Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Soixante-dix ans de la campagne de Lorraine – Cinquième partie

Soixante-dix ans de la campagne de Lorraine – Cinquième partie

C – ACCROCHER LA RIVE DROITE DE LA MOSELLE

1 – La tête de pont de Dornot

– Irwin reçoit l’ordre de forcer la Moselle à Dornot. Il envoie alors le 11th Infantry appuyé par des engins du CC R pour couvrir la distance entre Novéant et Dornot. Mais la progression est rendue difficile en raison de mines et d’un feu nourri allemande. Tard dans la soirée, Walker ordonne encore à Irwin de franchir la Moselle le lendemain matin en lui adjoignant le 23rd AIB d’Allison pour renforcer ses effectifs d’Infanterie. Sur le coup de Minuit, les 1 et 3/23rd atteignent la Moselle s’apprêtent à franchir la rivière au sud du CC B. C’est alors que la pluie commence à tomber dans la matinée du 8, rendant bien plus difficile le franchissement du défilé de Gorze. Fantassins et véhicules se retrouvent compressés entre le Chêne et Dornot sous un violent tir allemand venu de l’autre côté de la Moselle. La tentative pour dégager les véhicules blindés du CC B ne font qu’empirer la situation.
USA-E-Lorraine-p136b
– Vers 06h00, le 7th Engineer Combat Battalion atteint la rive avec quelques petites enmbarcations et le 2/11th (Lt.Col. Kelly B. Lemmon) choisit ce moment pour traverser en comptant sur la surprise. Irwin décide alors de l’appuyer par ses trois bataillons de Howitzer de 105 mm mais avec des munitions. Vers 10h45, la traversée commence juste à l’est de Dornot. A 13h20, 2 Compagnies et quelques fantassins portés du 23rd AIB sont de l’autre côté de la Moselle, avec des mitrailleuses lourdes et des mortiers de 81 mm. Les Allemands répliquent par quelques tirs sporadiques depuis les Forts Sommy et Blaise. Mais Irwin ne peut compter sur les avions du XIXth TAC consacrés à cette tâche, car occupés à réduire les défenses de Brest. A la fin de l’après-midi, le F et G Companys placées sous le commandement du Captain Ferris Church, franchissent les bois qui les séparent des deux forts. Les Américains réussissent à s’approcher mais se font violemment percutés par le II/SS-Panzergrenadier-Regiment 37 (17. SS « G.v.B ») et sont forcés de se replier en laissant des tués et des blessés, pour s’accrocher à une minuscule tête de pont recouverte par un bois, avec deux autres compagnies (E et K) et 48 hommes du 23rd AIB et sans aucune capacité de manœuvrer. Durant la nuit, les Allemands n’attaquent pas à l’aide de chars, se contentant de tirer au canon FlaK 18 (88 mm) dans les arbres dont les éclats causent de nombreuses blessures.

map3

2 – La tête de pont d’Arnaville

– Irwin décide alors de faire intervenir le 10th Infantry de Pell dans les environs de Chambley, sur le flanc sud du 11th avec quelques éléments du CC B. A ce moment, Irwin n’a que des informations parcellaires concernant le minuscule tête de pont du 2/11th mais pense qu’elle ne peut facilement se développer mais Walker maintient l’ordre de s’installer solidement sur la rive est de la Moselle. La préparation de la traversée du 10th Infantry est beaucoup plus soignée. Les fantassins devront traverser sous la couverture d’un écran de fumée généré par la 84th Smoke Generating Company. Seulement, cette unité d’appui est sans expérience mais son rôle est majeure pour la réussite de l’opération.
– Vers 02h00 du matin, le 10thInfantry lance ses premières embarcations sur la Moselle entre Novéant et Arnaville. La traversée s’effectue sans problème, l’attention de l’ennemi étant retenue par la « tête de pont » du 11th Infantry. Le 10th abord alors les Cotes 386 et 396 qui dominent le Bois des Anneaux. Si le 1/10th (Lt.Col. Haughey) éprouve des difficultés à occuper la Cote 386, le 2/10th (Major W.E. Simpson) s’empare de la Cote 370 et du Bois de Gaumont. Mais des éléments de la « Götz von Berlichingen », appuyés par chars et venus d’Arry, s’en prennent au 1/10th qui résiste dans une mêlée sauvage. Le 1/10th est alors contraint à céder du terrain avant que l’artillerie américaine et l’intervention de P-47 ne viennent mettre fin à la contre-attaque allemande. L’arrivée des P-47 marque alors la prise en charge par la IXth US Army Air Force de l’appui aérien rapproché à la IIIrd Army et à la fin des opérations contre Brest. Le XIXth Tactical Air Command du Major.General Otto P. Weyland était fatigué par l’enchaînement des bombardements sur la Bretagne et le soutien au XIIth Corps sur Nancy.

Insigne de la 5th Infantry Division

Insigne de la 5th Infantry Division

Major.General LeRoy S. Irwin

Major.General LeRoy S. Irwin

– Durant l’après-midi du 9, des Panzergrenadiere appuyés par des chars s’en prennent au flanc droit du 10th Infantry à Arry mais sont repoussés par un barrage d’artillerie massif et par des fantassins armés de Bazookas. Durant l’après-midi du 10, des Panzergrenadiere appuyés par des chars s’en prennent au flanc droit du 10th Infantry à Arry mais sont repoussés par un barrage d’artillerie massif et par des fantassins armés de Bazookas. Durant la soirée, le 10th Infantry s’empare d’Arry. Problème, un vent d’est se lève, rendant l’écran de fumée de la 84th GSC inefficace. Pendant la nuit du 10-11, le 1103rdEngineer Combat Group du Colonel George E. Walker commence à poser un pont sur la Moselle. Une section de générateurs de fumée participe aussi à l’opération en couvrant le transfert des canons antichars de 57 mm du 3/10th, comme de Bazookas et de munitions sur la rive droite de la Moselle. Enfin, les blessés mais aussi les morts du même bataillon peuvent être évacués.

– Dès lors que le 10th Infantry de Pell a réussi à s’établir solidement sur la rive droite de la Moselle, Irwin ordonne d’évacuer la tête de pont de Dornot. Les soldats du 2/11th commandés alors par leCaptain Jack Gerrie avaient résisté à trente-six assauts – grâce à un bon appui en artillerie – et s’étaient même payé crânement le luxe de demander aux Waffen-SS de se rendre. L’évacuation s’effectue durant la nuit du 10-11, des volontaires n’hésitant pas à franchir la rivière avec des blessés sur leur dos en raison du manque d’embarcations. Mais plusieurs autres sont tués par les tirs de mitrailleuses et d’armes légères allemandes balayant la rivière. Mais le bilan est particulièrement lourd ; 2 compagnies du 11th Infantry ne comptaient plus qu’une cinquantaine d’hommes et plus aucun officier. Et le 23rd AIB d’Allison avaient perdu près de 200 hommes sur 850.

Canons de 155 mm ‘Long Tom’ monté sur chenilles

 3 – L’extension de la tête de pont de la 5th Division

– Tôt dans la journée du 11, le 10th Infantry pousse vers l’est depuis sa tête de pont d’Arnaville, même si les unités du génie ne peuvent achever la pose du pont sur la Moselle seulement vers 11h00 et encore, l’ouvrage n’est pas encore utilisable pour le passage de véhicules. Néanmoins, les hommes du Colonel Pell réussissent à repousser plusieurs contre-attaques sur les flancs du régiment. Malheureusement, 102 hommes sont perdus le long de la Côte de Faye bien mieux défendue par des mitrailleuses. Toutefois, la situation se stabilise en faveur des Américains grâce à la prise de Corny, très vite pris sous le feu des batteries du Fort Driant. L’artillerie allemande commence alors à pilonner les troupes américaines. Aussitôt, l’artillerie du XXth Corps riposte par une contre-batterie mesurée en raison du nombre colossal d’obus dépensés (20 000 durant les deux jours précédents). Du coup, le 11, la 5th Infantry reçoit le soutien des appareils du XIXh TAC. Cependant, les difficultés s’accumulent en raison du manque de gasoil qui handicape sérieusement le ravitaillement aux troupes du 10th Infantry. Et les Allemands ne se privent pas pour bombarder copieusement les troupes américaines tentant de franchir la Moselle.

Insigne de la 7th Armored Division

Insigne de la 7th Armored Division

Major.General Lindsay M. Silvester

Major.General Lindsay M. Silvester

– Du côté allemand justement, von Konbbelsdorf ordonne de lancer une contre-attaque pour détruire la tête de pont d’Arnaville. Des unités provenant des 17th SS « G.v.B »3. et 15. Panzer-Grenadiersont alignées. Plusieurs companies de Panzergrenadiere appuyées par des chars s’en prennent furieusement au 10th Infantry qui résiste pourtant bien grâce aux canons de 57 mm.

– Heureusement, durant la nuit du 11-12 septembre, le 1103rd CEG achève la pose complète du pont sur la Moselle sous le feu allemand. Et grâce à un écran de fumée, le 31st Tank Battalion (Lt.Col. Robert C. Erlensbusch) appuyé par des chasseurs de char franchit la Moselle pour venir en aide aux hommes du Colonel Pell. Finalement, les Allemands sont repoussés et Corny reste aux mains des Américains. Toutefois, la 5thInfantry Division a déjà perdu 1 335 hommes, si l’on compte les pertes de son 2nd Infantry Regiment à l’ouest de Metz.

Silvester (debout à gauche), conversant avecWalker

Silvester (debout à gauche), conversant avecWalker