambre, sans motif apparent.

– Lors des dernières années du règne d’Henri IV, il conjure à son souverain de ne pas lancer le Royaume convalescent dans une guerre contre l’Espagne. Après l’assassinat d’Henri IV, Sully fait partie du Conseil de Régence de Louis XIII mais il se retrouve vite en grand désaccord avec la pro-espagnole Marie de Médicis.
Mis à la porte du Conseil royal, ce grand serviteur de l’Etat se retire sur ses domaines pour se consacrer à l’écriture de ses mémoires. Le Cardinal de Richelieu lui remettra tout de même le bâton de Maréchal de France. Son fils, Maximilien II de Béthune sera aussi Grand Maître de l’Artillerie de France de Louis XIII.

– Le Duc de Sully s’éteint le 22 décembre 1641, à l’âge très avancé de quatre-vingts-deux ans.