Vous êtes ici : France Histoire Esperance » histoire » Vins du Massif Central (2) : Côtes du Forez et Roannaise

Vins du Massif Central (2) : Côtes du Forez et Roannaise

CÔTES-DU-FOREZ

Le vignoble du Forez s’étend dans le joli massif éponyme entre Thiers et Saint-Étienne, à cheval sur les départements du Puy-de-Dôme. Le Gamay Noir (vinifié par raisins entiers) produit exclusivement des vins rouges et rosés. Un peu à l’instar des Côtes-d’Auvergne, les vignobles du Forez évoluent sur des sols granitiques et basaltiques (de manière localisées). Ils sont à boire plutôt jeunes, jusqu’à trois ans.

– Les rouges : La plupart sont d’une robe rouge-cerise, alors que ceux issus des sols basaltiques donnent une robe plus sombre. Leur nez révèle de la framboise et de la groseille. En bouche, ils sont souples, mêmes si ceux issus des cuvées basaltiques sont plutôt tanniques, ce qui leur confère un meilleur potentiel de garde. Ils sont à servir avec du boudin, de la volaille et de la fourme d’Ambert.

– Les rosés : Leur robe est plutôt pâle, limpide et saumonée, pendant que le nez délivre un bouquet composé d’abricot, d’ananas et de pamplemousse. On peut les déguster sur du poisson grillé.

Les « vin de saignée » : Il s’agit de rosé obtenu par fermentation qui soulève le marc. La macération dure vingt-quatre heures et après, on écoule une partie du jus qui continue à fermenter après avoir été séparé du marc.

 

CÔTE ROANNAISE

Avec ses vins rouges fruités et ses rosés, voilà bien une appellation qui mérite d’être bien mieux connue et reconnue !
Les vignobles de Gamay Noir de la Côte Roannaise s’adossent aux monts de la Madeleine (sols granitiques), à l’ouest de la ville de Roanne.

– Les rouges : Embellis grâce à leur robe rouge cerise (les cuvées vieilles vignes confèrent une teinte plus sombre), les rouges de la Côte-Roannaise sont plutôt épais et délivrent des arômes de cassis, de framboise, de cerise, de mûre sauvage et de fraise des bois. En bouche, ils sont plutôt léger, équilibrés et fruités. Ils peuvent aussi délivrer des notes de pruneau. Selon les cuvaisons, ils peuvent être légers ou corsés, avec quelquefois des notes de minéralité. On les déguste volontiers avec de la charcuterie, de la viande blanche et du fromage (fourme de Montbrison).

– Les rosés :
Comme les rosés du Forez, ils sont obtenus par « saignée ». Leur robe est plutôt saumonée. Leur nez est fruité (fruits exotiques, pomme, poire) tandis que leur bouche est nerveuse et fruitée. On les sert à l’apéritif ou avec des grillades.

Source : Dictionnaire des vins de France, Hachette, 2010