Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 14 octobre 1805 : Victoire de Ney à Elchingen

14 octobre 1805 : Victoire de Ney à Elchingen

Cette victoire française s’est déroulée au sud d’Ulm en Bavière et mit aux prises les 17 000 hommes du 6e Corps de Michel Ney, à 16 000 soldats de l’Armée autrichienne commandés par le Feldmarschall Johann von Riesch.
Reddition-de-la-ville-d-Ulm
– Constatant que les Autrichiens se replient au nord d’Ulm alors que ses forces sont au sud, Napoléon ordonne à Ney de passer le Danube en aval d’Ulm et de prendre le plateau d’Elchingen dont le sommet est coiffé d’un couvent. Le « Rougeaud » paraît alors à la tête de son 6e Corps en grande tenue, décorations plaquées sur la poitrine. Il apostrophe Murat en ces termes : « Venez Prince, venez faire avec moi vos plans en face de l’ennemi ! ». Joignant alors le geste à la parole, Ney lance son cheval dans les eaux du Danube sous les tirs autrichiens et parvient à franchir le fleuve.

– Ney entraîne toute une partie de son 6e Corps dans son sillage et notamment la Division Loison. Alors que les Autrichiens continuent leurs tirs de barrage, Ney ordonne au Capitaine Cloisel, aide de camp de Louis Loison de construire un point à l’aide de planches. En dépit des difficultés, Cloisel parvient à jeter un pont sur le Danube sur lequel se lancent les Voltigeurs du 6e Régiment d’Infanterie Légère,suivi par le 39e Régiment d’Infanterie de Ligne (Colonel Mancune) de la Brigade Villatte. Seulement, les Autrichiens tiennent bien leur ligne et seul le 1er Bataillon du 6e Léger parvient à s’accrocher aux pentes d’Elchingen avent d’être contre-attaqué et ramené presque à l’entrée du pont, avant de recevoir le soutien de son 2nd Bataillon.
Toutefois, Ney fait immédiatement donner les 69e et 76e de Ligne (Colonels Brun et Faure-Lajonquière) de la Brigade Roguet, qui permettent de reprendre le terrain perdu.

– Ney se met à la tête du 6e Léger et mène la charge vers le sommet d’Elchingen. Les Voltigeurs de la Brigade Vilatte doivent alors combattre durement pour s’assurer le contrôle des rues du village. Celui-ci aux mains des Français, le Maréchal français décide de se s’assurer du contrôle d’un bosquet couvrant partiellement le Michelsberg (une éminence ondulée qui fait la jointure entre Elchingen et les abords d’Ulm).

– C’est dont le 69e de Ligne du Colonel Brun qui mène la charge contre une partie du Corps de von Riesch, avant de recevoir l’appui du 18e Régiment de Dragons du Colonel Charles Lefebvre-Desnouettes (4e Division de Dragons de Laplanche). Celui-vient tourner et charger les Autrichiens qui doivent se replier précipitamment vers Haslach.

– Pendant ce temps, le Général autrichien Werneck sort d’Ulm pour tenter de prêter main-forte à von Riesch. Mais pressentant au son du canon que les Français semblent être sur ses arrières, il décide de se replier sur la route Albeck-Ulm… pour tomber tout droit sur la Première division du 6e Corps français commandée par Pierre Dupont de l’Etang. Le combat s’engage alors et Werneck veut accélérer son repli. Dupont de l’Etang ordonne alors à ses 9e et 32e Régiment d’Infanterie Légère (Colonels Sancey et Duranteau) de serrer les colonnes Autrichiennes. Werneck est alors contraint de se replier vers Ulm.

– La victoire est donc acquise à Ney qui reçoit le titre de Duc d’Elchingen.

Sources :
– Bataille d’Elchingen. Le 14 octobre 1805, http://www.gustavemar.free.fr
– 76e Demi-Brigade/76e Régiment de Ligne 1794-1815, http://www.frederic.berjaud.fr