Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » 21 juillet 2013 : Disparition de Denys de La Patellière

21 juillet 2013 : Disparition de Denys de La Patellière

Né en 1921 à Nantes, d’abord élève à Saint-Cyr (alors déplacée à Aix-en-Provence), Denys de la Patellière s’engage ensuite dans la Ire Armée Française et combat dans l’Est de la France puis en Allemagne.
les-grandes-familles-de-denys-de-la-patelliere_43610468_1
Après la Seconde Guerre, il démarre une carrière de cinéaste comme monteur au sein des Actualités françaises.

Il tourne ses premiers longs métrages dès 1955, s’orientant vers un cinéma populaire. Il assumera cette orientation personnelle dans un entretien donné au Figaro en 2002 : « J’étais un metteur en scène commercial et ce n’est pas pour moi un mot péjoratif. Je n’avais pas l’ambition de faire une œuvre mais de réaliser des spectacles et d’intéresser les spectateurs ».

Il tourne donc successivement « Les Aristocrates », « Le Salaire du péché », « Les œufs de l’Autriche » et « Les grandes familles ». Mais il rencontre le succès auprès du grand public avec « Un taxi pour Tobrouk », œuvre culte pour plusieurs générations, marquée par sa distribution (Ventura, Aznavour, Biraud, Krüger et Cobos) et par les mythiques répliques signées Michel Audiard.
De la Patellière enchaîne ensuite durant les années 1960 avec « Le bateau d’Emile », « La fabuleuse aventure de Marco Polo » (avec Horst Buchholz et Anthony Quinn), « Du rififi à Paname », « Soleil noir », « Le voyage du père » et « Le Tatoué ». Dans cette dernière comédie, le duo comique associant Louis de Funès et Jean Gabin marche bien aux yeux du public même si Gabin, jamais habitué aux rôles d’humour, supportait mal d’être sérieusement concurrencé à l’affiche par un de Funès en pleine gloire.

Il avait aussi signé les scénarios des films suivants : « Le défroqué », « Latour, prend garde ! » et « Du grabuge chez les veuves ».

En 1973, Denys de la Patellière tourne son dernier film « Prêtres interdits » (avec Robert Hossein, Claude Jade et Claude Piéplu) mais choisi ensuite de disparaître subitement du grand écran pour se consacrer à la télévision.

Par la suite, il s’est retiré paisiblement à Dinard où il passera les dernières années de sa vie.