Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Philippe-Emmanuel de Lorraine Duc de Mercoeur

Philippe-Emmanuel de Lorraine Duc de Mercoeur

Fils de Nicolas de Lorraine Comte de Vaudémont et de Jeanne de Savoie-Nemours, Philippe-Emmanuel de Lorraine Duc de Mercoeur et de Penthièvre, Comte de Nomeny et Baron d’Ancenis voit le jour en 1558 à Nomeny. En 1575, sa sœur Louise de Vaudémont épouse Henri d’Anjou, ce qui fera de lui le beau frère turbulent du Roi Henri III.
Philippe-emmanuel-de-mercoeur_(détail)
Comme tout Prince de son temps, Philippe-Emmanuel de Mercoeur est très instruit et cultivé. Il parle couramment l’Allemand, l’Italien, le Latin et le Grec et se passionne pour les récits d’Homère. Intelligent et courageux, il est aussi intransigeant, radical et volontiers retors.

En 1582, dans une France en plein trouble, Henri III le nomme Gouverneur de Bretagne. Violemment anti-huguenots, il ravage le Poitou en 1587. Après l’assassinat du Duc de Guise en 1589 et de son frère le Cardinal de Lorraine, il devient chef de la Ligue. Si Charles de Mayenne frère du Duc de Guise fait la guerre à Henri III rallié à Henri de Navarre dans la vallée de la Loire et en Normandie, le Duc de Mercoeur veut profiter de l’affaiblissement de l’autorité royale pour se mettre à la tête d’une Ligue Bretonne afin de reconstituer l’ancien Duché de Bretagne dont il serait le Chef. Pour cela, il s’empare de la forteresse du Blavet et mène une guerre violente contre les nobles bretons favorables au Roi. Philippe II d’Espagne le soutient en lui envoyant des fonds mais aussi Juan del Aguila à la tête d’une troupe qui débarquement en Bretagne.
Mais suite à la Paix de Vervins signée entre Henri IV et le Roi d’Espagne, Philippe-Emmanuel de Mercoeur se retrouve isolé en Bretagne, d’autant plus que bon nombre de villes bretonnes, las des violences et des difficultés économiques se rallient à Henri IV. Finalement, en 1598, Mercoeur se soumet au nouveau Roi à Angers.

Il décide alors de quitter la France pour se mettre au service de l’Empereur Rodolphe II de Habsbourg. Mercoeur va alors combattre les Ottomans sur le Danue avec plus ou moins de fortune.
Il décède de la fièvre pourpre à Nuremberg le 19 février 1602. C’est Saint François de Sales qui prononcera son oraison funèbre lors de ses funérailles.

Lire :
– MINOIS Georges : Histoire de la Bretagne,  Fayard
– http://www.port-louis.org