Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Thibon sur l’espérance : « Dieu aura le dernier mot, mais ce n’est pas une raison pour laisser la parole au diable. »

Thibon sur l’espérance : « Dieu aura le dernier mot, mais ce n’est pas une raison pour laisser la parole au diable. »

Gustave Thibon insiste dans ce passage sur la responsabilité et la vigilance nécessaires au chrétien dans le monde d’aujourd’hui. Il nous rappelle que, loin de l’angélisme ou du quiétisme, l’espérance chrétienne nous incite à agir concrètement au sein de la cité, conscients qu’un « terrible combat » se joue, dès ici bas, pour faire reculer le mal et en diminuer les effets…

Gustave Thibon

« Je discutais récemment avec un jeune prêtre dont la foi en Dieu se traduisait par une vertigineuse « ouverture » au monde moderne. Et comme je lui faisais part de mes inquiétudes concernant certains courants actuels, tels que les progrès de la collectivisation et de l’anonymat, le conditionnement des esprits par les propagandes, la régression vers la barbarie dans les luttes politiques, la dissolution des moeurs, le saccage et la pollution de la nature, etc., j’obtins pour toute réponse cette exclamation réprobatrice et apitoyée : « Quel pessimisme ! Et que faites-vous donc de la vertu d’espérance ? »
J’ai répondu : « Est-ce être pessimiste que de voir le mal et le danger là où ils sont et d’y chercher des remèdes ? Quand à la vertu d’espérance, elle n’a rien à voir avec cet optimisme aveugle et béat qui se voile les yeux devant le mal et s’imagine que, quoi qu’il arrive, tout ira fatalement de mieux en mieux ; elle consiste plutôt à ne jamais se décourager ni perdre pied, quelles que soient l’épaisseur du mal et la gravité du péril.
Si un homme abuse régulièrement de l’alcool, est-ce manquer à la vertu d’espérance que de l’avertir du risque qu’il court ? Ou, si un incendie se déclare, faut-il faire confiance aux flammes ou appeler les pompiers ? Et n’en va-t-il pas de même pour tous les grands dangers collectifs évoqués plus haut ? »

« Faisons crédit à la Providence, a poursuivi mon jeune clerc : tout cela s’arrangera. »

Bien sûr. A plus ou moins longue échéance, tout finit par s’arranger. L’alcoolique, en mourant, débarasse la société de sa présence inutile ; l’incendie s’arrête après avoir dévoré tout ce qui était à sa portée. Et à l’effondrement de la cité, succède tôt ou tard (mais à travers quelles ruines et quelles nuits ?) une nouvelle forme de civilisation. Mais est-il permis à l’homme de laisser aller les choses jusque là ?

J’ai enchaîné : « L’espérance chrétienne est une vertu surnaturelle, enracinée dans la foi en la toute-puissance et en la toute-bonté de Dieu, et dont aucune catastrophe temporelle ne peut et ne doit venir à bout. »
Même si l’on imagine le pire, c’est-à-dire la fin du monde par l’épuisement de la planète ou par quelque explosion atomique, cela ne change rien aux promesses de l’éternité. Aussi n’est-ce pas sur le triomphe final du bien que portent mes inquiétudes, mais sur les menaces qui pèsent sur le monde temporel dont Dieu nous a associés à la gestion. Or, il n’est pas de bonne gestion possible si le mal n’est pas reconnu et combattu comme tel. Que penseriez-vous d’un médecin, qui négligerait de dépister et de traiter la maladie sous prétexte que nos corps sont promis à la résurrection glorieuse ?
Ne confondons pas les domaines. C’est prostituer l’espérance théologique que de l’appliquer sans discernement à tout ce qui se produit dans le temps et d’attendre que le bien sorte automatiquement du mal. Dieu veut le bien et permet le mal. Notre tâche à nous est de nous appuyer sur le bien que Dieu veut afin de diminuer le mal que Dieu permet.
Ce qui implique la lucidité et le courage. La première pour discerner le mal et le second pour le combattre. Il ne s’agit pas d’attendre passivement un avenir conforme à nos voeux, mais de le construire par un choix et un effort quotidiens. Le laboureur fait crédit aux bonnes forces de la nature : la vertu des semences, la fécondité de la terre et les pluies du ciel, mais non aux intempéries et aux parasites.

Dieu aura le dernier mot, nous n’en doutons pas. A la fin du monde. Mais ce n’est pas une raison suffisante pour laisser trop souvent, d’ici là, la parole au diable… »

Gustave Thibon, L’ Équilibre et l’harmonie, 1990

Merci à http://leblogdumesnil.unblog.fr/