Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Vins du Sud-Ouest : Montravel

Vins du Sud-Ouest : Montravel

Connue pour être la patrie de Michel Eyquem de Montaigne, la ville périgourdine de Montravel l’est un peu moins pour ses vins. Et pourtant, ses blancs – blancs et secs – valent le détour.

– Appellations reconnues en 1937, Montravel, Côtes de Montravel et Haut-Montravel se localisent toutes entre Castillon à l’ouest et Sainte-Foy-la-Grande à l’est. Cependant, elle regroupe l’AOC. Le vignoble s’étend sur 340 hectares et produit plus de 18 500 litres par an, dont 15 000 pour la seule AOC Montravel. On trouve une petite proportion de rouges (production reconnue en 2001) pour une grande majorité de blancs, secs, moelleux ou liquoreux.

– La production des vins s’effectue à partir des cépages Sémillon, Sauvignon et Muscadelle (que l’on retrouve dans les Monbazillac, les Bergerac notamment) qui se développent sur des sols composés composés de graves, d’argile et de calcaire et de boulbènes. Les vins blancs secs peuvent se conserver d’un à trois ans, contre cinq à dix pour les blancs moelleux et liquoreux Les rouges sont produits à partir de cépages que l’on trouve dans le Sud-Ouest : Merlot, Cabernet-Sauvignon, Cabernet-franc et Côt. Ce ne sont pas des vins de garde et se conservent entre deux et trois ans.

* LES VINS BLANCS SECS

– Les vins blancs secs présentent une robe teintée de jaune avec des reflets verts avant d’évoluer vers l’or pâle au bout de la maturité. Ils développent des arômes de pierre à fusil, qui laissent ensuite la place aux fruits exotiques, aux épices (clou de girofle), au pain grillé et aux fruits secs (amande et noisette). En bouche, ils se révèlent équilibrés, harmonieux et finissent par une note acidulée. On les sert frais (8-10°C) sur de la quiche provençale, des fruis de mer, du poisson (darne de colin, cabillaud), des cuisses de grenouille et des feuilletés au crotin de Chavignol. Lorsqu’ils sont vinifiés en barrique, ils sont agréables sur des risottos (lotte, coquillages, fruits de mer), quiche provençale, des poissons en sauce (saumon, truite, poissons à chair blanche) et des fromages (brebis, picodon, bleus)


** LES BLANCS MOELLEUX

– D’abord dotés d’une robe jaune pâle, les Montravel moelleux évoluent verts une teinte jaune paille ou or pâle à maturité. Les Montravel liquoreux évoluent quant à eux sur une robe plus ambrée. Leur nez développe des notes de fruits confis et de miel, avec un côté rôti plus ou moins intense. En bouche, ils se montrent amples, gras, équilibrés, harmonieux mais aussi vif en touche finale.
On les serts idéalement sur du foie gras d’oie ou du sud-ouest, du soufflé au bleu, du brochet en sauce, des fromages à pâte persillée (Bleu des Causses, Bleu de Lozère, Fourme de Montbrison, Roquefort). Enfin, ils sont agréables sur des desserts comme les crèmes renversée et brûlée, de desserts au café, au citron ou à base de génoise, la croustade aux pommes, du croquant du Périgord, de l’ananas flambé, du Bavarois à la normande.

– Le Haut-Montravel peut se déguster sur des mousses de foie de volaille, du saumon, de la truite ou de la lotte pochés en sauce, de la tarte au sucre et du parfait glacé.

– Les Côtes de Montravel moelleux sont agréables sur du foie gras, de l’ananas, des bannes au four, du gâteau au noix et de la charlotte aux poires.

** LES ROUGES

– Les Montravel rouges offrent une robe d’un rouge profond, ainsi que des arômes de fruits rouges et de cuir. En bouche, ils se révèlent structurés et concentrés. On les déguste sur de la viande rôtie (rosbif) ou en daube, de la côte de bœuf, des paupiettes de porc et des volailles rôties.

Sources :
– Dictionnaire des vins de France, Hachette, coll. Les Livrets du vin
– http://www.platsnetvins.com