Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Vins pour Noël : les Seigneurs de la Côte de Nuits (1)

Vins pour Noël : les Seigneurs de la Côte de Nuits (1)

Chers lecteurs, je vous avais consacré un article passant en revue les vins de Bourgogne. Toutefois, je souhaiterai vous faire partager davantage sur ce sujet en y consacrant une chronique de plusieurs volets sur les « Seigneurs » des vignobles du vieux duché.

Les grands vins rouges décrits ici sont tous issus du Pinot Noir et les blancs en majorité du Chardonnay.

1 – Nuits-Saint-Georges

– Cette appellation s’étend du entre Premeaux-Prissey et le nord de Vosne-Romanée. Disposant de sols différents qui permettent l’acquisition d’une bonne diversité de vins, les vignobles de Nuits-Saint-Georges – tout comme ceux de Fixin – produisent des vins blancs et des vins rouges. La robe du Nuits-Saint-Georges est intensément pourprée (dite crépusculaire) et tire parfois sur le mauve pour donner un rouge net, sombre et lumineux. Pendant la jeunesse, ses arômes évoquent la cerise, la fraise et le cassis alors qu’avec l’âge, il évolue sur le cuir, la fourrure, la truffe, le gibier et les épices. Les notes de fruits macérés (pruneau, coing, griotte) sont aussi présents. Tout cela donne un vin vigoureux, tannique voire même corsé pendant ses jeunes années. Avec la maturité, il devient rond et moelleux. On peut le conserver de cinq à quinze ans, avant de le servir avec du jambon à la crème, des viandes blanches, du gibier et des fromages (époisses et langres). Voici quelques premiers crus que l’on peut retenir : Aux Boudots, Aux Chaignots, Clos de la Maréchale, Clos des Corvées, Clos des Corvées Paget, Les Damodes, les Didiers, Les Porrets, Les Pruliers, La Richemone et Les Saint-Georges.

2 – Echézeaux et Grands Echézeaux

 Situés au-dessus du Clos de Vougeot, l’Echézeaux et les Grands-Echézeaux, classés grands crus, comptent parmi les plus vieux vins de France. Leur nom vient du vieux français « chezeaux » qui signifie hameau. Ce sont des vins très solides et qui peuvent se conserver jusqu’à 20 ans. Leur robe limpide livre un rubis vif et profond pendant que le nez révèle (avec l’âge) des notes de poivre, de musc, de cuir, d’épices, de pruneaux, de sous-bois, de terreau, de gibier et de fruit dans l’alcool. Les Echézeaux et Grands Echézeaux sont généralement souples avec d’agréables tanins avec une rondeur framboisée et goûteuse.
Echézeaux et Grands-Echézeaux sont à servir avec un gigot d’agneau, de la viande rouge, du gibier et des fromages forts à pâte molle (cîteaux, Saint-Nectaire, Coulommiers, Brillat-Savarin et Reblochon).

3 – Clos de Vougeot

– Fondé par les moines Cisterciens en 1110, protégé par de vénérables murs, le Clos de Vougeot s’étend sur près de 50 ha, qui se partagent eux-mêmes entre quatre-vingt propriétés. Vénérable par excellence, le Clos de Vougeot (qui ne produit que du rouge) possède une longévité de dix à trente ans, voire au-delà pour les plus grands millésimes.     Avec l’âge, sa robe passe progressivement du rouge framboise au grenat intense. Le nez, suave, délivre une harmonieuse palette d’arômes printaniers (rose, violette, réséda mouillé et églantier) et fruités (mûre, framboise, réglisse, menthe sauvage et truffe). Lors de la dégustation en bouche, le palais révèle un vin charnu, sèveux et fin.

Vin noble, le Clos de Vougeot est à déguster avec des plats nobles, notamment du gibier (chevreuil, marcassin, perdreau, bécasse, grive). Il peut être servi avec un rôti de bœuf ou même des plats plus typiques bourguignons comme le jambon en croûte ou le pâté chaud. Enfin, il accompagne fort bien les fromages de Bourgogne (époisses, langes, Ami du Chambertin, Saint-Florentin, soumaintrain).

4 – Chambolle-Musigny

– Produit sur 200 ha de vignes qui gravitent autour d’un petit village, le Chambolle-Musigny est considéré comme un grand vin « féminin » de par son caractère soyeux et dentellé. On peut le conserver de trois à quinze ans, voire même au-delà pour les meilleurs crus. Doté d’une jolie robe rouge brique (ou rubis), le Chambolle-Musigny délivre des notes de petits fruits rouges (fraise et framboise) dans sa jeunesse, alors que plus âgé il laissera s’exprimer des notes de fruit mûr épicé, de pruneau ainsi que de truffe, de sous-bois et d’animal. Sa bouche est riche, bouquetée, fine, soyeuse mais aussi charnue et solide.

– On peut le déguster avec de la volaille, des tournedos (chasseur), du canard braisé au vin rouge, du canard à l’orange, un sauté d’agneau ainsi qu’avec des fromages (brillat-savarin et cîteaux).

5 – Fixin

Moins connu du grand public, le Fixin a aussi la particularité de produire (sur 95 ha) à la fois des vins rouges et des blancs. Les meilleurs crus sont issus des climats (c’est-à-dire des terroirs) Arvelets, Hervelets et Chapitres. Le vin rouge possède une robe violine (sinon cerise noire) et révèle un bouquet mêlant violette, pivoine, griotte, cassis, mûre et parfois coing. Leur bouche révèle des tanins pendant la jeunesse avant de devenir plus mature dans la vieillesse. Aves l’âge, il devient un vin rouge structuré mais rond et à l’attaque enlevé. Dans de bonnes années, il devient gras, fin et délicat. Mais chaque cru possède son propre caractère : Le Clos de la Perrière est ferme est distingué, le Clos du Chapitre est rude avant de s’épanouir. Les Arvelets et les Hervelets sont friands et tendres. On peut les conserver de 5 à 10 ans. On les déguste avec des œufs en meurette ou bien de la poularde de Bresse aux morilles.

– Les vins blancs, de couleur jaune paille doré, délivrent un bouquet d’églantine couplé à un fort caractère minéral et légèrement muscaté. Ils sont francs et agréables, idéaux pour accompagner des plats de poisson fin (lotte, bar).

6 – Bonnes-Mares

– Coincé entre le Chambolle-Musigny et Morey-Saint-Denis, le petit vignoble de Bonnes-Mares donne au Pinot Noir l’une de ses plus belles expressions. Cela vient peut-être du vieux terme bourguignon « marer » qui signifie cultiver, indiquant que les parcelles du vignoble sont aisées à cultiver.

– De belle longévité (dix voire vingt ans), le Bonnes-Mares est d’abord tannique dans son jeune âge avant de s’affiner pour devenir un vin à la belle texture, gras, riche, charpenté. Doté d’une belle robe d’un rubis franc, son nez délivre une harmonieuse alliance de violette, de mousse, de sous-bois, de terre mouillée et de notes animales. Avec l’âge, le Bonnes-Mares acquiert davantage de touches de cuir, de musc, de fourrure, d’épices et de bouton de rose.

– On le sert de préférence avec du canard, du poulet de Bresse aux petits légumes et du fromage (époisses, Soumaintrain, Ami du Chambertin et Langres).

 

7 – Morey-Saint-Denis

Se tenant entre Gevrey-Chambertin et Chambolle-Musigny, Morey-Saint-Denis pourvoie depuis longtemps la Côte-de-Nuits en grands crus, surtout en rouge. Le vignoble produit aussi des vins blancs de cépages Chardonnay mais aussi Pinot Blanc.

– Les rouges sont généralement légers tout en restant soutenus et structurés, livrant à l’œil une jolie robe au rubis vif tirant sur le grenat avec le vieillissement, tout en conservant des reflets violacés. Ses arômes révèlent le petit fruit noir (cassis, myrtille, mûre), le fruit rouge à noyau (cerise), ainsi que des variantes de prunelle, de réglisse, de ronce, de violette, de jasmin et d’œillet. On peut le conserver de trois à quinze ans selon les années. Il est servi de préférence avec de la pintade, du lapin à la moutarde et des fromages (époisses, munster et livarot).

– Le Morey-Saint-Denis blanc est parfaitement équilibré entre le gras et l’acidité. D’une robe très claire, il révèle au nez des arômes floraux qui prennent le pas sur les épices et les notes beurrées. Pouvant être gardé de deux à quatre ans, on le sert avec des poissons de rivière mais aussi avec de la volaille.

 

Source :
– Dictionnaire des vins de France, Hachette, 2010