Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Soixante-dix ans de la campagne de Lorraine (seconde partie)

Soixante-dix ans de la campagne de Lorraine (seconde partie)

– Le 10 septembre, le Major.General Manton S. Eddy reçoit l’ordre de Patton de franchir la Moselle pour foncer directement vers le Rhin. Grâce au coup de main de la 4th Armored Division du Major.General Jack S. « Tiger » Wood sur Commercy à la fin du mois d’août, le XIIth US Corps a pu mettre un pied sur la rive droite de la Meuse mais le manque sérieux de carburant l’a immobilisé durant plusieurs jours avant de recevoir près de 40 000 litres de fuel pour ses chars et véhicules.

Nancy-1944
– Eddy souhaite d’abord mener une attaque éclair avec la 4th Arm.Div pour franchir la Moselle entre Pont-à-Mousson et le nord de Nancy. Les chars de Wood devant être suivis et appuyés par les fantassins des 35th (Paul W. Baade) et 80th « Blue Ridge » (Horace L. McBride) Infantry Divisions. Mais Eddy sous-estime les capacités de défenses des Allemands et Wood lui indique qu’un tel plan est bien trop risqué dans la situation actuelle. Il est rejoint sur ce point par McBride. Du coup, le patron du XIIth Corps opte pour un franchissement mené par les fantassins des deux divisions, fractionnées en Regimental Combat Teams (unités combinées constituées avec un Régiment d’Infanterie comme noyau) et appuyées par les Combat Commands de la 4th Armored. Sur la carte, l’objectif est d’abord de franchir la Moselle pour s’emparer de Toul, Pont-à-Mousson et Nancy. En face, le secteur est tenu par la 3. Panzer-Grenadier-Division du Generalmajor Hans Heckert, unité aguerrie rameutée d’urgence du front d’Italie. Elle est renforcée sur son flanc gauche (sud) par une unité d’instruction, le Lutwaffe-Feld-Regiment 92.

– L’attaque du XIIth Corps démarre le 5 septembre entre le nord de Pont-à-Mousson et Nancy. La 80th Inf.Div. de McBride doit partir de ses positions situées entre Blénod-lès-Pont-à-Mousson et Marbache pour s’emparer de Sainte-Geneviève et d’une cote appelée La Falaise et d’établir une tête de pont sur la Colline de Mousson. Cette mission incombe au 317th Infantry Regiment du Colonel Donald A. Cameron. Mais faute de moyen, le franchissement de la Moselle devra se faire à pied, sans reconnaissance préalable et sans diversion.

Major.General Manton S. Eddy

Major.General Manton S. Eddy

– Le Régiment part à l’assaut appuyée par le feu du 313th Field Artillery Regiment le 317th Infantry franchit la Moselle. Blénod-lès-Pont-à-Mousson tombe (1st Bataillon) mais un tir de mortiers bien ajustés détruit plusieurs petites embarcations et cause des pertes dans les rangs américains qui doivent se replier. Il en va de même plus au sud avec le 3rd Battalion devant la Crête de Mousson. Le 317th est alors bloqué pour la journée par le Lw-Feld-Regt 92 bien retranché sur les crêtes boisées de Marbache.
map2– Le 6, le 318th Infantry du Col. Harry D. McHugh tente s’emparer la Cote 326 pour dégager Marbache ainsi que les versant boisés de la rive droite de la Moselle. Mais là encore, le Lw-Fd-Regt 92 se montre particulièrement américaine et repousse l’attaque américaine. Le Lt.Col. J.B. Snowden, commandant du 3/318th est tué. Il faut l’appui des canons antiaériens divisionnaires pour permettre au regiment de s’emparer des hautes au sud et au nord de Marbache dans la journée du sud. Mais les Allemands maintiennent un feu nourri sur les Américains.

Plus au sud, le 319th Infantry du Colonel Orion L. Davidson tente de franchir la Moselle à hauteur de Gondreville. Mais le Régiment se heurte au Fort de Villey-le-Sec tenu par des éléments du Fallschirm-Vertretungs-Regiment 3 (3e Régiment de remplacement) bien retranché avec des positions de mitrailleuses et de canons de 75 mm. Une première attaque sur la position fortifiée échoue le 6 et les Allemands lancent plusieurs contre-attaques contre le 319th. Villey-le-sec tombe quatre jours plus tard grâce à l’appui de chars.
Seulement, le 10 septembre, la division de McBride n’avait toujours pas atteint Nancy. Devant cette déconvenue oblige Eddy à dépêcher le Combat Command A de la 4th Armored Division (Col. B.C. Clarke) appuyer le 317th dans sa tentative de franchir la Moselle mais Wood freine des quatre fers convainquant Eddy de reporter son assaut. Toutefois, la pousssée des éléments de tête de la VIIth US Army de Patch sur le Madon au sud-est des positions du XIIth Corps, les deux grandes unités effectuant leur jonction entre Xirocourt et Ceintrey – tuant au passage 151 Allemands et en capturant 178. Cela permet au XVth Corps d’Haislip de devenir plus opérationnel au sein de la IIIrd Army. Du coup, Eddy peut alors engager la 35th Infantry Division « Santa Fe » de Paul W. Baade – Division ayant subi de lourdes pertes en Normandie tout en s’y étant bien comportée – et toute la 4th Armored en vue de forcer définitivement le cours de la Moselle.

– Eddy prévoit alors d’envelopper Nancy par un mouvement tenaille avec la 4th Armored au nord, la 35th Infantry Division par le sud pendant que la 80th « Blue Ridge » retiendra l’attention des forces allemandes au centre du XIIth Corps, alors que l’effort principal se produira au sud.
Le 9 septembre, la 35th « Santa Fe » vient prendre ses positions de départ sur la rive gauche de la Moselle après avoir reçu le ravitaillement adéquat en gasoil et en fuel. Son objectif est de s’emparer des ponts situés entre Gripport et Flavigny.

– Au matin du 10 septembre, la 35th Infantry Division s’apprête à franchir la Moselle de vive force avec un importat appui en canons et obusiers fournis par l’artillerie divisionnaire et l’artillerie du XIIth Corps. Paul W. Baade a confié la poussée à droite (sud) au 137th Infantry Regiment du Colonel Robert Sears et la gauche au 134th Infantry du Colonel Butler B. Miltonberger, tous-deux appuyés par le 1 135th Engineer Combat Group (Colonel Charles Keller).
Le 10 septembre toujours, le 2/134th réussit à prendre intact le pont près de Flavigny et doit seulement chasser un groupe de fantassins portés allemand sur la rive droite au Moulin Bois. Sur le coup de 19h00, le reste du 134th commence sa traversée. Un bombardement mené par la Lutwaffe vient frapper les lignes du 134th mais les Américains tiennent bon en dépit des pertes. C’est alors que le Panzer-Grenadier-Regiment 104 (Oberstleutnant Eberhard Nolte) vient frapper durement le 2/134th qui est forcé de se replier de l’autre côté de la Moselle avec ses rangs décimés.
Cependant, les choses se passent mieux du côté du 137th Infantry. En effet, le Régiment du Colonel Sears réussit, grâce à l’appui des obusiers lourds de 155 mm du Corps et à une manœuvre de diversion, à traverser la Moselle à hauteur de Crévéchamps et de Neuviller-s/-Moselle pour se maintenir sur la rive droite pendant la soirée. Aussitôt, Baade ordonne à Sears de faire sa jonction avec le Combat Command B de la 4th Armored (Brig.General Holmes E. Dager) qui progresse en deux colonnes sur le flanc droit de la 35th Division. Dager s’empare de Lunéville, Vic-s/-Selle mais doit affronter un parti d’allemands sur Bainville-aux-Miroirs où son infanterie montée est temporairement repoussée. Bayon est pris par des éléments du 8th Tank Battalion qui réussissent à établir ensuite leur jonction avec la 137th à hauteur de Brémoncourt. Les hommes du Génie réussissent alors à jeter un pont sur la Moselle près de Lorey. Baade en profite alors pour faire traverser la rivière au 320th Infantry Regiment (Colonel Bernard A. Byrne) tenu jusque là en réserve. Les Allemands tentent alors de détruire le pont installé à Bayon et à repousser les Américains mais sans aucun succès. Plus au nord, le 134th Infantry de Miltonberger repasse la Moselle au niveau du confluent du Madon et de la Moselle (à l’est de Pont-Saint-Vincent) appuyés par des appareils du XIXth TAC de Quesada. Après plusieurs combats, les Américains réussissent à se maintenir sur la rive droite de la Moselle.

– Dans le secteur compris au nord de Nancy, à la jointure entre les XIIth et XXth Corps, l’effort américain se poursuit avec la 80th « Blue Ridge ». Après l’échec de sa reconnaissance en force du 5-6 septembre, le 317th Infantry reçoit l’ordre de repasser la Moselle dans les environs de Dieulouard, un peu plus de trois kilomètres au sud de Pont-à-Mousson et s’emploie à sécuriser cette partie de la rive droite en nettoyant les hauteurs dominant le cours de la Moselle. Pendant ce temps, le 318th Infantry de McHugh reçoit l’ordre de capture la Crête de Mousson pendant que le 319th Infantry de Davidson se retrouve engagé à l’est de Toul. Grâce à des diversions, les Américains font croire à l’ennemi qu’ils attagueront dans la direction de Metz alors que l’effort principal se produira sur Dieulouard.

Major.General Horace L. McBride, commandant de la 80th Infantry Division

Major.General Horace L. McBride, commandant de la 80th Infantry Division

Insigne de la 80th Infantry Division "Blue Ridge"

Insigne de la 80th Infantry Division « Blue Ridge »

– Appuyé par des éléments blindés et les unités du Génie du 1 117th Engineer Group et du 305th Combat Engineer Battalion et couvert par un fort soutien d’artillerie, le 317th Infantry de Cameron part à l’assaut le 11 septembre à 04h00 du matin pour traverser le canal d’Obrion pendant que 9 Field Artillery Battalions pilonnent impitoyablement la route au sud de Loisy. Le 2/317th parvient ensuite à franchir la Moselle sur de petites embarcations à hauteur de Sainte-Geneviève sur le coup de 08h00. Dans la foulée Sainte-Geneviève et Bezaumont sont pris. Au centre du dispositif de la « Blue Ridge », le 318th Infantry réussit à approcher les défenses de Vil-au-Val, Loisy et Autreville-s/-Moselle. A la tombée de la nuit, les Américains s’enterrent pour prévenir toute contre-attaque ennemie. Devant ce succès, McBride en profite pour faire traverser la Moselle à deux compagnies du 702nd Tank Battalion « Red Devils » (Lt.Col. Ralph Talbot III) et aux Howitzer de 105 mm du 313th Field Artillery Battion, ainsi qu’à plusieurs canons antichars.
McBride ordonne ensuite à son 317th d’élargir la tête de pont au sud-est. Craignant alors qu les Américains ne s’engouffrent dans une brèche entre la 3. Panzer-Grenadier-Division et la 553. Volks-Grenadier, von Knobelsdorff ordonne de lancer immédiatement une contre-attaque dans le secteur de Dieulouard.
– L’assaut allemand démarre de la Forêt de Facq et vient frapper les 317th et 318th Infantry qui connaissent des pertes. Le Colonel McHugh est lui-même blessé. Mais les Américains tiennent bon grâce à l’action du 2/318th à Pont-de-Mons et à l’appui fourni par les tireurs du 702nd TB. Les soldats du Génie des 248th et 167th Combat Engineer Battalions défendent efficacement les ponts.

– Plus au sud, le 137th Infantry réussit à traverser la Meurthe et le canal dans la matinée du 13 septembre, obliquant ensuite vers Nancy et s’emparant de Varangéville. Grâce aux informations fournies par les avions « Piper Cub » qui donne des positions de tir précise aux bataillons d’artilelrie, le 137th Infantry réussit à bien avancer grâce aux Sherman du 737th TB et aux Tank Destroyers du 654th TDB. Bousculant violemment les Allemands à la Chartreuse, les éléments de la « Santa Fe » abordent Nancy par le nord-est le 15 septembre.
Ce jour-même, le Major.General Baade ordonne la formation de la Task Force Sebree (Brigadier Edmund B. Sebree) pour occuper la ville. Les Américains profitent alors que la Capitale de l’Ancien Duché de Lorraine soit bien moins fortifiée que Metz.

Le 14 septembre, des FFI lorrains viennent informer les américains que les Allemands sont en train de faire évacuer leurs troupes de Nancy vers la Forêt de Haye qui se trouve bien défendue. En outre, les Américains apprennent par les Français que le Grand Couronné est aussi fortifié. Le renseignement du XIIth Corps ne sait pas combien d’Allemands occupent les positions mentionnés ce qui oblige Eddy à décider de manœuvrer par l’ouest. Les Français guident néanmoins la Task Force Sebree par la route de Toul pour se rendre compte que Nancy n’est absolument pas défendue. Le 15 septembre, la ville du Roi Stanislas est libérée.

[Suite]