Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 3 janvier, fête de Sainte Geneviève

3 janvier, fête de Sainte Geneviève

Fille d’un dignitaire d’origine germanique, un certain Severus, elle se voua à Dieu très jeune et est instruite par Saint Germain d’Auxerre à Nanterre.

Dotée d’un solide sens politique, elle réussit à convaincre les lutéciens de ne pas quitter la ville face à Attila, qui n’y marchera pas.
En 465, elle s’opposera aussi à Childéric Ier, Roi des Francs Saliens et père de Clovis, qui voulait lui aussi marcher sur Paris. Elle restera en revanche en bons termes avec Clovis, comme de la Reine Clotilde.

Elle s’éteint en 512 et est inhumée en  l’Abbaye du Mons Lucoticus (Montagne Sainte-Geneviève), aux côtés de Sainte Clotilde, avant que sa châsse ne soit transposée au XIXe siècle dans l’église Saint-Etienne-du-Mont.

 

« Que de toutes nos voix un plein concert s’élève
A la gloire de Geneviève,
Terre, applaudis au ciel; lui-même il t’applaudit.
Il t’en daigne lui-même t’apprendre a naissance:
Ecoute un ange qui te dit
Qu’il vient de naître en elle un appui pour la France.
Un saint prélat, qui voit dans une si jeune âme
briller tant de celeste flamme:
« Vierge heureuse, dit-il, qu’heureux sont tes parents! »
Soudain qu’elle t’entend, la vierge à Dieu se voue,
Et quitte enfin et prés et champs,
pour monter à la cour comme il faut qu’on le loue.
Les miracles partout suivent son grand courage;
ils passent et le sexe et l’âge.
Dans la chair qui l’enferme elle est hors de la chair,
Et dans la pauvreté riche plus que tous autres:
Quiconque la peut approcher
Croit sa vertu pareille à celle des apôtres.
Honneur de ta patrie et de la terre entière,
Vierge, des vierges la lumière,
Notre patronne à tous, entends nos humbles voeux;
Et du ciel, où tu vois ta couronne assurée,
Fais qu’en terre de chastes feux
Puissent toujours régner dans notre âme épurée.
A la Trinité sainte éternelle puissance,
Eternelle reconnaissance.
Qu’on la serve en tout temps, qu’on l’honore en tous lieux;
Exaltons-en la gloire en sa vierge fidèle,
Si nous voulons un jour aux cieux
Etre assis dans un trône et couronné comme elle. »

 

Pierre Corneille (1606-1684)