Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Vins d’été – le Tavel

Vins d’été – le Tavel

Très connu des amateurs de rosés estivaux, le Tavel est toujours reconnaissable dans le commerce grâce à sa bouteille généralement plus élancée que celles des autres vins du Rhône comme au « T » gravé en écusson sur le verre.
Mais saviez-vous que le Tavel reste le tout premier rosé produit en Provence historique ? Il est mentionné en l’occurrence depuis l’Epoque Médiévale (XIIIe siècle). D’ailleurs, au XIVe siècle, il était fort apprécié à la Cour des Papes d’Avignon après y avoir été introduit par Innocent VI. Et Honoré de Balzac disait que « c’est l’un des rosés que l’on peut avantageusement laisser vieillir ». Sans renier l’appréciation du grand écrivain, on peut laisser reposer le Tavel durant deux-trois ans en cave (comme pour un Bandol, autre grand rosé provençal).
tavel2
– Situé sur la rive droite (ouest) du Rhône dans le département du Gard, le vignoble de Tavel fait face à celui de Châteauneuf-du-Pape dans le Vaucluse. On sait que les vignes sont implantées dans la région depuis la colonisation grecque dans cette région, avant d’être développée par les Romains dès le Ier siècle av JC. En outre, il s’étend entre le Pont du Gard et Avignon, dans ce que l’on appelle le « Royaume du Tavel », pour se développer sur un terroir composé de Lauzes, de sols sableux (entre Tavel et Roquemaure), de cailloutis, de galets, de sols maigres, de calcaires marneux (Villeneuve-les-Avignon, Les Angles et Tavel) et de calcaires du Barrémien (Tavel – Rochefort-du-Gard).

– Le Tavel est issu d’un assemblage de neuf cépages typiquement méridionaux : Grenache, Cinsault, Syrah, Clairette blanche, Clairette rose, Picpoul (noir, blanc, gris), Calitot, Bourboulenc, Mourvèdre et Carignan. D’ailleurs, en 1737, un édit de Louis XV a interdit d’ajouter des vins étrangers dans la production de Tavel. Les cépages devront être exclusivement plantés sur la rive droite du Rhône.
En matière de production, le Tavel peut être « tiré » par saignée ou par macération à froid de la vendange pendant douze à quarante-huit heures.

– Lorsqu’il est jeune, le Tavel offre à l’œil une robe rose clair et lumineuse ou saumonée. En vieillissant, il se pare de reflets d’or pâle, de cuivre puis d’ambre.
Au nez, il offre des notes de fleurs mais aussi de fruits à noyau et d’amande fraîche durant sa jeunesse. Au bout d’un an, le nez révèle davantage de fruits mûrs, d’amande grillée et d’épices. Puis, lors de sa maturité, ce sont des arômes de Madère et de réglisse qui s’expriment.
En bouche, le Tavel offre de la rondeur, de la chaleur, du fruit à noyau (cerise…), de l’épice et des notes grillées (pain).

Tavel_rose_domaine_Lafond_roc_epine.png_6– On le sert à 10°C à l’apéritif, sur des accras de morue, des anchois marinés (au vinaigre de Rancio), des banderillas, des artichauts (à la barigoule), des aubergines farcies, de la charcuterie, une salade, de la bouillabaisse, du farcis niçois, du bar rôti au basilic, des sardines grillées, du thon à la basquaise, du couscous, du poulet au curry, de l’agneau au curry et même du clafoutis aux cerises.

Sources :
Dictionnaire des vins de France, Hachette, coll. Les Livrets du vin
– http://www.vins-rhone.com