Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Vins et Crus : l’Armagnac

Vins et Crus : l’Armagnac

Issu d’un vieux terme gascon signifiant « eau qui brûle », l’Armagnac et ses déclinaisons (Blanche d’Armagnac) est sans doute l’un de nos meilleurs alcools digestifs, mais qui peut accompagner certains plats. En outre, à l’ère  des produits industriels, l’Armagnac peut se targuer de conserver un mode de fabrication encore artisanal.

L’Armagnac reste aussi la plus ancienne eau de vie de France car sa consommation est mentionnée dès le XIVe siècle. Il est issu de quatre cépages ; l’Ugni qui lui permet d’être distillé, la folle-blanche qui lui donne ses déclinaisons de fleurs et d’eau-de-vie fine, le baco 22 A, un cépage hybride qui lui confère ses accents de fruits mûrs et enfin, le Colombard, très présent en Gascogne.

Et voici les terroirs historiques qui se partagent l’appellation  : l’Eauze, l’Armagnac-Ténarèze, le nord-ouest du Gers et le sud du Lot-et-Garonne, le Bas-Armagnac et le Haut-Armagnac.

La robe de l’Armagnac traduit un élevage en fûts de bois. Les tanins de chêne colorent peu à peu une eau-de-vie incolore issue de l’alambic. On trouve aussi une palette de couleurs allant du brun à l’ambré en passant par l’orangé et le doré. Le nez de l’Armagnac est chaleureux et évoque des notes de cuisson (alambic, vin chaud et même bouillon de viande), de fruits blancs et jaunes (prune, poire, pomme, pêche…) et de pâtisserie. L’âge révèle des notes d’épices, de fruits confits et des notes boisées-grillées. Lorsqu’il atteint les vingt ans, l’Armagnac libère des notes animales, de truffe, de noix et de cire.

Mais les terroirs peuvent eux aussi influencer les arômes ; le pruneau, le zest d’orange et la vanille pour le Bas-Armagnac, la violette et les épices pour l’Armagnac-Ténarèze et enfin, des notes très fruitées (prune, poire) pour la Folle-Blanche.
En ce qui concerne la bouche, les alcools du Bas-Armagnac sont fruités et délicats, ceux de l’Armagnac-Ténarèze plus corsés et fougueux La bouche du du Haut-Armagnac peut montrer du caractère, voire de la rusticité et enfin, la Blanche-Armagnac se révèle souple, ample et fruitée.

Si on l’apprécie particulièrement en fin de repas, l’Armagnac peut aussi être servi avec des tapas, du foie gras, du magret de canard au miel, du pintadeau aux pruneaux ou aux pêches), du roquefort, un dessert au chocolat, voire même pour accompagner la cuisine asiatique.

La Blanche-Armagnac peut se servir avec du caviar, des poissons fumés et de la tarte aux fruits (citron, poire, tarte Tatin).

Source : Dictionnaire des vins de France, Hachette, 2010