Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Mort de Louis XVI

Mort de Louis XVI

Louis XVI fut guillotiné le 21 janvier 1793, Place de la Révolution ( actuelle Place de la Concorde)

 Je meurs innocent de tous les crimes qu’on m’impute ; je pardonne aux auteurs de ma mort ; je prie Dieu que le sang que vous allez répandre ne retombe pas sur la France. »

( Dernières paroles de Louis XVI, roi de France, au moment d’être exécuté)

L’endroit où fut inhumé Louis XVI, et plus tard Marie-Antoinette d’Autriche (16 octobre 1793) au cimetière de la Madeleine, est aujourd’hui le square Louis-XVI ( dans le 8ème arrondissement de Paris). A cet endroit s’élève la Chapelle expiatoire ( construite à l’emplacement de l’ancien cimetière). L’autel de la crypte y marque l’endroit exact où Louis XVI fut inhumé ( ses restes ne seront transférés à st Denis qu’en 1815). Des messes catholiques sont organisées chaque année, le 21 janvier, en commémoration de la mort du défunt roi, qui, pour certains catholiques, mériterait d’être béatifié.

Voici les mots de Pie VI ( 1717-1799), le pape de l’époque, à propos de exécution du roi:

« Ah, France ! Ah, France ! Toi que nos prédécesseurs appelaient le miroir de la chrétienté et l’inébranlable appui de la foi, toi qui, par ton zèle pour la croyance chrétienne et par ta piété filiale envers le Siège Apostolique, ne marche pas à la suite des autres nations mais les précède toutes, que tu Nous es contraire aujourd’hui ! De quel esprit d’hostilité tu parais animée contre la véritable religion ! Combien la fureur que tu lui témoignes surpasse déjà les excès de tous ceux qui se sont montrés jusqu’à présent ses persécuteurs les plus implacables ! Et cependant tu ne peux pas ignorer, quand même tu le voudrais, que la religion est la gardienne la plus sûre et le plus solide fondement des empires, puisqu’elle réprime également les abus d’autorité dans les puissances qui gouvernent, et les écarts de la licence dans les sujets qui obéissent. Et c’est pour cela que les factieux adversaires des prérogatives royales cherchent à les anéantir et s’efforcent d’amener d’abord le renoncement à la foi catholique. Ah, encore une fois, France ! Tu demandais même auparavant un Roi catholique. Tu disais que les Lois fondamentales du Royaume ne permettaient point de reconnaître un Roi qui ne fut pas catholique, et c’est précisément parce qu’il était catholique que tu viens de l’assassiner ! (…) Ô jour de triomphe pour Louis XVI à qui Dieu a donné et la patience dans les tribulations, et la victoire au milieu de son supplice ! Nous avons la confiance qu’il a heureusement échangé une couronne royale toujours fragile et des lys qui se seraient flétris bientôt, contre cet autre diadème impérissable que les anges ont tissé de lys immortels ! ».